Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Analyse sanguine

L’analyse sanguine est effectuée sur des prélèvements de sang. Il existe de nombreux types différents d’analyses sanguines, soit :

  • la formule sanguine complète (FSC)
  • les analyses biochimiques sanguines

Pourquoi on fait une analyse sanguine

On fait certaines analyses sanguines dans le cadre d’un examen de santé habituel. Différentes analyses sanguines peuvent être effectuées pour évaluer divers aspects du sang.

  • La formule sanguine complète (FSC) permet de mesurer le taux d’éléments du sang, comme les globules blancs, les globules rouges et les plaquettes.
  • Les analyses biochimiques sanguines permettent de mesurer le taux de certaines substances chimiques dans le sang, comme les électrolytesélectrolytesSubstance présente dans le sang et d’autres liquides corporels qui est porteuse d’une charge électrique. Les électrolytes sont responsables de l’entrée des éléments nutritifs dans les cellules et de l’évacuation des déchets hors des cellules afin de maintenir l’équilibre des liquides dans le corps e, les minéraux, les hormones, les produits du métabolisme, les protéines et les enzymesenzymesProtéine capable d’activer certaines réactions chimiques dans le corps..
  • Certaines analyses permettent d’évaluer la qualité de fonctionnement du sang, de la moelle osseuse et d’organes.
  • Le dosage des marqueurs tumoraux permet d’évaluer l’effet du traitement anticancéreux en mesurant certaines protéines dans le sang.
  • Certaines analyses fournissent des valeurs de référence auxquelles on pourra comparer les résultats de prochaines analyses sanguines effectuées pendant et après le traitement.
  • Une analyse sanguine peut aussi servir au dépistage génétique (examen de l’ADNADNMolécules à l’intérieur de la cellule qui ont la capacité de programmer l’information génétique. L’ADN détermine la structure, la fonction et le comportement d’une cellule. d’une personne).

Comment se déroule une analyse sanguine

On fait habituellement l’analyse sanguine dans un laboratoire privé ou au laboratoire de l’hôpital. La préparation dépend du type d’analyse sanguine effectué.

  • On prélève généralement le sang dans une veine du bras.
  • On entoure le bras d’un garrot ou d’une bande élastique pour exercer une pression dans la région et faire saillir la veine.
  • Il est possible qu’on demande à la personne d’ouvrir et de fermer le poing pour faire saillir les veines davantage.
  • On nettoie et désinfecte la peau.
  • On insère une aiguille dans une veine et on prélève une petite quantité de sang.
    • La personne ressent une piqûre ou une brûlure.
  • Le prélèvement est recueilli dans un tube dont l’étiquette porte le nom de la personne et d’autres renseignements qui l’identifient.
  • On enlève ensuite le garrot et on retire l’aiguille.
    • Il est possible de ressentir un léger malaise lors du retrait de l’aiguille.
  • On applique une pression dans la région où on a inséré l’aiguille jusqu’à ce que le saignement cesse.
  • Il se peut qu’on mette un pansement adhésif.
  • On envoie le prélèvement au laboratoire aux fins d’analyses par des appareils particuliers ou d’examens au microscope ou bien des deux.

Effets secondaires possibles

Un prélèvement sanguin peut engendrer certains effets secondaires :

  • saignement
  • ecchymose
  • infection

Ce que signifient les résultats

À chaque analyse sanguine sont associées des valeurs de référence.

  • De nombreux facteurs peuvent affecter les résultats.
  • Les valeurs de référence peuvent différer d’une personne à l’autre et d’un laboratoire à l’autre.

Les résultats peuvent fournir des renseignements sur :

  • l’état de santé général d’une personne
  • les troubles médicaux ou maladies qui l’affectent
  • le degré d’efficacité d’un traitement
  • les régions devant être examinées davantage

Le dépistage génétique peut permettre d’identifier des changements, ou mutations, dans l’ADN d’un gène, qu’on peut associer à un trouble de santé ou à une maladie spécifique. Il y a des mutations génétiques qui font augmenter le risque d’être atteint de certains cancers.

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le médecin décide si des examens, des interventions, un suivi ou des traitements supplémentaires sont nécessaires.

Considérations particulières pour les enfants

On peut avoir recours au prélèvement capillaire pour prélever du sang chez un nourrisson ou un jeune enfant.

  • On nettoie et désinfecte la peau d’un doigt ou d’un talon.
    • L'enfant peut ressentir une sensation de froid ou de picotement.
  • On pique le doigt ou le talon à l'aide d'une aiguille tranchante ou d'une lancette.
    • Lorsque l'aiguille est insérée, certains enfants éprouvent une douleur modérée alors que d'autres ne ressentent qu'une petite piqûre ou une sensation de brûlure. Par la suite, il peut y avoir des élancements.
  • Le sang est recueilli dans des tubes.
  • Une fois le prélèvement terminé, on nettoie la région et on y applique une pression jusqu'à ce que le saignement cesse.

Bien des enfants sont inquiets parce qu'ils croient qu'ils n'auront plus assez de sang une fois qu'une petite quantité aura été prélevée. Rassurez l'enfant en lui disant que notre corps fabrique tout le temps du nouveau sang et que son corps n'en manquera pas.

Les parents ou la personne qui prend soin de l’enfant peuvent aider à le rassurer et à le préparer en lui donnant des renseignements brefs mais clairs sur ce qui se passera.

  • Avant que l'aiguille soit insérée dans une veine de ton bras, on met un genre de gros élastique autour de ton bras et c'est comme si un ballon l'entourait; ça va être serré comme si quelqu'un serrait ton bras.
  • Quand on nettoie ta peau, c’est froid.
  • Quand on met l’aiguille dans ton bras, tu vas sentir une piqûre ou un pincement. C’est possible que tu ressentes une brûlure ou un peu de douleur mais tu peux aussi ne rien ressentir.
  • Une fois que l’aiguille est en place, tu vas voir du sang sortir qui va aller dans un flacon ou un tube.

Les parents ou la personne qui prend soin de l’enfant peuvent l’aider en le distrayant lors du prélèvement afin que ce soit plus facile.

  • tout-petits (1 à 2 ans)
    • Les tout-petits pourraient aimer regarder des bulles ou des jouets qui bougent ou qui font du bruit, comme les baguettes magiques, les jouets lumineux ou les virevents.
  • enfants d'âge préscolaire (3 à 5 ans)
    • Certains enfants d’âge préscolaire veulent avoir leur jouet favori dans les mains.
    • Regarder des bulles ou des jouets qui bougent ou qui font du bruit peut aider à les distraire.
  • enfants d'âge scolaire (6 à 12 ans)
    • Certains enfants d’âge scolaire aiment les trucs très visuels, comme les baguettes magiques, les jouets lumineux, les jeux vidéo, les images et les livres de découverte.
    • Apportez leur jouet ou leur animal en peluche favori qu'ils pourront serrer.
    • Faites des bulles ou faites-les respirer profondément en faisant des bulles.
    • Dites-leur de penser à leur endroit préféré.
    • Racontez-leur une histoire ou une blague ou demandez-leur de le faire.
  • adolescents (13 à 18 ans)
    • Incitez-les à respirer profondément.
    • Dites-leur de penser à leur endroit préféré.
    • Racontez-leur une histoire ou une blague.

La préparation que vous pouvez fournir à un enfant qui aura un prélèvement sanguin dépend de son âge et de son expérience. Consultez la section suivante pour obtenir davantage de renseignements spécifiques à chaque groupe d'âge sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et au traitement.

Histoires

Carol Leuken Prairie Women on Snowmobiles est une expérience qui vous transforme à jamais.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus