Vous êtes ici:

Bronchoscopie

Une bronchoscopie est une intervention qui permet d’examiner la trachée et les grosses voies respiratoires des poumons (bronches). On pratique cette intervention à l’aide d’un bronchoscope, qui est un type d’endoscopeendoscopeInstrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille qui sert à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps.. Les médecins utilisent la plupart du temps un bronchoscope flexible qui peut se plier pour se rendre plus loin à l’intérieur des poumons. Dans de rares cas, on utilise un bronchoscope rigide, qui est droit et raide.

Pourquoi on fait une bronchoscopie

On fait une bronchoscopie pour diagnostiquer et traiter certains troubles pulmonaires. On y a recours pour :

  • rechercher une infection, une maladie ou un cancer au poumon;
  • faire des prélèvements de tissus afin qu’un pathologiste puisse les étudier au microscope;
  • aider à établir le stade d’un cancer;
  • voir si une tumeur au poumon peut être enlevée par chirurgie;
  • trouver pourquoi une personne a des expectorations sanguinolentes, et les maîtriser;
  • retirer des corps étrangers qui ne devraient pas se trouver dans les voies respiratoires;
  • enlever du liquide, du mucus ou des polypespolypesPetite masse en forme de chou-fleur qui se développe aux dépens d’une muqueuse, comme celle qui tapisse le côlon, la vessie, l’utérus (matrice), les cordes vocales ou les voies nasales.;
  • drainer un amas de pus (abcès) ou un kystekysteGenre de sac habituellement rempli d'une substance liquide ou semi-solide qu’on trouve dans le corps. dans un poumon;
  • évaluer les dommages causés aux voies respiratoires par un traumatisme.

On peut aussi avoir recours à un bronchoscope au cours de certaines autres épreuves diagnostiques ou de certains traitements du cancer pour que le médecin puisse voir les voies respiratoires et les poumons.

Comment se déroule une bronchoscopie

On effectue la bronchoscopie en salle d'opération à l’hôpital, en consultation externe, de sorte que vous pouvez normalement rentrer à la maison le jour même. Vous pourriez vous sentir somnolent après l’examen, il faudra donc qu’une personne vous reconduise à la maison.

Votre équipe de soins vous indiquera comment vous préparer à la bronchoscopie. On vous indiquera de ne pas boire ni manger au cours des 6 à 12 heures qui précèdent l’examen. Mentionnez à votre équipe de soins tous les médicaments sur ordonnance et en vente libre que vous prenez. Vous devrez enlever votre prothèse dentaire, si vous en portez une.

Pour une bronchoscopie flexible, l’équipe de soins pourrait vous donner un médicament pour vous aider à vous détendre durant l’intervention. On administre un anesthésiant local pour détendre les muscles de la gorge et engourdir la bouche, la gorge ou les voies nasales. Si l’anesthésiant local est vaporisé dans la gorge, il peut avoir un goût amer et vous donner l’impression d’avoir une langue épaisse. Il est normal de vouloir tousser ou d’avoir un haut-le-cœur.

Le bronchoscope flexible est inséré dans la bouche ou le nez et on le fait descendre dans la gorge jusque dans la trachée et les grosses voies respiratoires des poumons, puis dans les poumons. On peut aussi insérer le bronchoscope dans un tube spécial qu’on met dans votre gorge pour maintenir les voies respiratoires ouvertes pendant une chirurgie (sonde endotrachéale) ou une trachéostomietrachéostomieIntervention chirurgicale lors de laquelle on crée une ouverture artificielle (stomie) dans la trachée en pratiquant une incision sur la partie antérieure du cou..

Lorsqu’on insère le bronchoscope, vous pourriez ressentir une pression ou un léger tiraillement. Vous serez capable de respirer, mais vous pourriez avoir l’impression que vous ne le pouvez pas. Si vous n’êtes pas à l’aise pendant l’examen, mentionnez-le à votre médecin.

Pour une bronchoscopie rigide, on vous administrera une anesthésie générale, ce qui veut dire que vous serez endormi pendant l’intervention.

Le médecin examine les voies respiratoires des poumons et fait des prélèvements de tissus durant l’intervention. On met parfois un liquide salé (solution saline) dans le bronchoscope. Cela permet de laver les poumons et de prélever des cellules dans les minuscules sacs d’air dans les poumons (alvéoles).

La bronchoscopie dure habituellement de 30 à 60 minutes. Vous serez dans la salle de réveil pendant 1 à 3 heures après l’intervention.

Vous ne pouvez pas boire ni manger pendant quelques heures après la bronchoscopie. Vous devrez attendre jusqu’à ce que vous puissiez avaler sans vous étouffer. Vous pourriez avoir mal à la gorge ou ressentir des démangeaisons pendant quelques jours après l’intervention.

Effets secondaires possibles

Peu importe l’intervention, il est possible que des effets secondaires se produisent. Ces effets sont rares après une bronchoscopie, mais ils peuvent comprendre les suivants :

  • Saignements
  • Infection
  • Difficulté à respirer
  • Faible taux d’oxygène dans le sang
  • Contraction des muscles des bronches (bronchospasme)
  • Affaissement du poumon
  • Battements du cœur irréguliers
  • Crise cardiaque (habituellement chez les personnes ayant des troubles cardiaques)

Ce que signifient les résultats

Un résultat anormal peut signifier que :

  • il y a présence de cancer dans un poumon ou les bronches;
  • la trachée ou les voies respiratoires sont bloquées;
  • le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques.

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le médecin décide si d’autres examens, interventions, soins de suivi ou traitements sont nécessaires.

Considérations particulières pour les enfants

Le fait de préparer un enfant à un examen ou à une intervention peut réduire son niveau d'anxiété, accroître sa collaboration et l'aider à développer des habiletés d'adaptation. Les parents ou la personne qui prend soin de l’enfant peuvent aider à le préparer en lui expliquant ce qui se passera lors de l’examen, dont ce qu'il verra, ressentira, entendra, goûtera ou sentira.

La préparation d’un enfant à la bronchoscopie dépend de son âge et de son expérience. Apprenez-en davantage sur la façon d’aider votre enfant à faire face aux tests et au traitement.

Histoires

Hannah Toutefois, pouvoir aller au camp Goodtimes tous ensemble en famille nous a aidé.

Lisez l'histoire de Hannah

Création d’une stratégie nationale pour les proches aidants

Illustration d’aidants

La Société canadienne du cancer fait pression auprès du gouvernement fédéral afin qu’il adopte une stratégie nationale pour les aidants, de telle sorte que cet important groupe de personnes bénéficie d’un meilleur soutien financier.

Apprenez-en plus