Vous êtes ici:

Anesthésie

L’anesthésie est la perte partielle ou totale de sensation ou de conscience. L’anesthésique est un médicament qui cause l’anesthésie. On a recours à des anesthésiques durant une chirurgie pour que vous ne sentiez aucune douleur et que vous restiez calme pendant l’intervention. Le type d’anesthésique que vous recevez dépend du type de chirurgie pratiqué et de votre état de santé général.

L’anesthésiologiste est un médecin qui se spécialise dans l’administration des anesthésiques et la prise en charge de l’état de santé de la personne à qui on les administre.

L’équipe de soins de santé vous surveillera attentivement durant la chirurgie, tout particulièrement si vous recevez un anesthésique général. Elle vérifiera régulièrement vos signes vitaux, comme la pression artérielle, le rythme respiratoire, la fréquence cardiaque et la température corporelle. Elle pourrait aussi surveiller les éléments suivants au cours de la chirurgie :

  • L’oxymétrie pulsée peut être utilisée pour vérifier la concentration en oxygène dans le sang.
  • On peut avoir recours à l’électrocardiogramme (ECG) pour vérifier le rythme cardiaque.
  • On pourrait aussi avoir recours à la gazométrie sanguine pour surveiller la concentration des gaz et des électrolytes dans le sang.

Types d’anesthésie

Il existe 3 principaux types d’anesthésie. On les classe selon l’ampleur de leur effet sur le corps.

Anesthésie locale

L’anesthésie locale désensibilise les nerfs qui causent la douleur dans une petite région du corps. On y a souvent recours lors des chirurgies mineures comme la biopsie. On administre habituellement l’anesthésique (médicament) en le frottant sur la région opérée, ou encore en le vaporisant ou en l’injectant (avec une aiguille) dans le site chirurgical. L’emploi d’un anesthésique local vous permet de rester éveillé durant la chirurgie.

Anesthésie régionale

On peut avoir recours à l’anesthésie régionale pour bloquer les sensations dans une région ou une partie spécifique du corps. Vous demeurez éveillé pendant l'intervention chirurgicale.

L’anesthésique régional (médicament) peut être injecté dans une région entourant la moelle épinière ou les nerfs périphériques. L’endroit où on injecte l’anesthésique détermine quels nerfs seront bloqués, et la partie du corps qui est reliée à ces nerfs sera engourdie. Vous pourriez recevoir une injection, ou on vous administrera le médicament lentement pendant une certaine période au cours de la chirurgie.

L’anesthésie péridurale, l’anesthésie rachidienne et le bloc nerveux périphérique sont des exemples d’anesthésie régionale.

Anesthésie générale

L’anesthésie générale fait en sorte que vous êtes inconscient et que vous ne ressentez aucune douleur. Vous pouvez recevoir un anesthésique général en respirant le médicament dans un masque facial. L’anesthésique général peut aussi être administré par injection dans une veine.

Après l’administration de l’anesthésique général, on insère un tube spécial appelé sonde endotrachéale dans la bouche ou le nez et on le fait descendre jusque dans la gorge. La sonde est reliée à une machine qui vous aide à respirer pendant que vous êtes inconscient. On utilise la sonde endotrachéale pour :

  • aider à garder les voies respiratoires libres
  • maintenir une respiration efficace
  • administrer des gaz anesthésiants et de l’oxygène

La sonde endotrachéale est habituellement retirée peu de temps après la chirurgie et vous pouvez ensuite respirer par vous-même. Dans certains cas, on la laisse en place jusqu’à ce que la personne traitée soit dans un état stable.

anesthésique péridural

Type d’anesthésique régional (médicament qui cause une perte de sensation partielle ou totale) injecté dans l’espace entourant la moelle épinière qui cause une perte de sensation dans l’abdomen et la partie inférieure du corps.

On l’appelle aussi anesthésique rachidien.

Histoires

Dr Jessie Lee-McIsaac Prévenir le cancer par des politiques de vie saine en milieu scolaire

Plus de details

Financer des projets de recherche de calibre international

Icône – papier

Le cancer touche tous les Canadiens, mais ensemble, nous pouvons réduire le fardeau en investissant dans la recherche et la prévention. Découvrez l’impact de la recherche que nous finançons.

Apprenez-en plus