Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

CPRE (cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique)

La CPRE (cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique) associe un endoscopeendoscopeInstrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille qui sert à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps. (tube mince et flexible muni d’une lumière) aux rayons X pour observer et traiter les maladies affectant les canaux biliaires et le canal pancréatique. Ces canaux (petits tubes) évacuent les liquides venant du pancréas, du foie et de la vésicule biliaire. Ils font partie de l’appareil digestif.

Emplacement des canaux biliaires

La bile est un liquide vert jaunâtre qui est fabriqué dans le foie. La bile circule dans les canaux hépatiques, est emmagasinée dans la vésicule biliaire et passe ensuite dans une partie de l’intestin grêle appelée duodénum.

Les sucs pancréatiques sont produits dans le pancréas. Ils passent à travers le canal pancréatique, lequel rejoint le canal cholédoque qui s’ouvre sur le duodénum. Les enzymes contenues dans les sucs pancréatiques aident à digérer les matières grasses, les glucides et les protéines provenant des aliments.

Pourquoi on fait une CPRE

On fait une CPRE principalement pour traiter un blocage dans un canal biliaire ou pancréatique et pour prélever des échantillons de cellules et de tissus. Un canal peut se bloquer en raison d’un cancer ou pour des causes non cancéreuses, comme des calculs (dépôts solides) dans le canal.

Comme une CPRE présente un risque de complications sérieuses plus élevé que pour les autres interventions endoscopiques, on y a recours principalement pour traiter un canal biliaire bloqué. On l’utilise moins souvent pour établir un diagnostic ou pour vérifier la présence d’un problème dans les canaux.

Les examens d'imagerie qui sont moins effractifs et plus sûrs que la CPRE sont habituellement employés pour examiner les canaux biliaires et le canal pancréatique ainsi que le foie, la vésicule biliaire et le pancréas. Les examens moins effractifs comprennent la tomodensitométrie (TDM), l’échoendoscopie (EE) et la cholangiopancréatographie par résonance magnétique (CPRM).

Il est possible qu’on réalise une CPRE pour les raisons suivantes :

Ablation de calculs

La CPRE est le plus couramment utilisée pour enlever des calculs qui se trouvent dans un canal biliaire (calculs biliaires). On y a aussi recours pour retirer des calculs situés dans le canal pancréatique.

Sphinctérotomie

Une sphinctérotomie est une intervention chirurgicale pratiquée pour élargir ou ouvrir un sphincter. Le sphincter d’Oddi est une valve musculaire qui se trouve autour de l’ouverture où le canal cholédoque et le canal pancréatique se rejoignent. Il régit la circulation de la bile et des sucs pancréatiques dans le duodénum. Durant une sphinctérotomie, on fait une petite coupure dans le muscle. On peut y avoir recours lorsque le sphincter est rétréci (sténose papillaire) ou s’il ne fonctionne pas correctement (dysfonctionnement du sphincter d’Oddi).

Pose d’une endoprothèse

Une endoprothèse est un dispositif de plastique ou de métal utilisé pour élargir un passage bloqué ou rétréci. Un canal peut rétrécir ou bloquer à cause de tissu cicatriciel ou d’une tumeur. On peut aussi utiliser une endoprothèse pour traiter une fuite de la bile ou des sucs pancréatiques.

Une endoprothèse peut être installée dans le canal pancréatique pour prévenir l’inflammation du pancréas après une CPRE (pancréatite post-CPRE).

Dilatation

Si une partie du canal est rétrécie, on peut l’élargir, ou la dilater, à l’aide d’un cathéter (tube flexible) muni d’un ballonnet lors d’une CPRE. On installe parfois une endoprothèse temporaire qu’on laisse en place pendant quelques mois. On y a recours habituellement comme traitement des canaux rétrécis pour des raisons non liées au cancer. On peut aussi l’utiliser afin d’élargir le sphincter d’Oddi.

Diagnostic

On peut avoir recours à une CPRE pour rechercher la cause d’une pancréatite. Une CPRE peut être employée pour prélever un échantillon de cellules à l’aide d’une brosse ou pour réaliser une biopsie afin de vérifier la présence de cellules cancéreuses. Elle sert également à mesurer la pression dans le canal pancréatique. La pression peut être accrue si le sphincter ne fonctionne pas correctement. On peut aussi effectuer une CPRE pour examiner un canal biliaire ou pancréatique à l’aide d’une échographie.

Évacuation de liquide

On peut avoir recours à une CPRE pour évacuer le liquide qui s’est accumulé dans le pancréas.

Comment se déroule une CPRE

On fait habituellement la CPRE au service de radiologie d’un hôpital, en consultation externe (vous ne passerez pas la nuit à l’hôpital). Une CPRE dure en général de 30 à 60 minutes, puis vous passez de 1 à 2 heures dans la salle de réveil. Il est possible que vous deviez rester à l’hôpital toute la journée.

Préparation à une CPRE

Habituellement, on vous demande de ne pas manger ni boire pendant les 8 heures qui précèdent l’intervention et de vider votre vessie avant la CPRE. On vous demande d’enlever vos vêtements, vos bijoux, vos lunettes et tout autre objet qui pourrait se trouver dans le champ de rayonnement et qui pourrait nuire à la qualité de la radiographie.

Durant la CPRE

Il est possible qu’on utilise un anesthésique pour geler la gorge et faciliter l’insertion de l’endoscope. Vous recevrez normalement un médicament qui vous permet de vous détendre ou qui vous fait somnoler durant la CPRE.

Pour l’intervention, on insère l’endoscope dans votre bouche et on le fait glisser dans la gorge jusqu’au duodénum. Il est possible qu’on vous demande d’avaler pour aider à faire descendre l’endoscope. Vous pourriez ressentir un léger inconfort. Puis, le médecin détermine où sont les ouvertures par lesquelles les canaux biliaires et le canal pancréatique déversent leur contenu dans le duodénum (ampoule).

Le médecin injecte ensuite une petite quantité d’air dans l’endoscope, ce qui facilite l’observation des canaux. Un petit tube est glissé dans l’endoscope pour injecter un produit de contrasteproduit de contrasteSubstance utilisée pour certaines interventions diagnostiques qui permet de mieux voir des parties du corps lors d’une radiographie ou d’autres tests d’imagerie. dans les canaux. Vous pourriez avoir l’impression d’avoir chaud ou d’avoir le visage qui rougit. Des radiographies sont ensuite réalisées.

Il est possible qu’on insère des instruments spéciaux dans l’endoscope lors d’une CPRE :

  • On peut avoir recours à une petite brosse ou à des pinces pour prélever des cellules ou du tissu.
  • Une anse ou une cage peut être utilisée pour retirer des calculs biliaires ou des calculs pancréatiques.
  • On peut insérer une endoprothèse pour garder ouvert un canal biliaire ou pancréatique qui a rétréci.
  • On glisse un cathéter muni d’un ballonnet pour élargir un canal étroit.

Une fois l’intervention terminée, on enlève lentement l’endoscope. Il se peut que vous ayez alors un haut-le-cœur, des nausées, des ballonnements ou de légères crampes abdominales.

Après la CPRE

Après la CPRE, on vous donnera des renseignements qui incluent notamment ceux-ci :

  • Vous ne pouvez ni manger ni boire jusqu’à ce que votre gorge ne soit plus engourdie et que vous puissiez avaler sans vous étouffer.
  • Ne conduisez pas pendant 24 heures.
  • Ne retournez pas au travail pendant 24 heures.
  • Vous pourriez avoir des gaz et vous sentir gonflé.
  • Vous pourriez avoir un peu mal à la gorge, avoir la voix enrouée ou la gorge irritée.
  • Si on a enlevé des calculs biliaires ou qu’on a mis une endoprothèse en place, vous pourriez devoir rester à l’hôpital pour la nuit.

Effets secondaires

Une CPRE peut engendrer les effets secondaires suivants :

  • Pancréatite post-CPRE
  • Saignements (hémorragie)
  • Infection
  • Troubles cardiaques ou pulmonaires
  • Réaction allergique à l’anesthésique, au colorant ou au médicament administré durant l’intervention – ce qui peut causer une vision légèrement floue, des troubles respiratoires, une bouche sèche, une sensation de chaleur ou de rougeur au visage, de l’urticaire, une baisse de la pression artérielle, des nausées, des spasmes de la gorge ou la rétention d’urine
  • Perforation de l’œsophage, de l’estomac, du duodénum, d’un canal biliaire ou du canal pancréatique – ce qui peut nécessiter une chirurgie réparatrice

Considérations particulières pour les enfants

Dans de rares cas, on doit faire une CPRE à un enfant pour traiter une pancréatite qui réapparaît (récidive) ou des calculs biliaires. L’intervention est effectuée dans une salle d’opération alors que l’enfant est sous anesthésie générale.

Le fait qu’un enfant soit préparé à un examen ou à une intervention peut réduire son niveau d’anxiété, accroître sa collaboration et l’aider à développer des habiletés d’adaptation. La préparation suppose de lui expliquer ce qui se passera lors de l’intervention, y compris ce qu’il verra, ressentira, entendra, goûtera ou sentira.

La préparation d’un enfant à une CPRE dépend de son âge et de son expérience. Apprenez-en davantage sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et au traitement.

Histoires

Tuli Chowdhury J’encourage tout le monde à faire du bénévolat pour la Société canadienne du cancer, et en particulier les jeunes, de poursuivre l’adolescente.

Lisez l’histoire de Tuli

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus