Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Après la greffe de cellules souches

Jour 0 à la prise du greffon

La prise du greffon se produit lorsque les cellules souches greffées entrent dans la circulation sanguine, parviennent à la moelle osseuse et commencent à fabriquer de nouvelles cellules sanguines. La prise du greffon survient de 10 jours à 4 semaines après la greffe.

La période comprise entre l’administration du traitement préparatoire et la prise du greffon est très importante. Pendant ce temps, les receveurs peuvent ressentir de la fatigue et un malaise général. En attendant que leur moelle osseuse commence à se rétablir, ils risquent d’éprouver les effets suivants : fièvre, infections, saignements, anémie, lésions à des organes vitaux (comme le cœur, les poumons, le foie et les reins) et troubles nutritionnels. La plupart de ces troubles sont pires au moment où le nombre de cellules sanguines est le plus faible – habituellement de 2 à 3 semaines après la greffe. L’équipe de soins de santé surveille donc le receveur très attentivement pendant cette période.

Il se peut qu'on maintienne le receveur en isolement pour réduire les risques d'infection. L’équipe de soins effectue quotidiennement des analyses sanguines et vérifie régulièrement sa température. Elle le surveille également pour savoir s'il n'y a pas de saignements, de nausées, de vomissements, de diarrhée ou d'autres troubles.

Au besoin, le receveur reçoit des transfusions sanguines et des médicaments anti-infectieux. On peut lui donner des suppléments nutritionnels ou, dans des cas plus graves, lui administrer un liquide nutritionnel spécial par le cathéter veineux central (nutrition parentéralenutrition parentéraleIntroduction dans le corps d’éléments nutritifs et d’autres substances par injection directement dans une veine (par voie intraveineuse).).

En attendant la prise du greffon, on peut administrer des facteurs de stimulation des colonies, comme le filgrastim (Neupogen), dans le but :

  • d'accélérer la prise du greffon;
  • de diminuer la période de temps pendant laquelle les cellules sanguines sont à leur taux le plus faible et ainsi réduire le risque d'infection;
  • de permettre au receveur d’obtenir son congé de l'hôpital plus tôt.

Retour au menu

De la prise du greffon jusqu’à la sortie de l'hôpital

On peut confirmer la prise du greffon par des analyses sanguines et un prélèvement de moelle osseuse. Le nombre de cellules sanguines commence graduellement à augmenter puisque de nouvelles cellules sanguines sont fabriquées. En l'absence de complications, on peut alors permettre au receveur de retourner à la maison ou d'habiter une maison d'hébergement située à proximité du centre de greffe. Il doit cependant demeurer dans les environs au cas où un problème surviendrait, nécessitant ainsi un retour à l'hôpital.

Avant de pouvoir quitter l'hôpital, le receveur :

  • doit être capable de s'alimenter et de boire des liquides en quantité suffisante;
  • ne doit pas faire de fièvre ni avoir de vomissements ou de diarrhée;
  • doit avoir un nombre de cellules sanguines qui n'engendre aucun risque.

Pour l’allogreffe, on a recours à des cellules souches d’un donneur. C’est une intervention plus intensive que l’autogreffe, lors de laquelle on se sert des cellules souches du receveur même. La moelle osseuse pourrait prendre plus de temps à se rétablir d’une allogreffe, ce qui prolonge la période pendant laquelle le receveur risque certains troubles comme l'infection. Le receveur peut passer 6 semaines à l'hôpital (environ 5 semaines en moyenne quand il s’agit d’une allogreffe). La durée de l'hospitalisation peut être plus courte dans le cas d'une autogreffe.

La durée du rétablissement varie d'une personne à l'autre. Une personne peut rester plus longtemps à l’hôpital s'il survient des problèmes. Il est possible que le receveur se fatigue encore facilement et qu’il se sente faible pendant des mois, car le système immunitaire peut prendre de 6 à 12 mois ou plus à se rétablir.

Retour au menu

Suivi après la sortie de l'hôpital

Le receveur passera souvent des examens après sa sortie de l'hôpital. Une évaluation quotidienne et des traitements peuvent être nécessaires jusqu'à ce que :

  • la nouvelle moelle fonctionne adéquatement;
  • il n'y ait pas de troubles graves;
  • le cancer semble être maîtrisé.

Planification

La planification du suivi peut varier d’une personne à l’autre, mais elle suit habituellement les mêmes étapes générales.

Trois premiers mois

Au cours des 3 premiers mois qui suivent la sortie de l'hôpital, on évalue généralement l'état du receveur au moins 1 fois par semaine.

  • On effectue fréquemment des analyses sanguines afin de vérifier le nombre de cellules sanguines.
  • Le receveur prend des antibiotiques et des médicaments antiviraux pour réduire le risque d'infection.
  • Si la greffe a été réalisée avec des cellules souches provenant d'un donneur, le receveur pourrait devoir prendre des médicaments pour affaiblir son système immunitaire et réduire le risque d'une réaction du greffon contre l'hôte (GVH).
  • Une transfusion sanguine ou plaquettaire peut être nécessaire.
  • Un receveur qui ne se sent pas bien devra possiblement retourner à l'hôpital. Il devrait toujours avoir avec lui le numéro de téléphone d'une personne ressource qu'il peut joindre en tout temps à l'hôpital et qu'il pourrait appeler dans les cas suivants :
    • fièvre supérieure à 38 °C
    • infection de la peau ou des dents
    • éruptions cutanées
    • diarrhée importante
    • essoufflement ou respiration difficile

Tant que le nombre de cellules sanguines n'est pas revenu à la normale, on encourage le receveur à :

  • avoir un régime alimentaire sain et à éviter les risques d'infection qui pourraient être causés par les aliments; la consommation d'alcool à un tel moment peut accroître le risque de saignements ou nuire aux médicaments;
  • éviter les endroits où il y a beaucoup de monde, comme les centres commerciaux;
  • éviter le contact avec les enfants qui ont été récemment exposés à des maladies infectieuses (la varicelle par exemple) ou immunisés avec des virus vivants (un certain vaccin de la polio par exemple);
  • suivre les directives du médecin pour réduire le risque d'infection;
  • avoir avec soi ou porter une carte, un bracelet ou un collier d'alerte médicale.

Toute infection doit habituellement être traitée. Le receveur continue de prendre des médicaments afin de réduire le risque d'infection ou de réaction du greffon contre l'hôte.

Après les trois premiers mois

Après 3 mois, le médecin établit la fréquence des visites de suivi. En l'absence de problème grave, les visites de suivi peuvent être moins fréquentes, soit tous les 3 à 6 mois par exemple.

Les visites de suivi ont pour but d'évaluer :

  • l'état de santé de la personne
  • tout problème ou inquiétude
  • la possibilité d'ajuster le dosage des médicaments ou les activités
  • la capacité de fonctionnement de la moelle osseuse
  • s'il y a une réapparition (récidive) du cancer
    • Le risque de récidive (rechute) dépend de l'état du cancer au moment de la greffe.
    • S'il y a une rechute du cancer, elle survient habituellement au cours des 2 premières années qui suivent la greffe. La récidive peut aussi se manifester plusieurs années après.

En l'absence de problèmes ou de complications, les visites de suivi auront lieu une fois par année avec le médecin de famille ou l'hématologue (médecin spécialisé dans le traitement des troubles sanguins). Il peut parfois être nécessaire de retourner une autre fois au centre de greffe.

Interventions

L'examen de santé peut comporter les éléments suivants :

  • examen physique
  • analyses sanguines
  • ponction et biopsie de la moelle osseuse
  • examens d'imagerie, dont la tomodensitométrie (TDM)
    •  On pourrait faire une TEP ou une scintigraphie au galliumscintigraphie au galliumTechnique qui consiste à utiliser du gallium (un radio-isotope) pour obtenir des images des structures et des organes internes du corps. dans les cas de lymphome.

Cent jours après la greffe (Jour 100) représente un évènement important pour une personne ayant subi une greffe de cellules souches. On effectuera possiblement de nouvelles épreuves de stadification pour évaluer l'état de la maladie et l'efficacité du traitement.

Le rétablissement dépend de l'état physique de la personne avant la greffe et des effets secondaires qui se sont manifestés. Bien que de nombreuses personnes n’aient aucun problème important après leur sortie de l'hôpital, le rétablissement se fait plutôt graduellement. Demandez au médecin quand le retour à l'école ou au travail sera possible tout comme la reprise des exercices et de l'activité sexuelle.

Vers la fin de la première année, le système immunitaire revient généralement à la normale et la moelle osseuse produit de nouveau des cellules sanguines d'une manière habituelle. Il est possible que ce soit plus long pour certaines personnes, en particulier celles qui prennent des médicaments immunosuppresseurs. Environ 1 an ou 2 après la greffe de cellules souches, la plupart des personnes doivent être immunisées à l’aide de vaccins couramment administrés dans l’enfance, comme les vaccins contre la polio et la rougeole. Demandez au médecin quels vaccins devraient être administrés afin d'aider à rétablir le système immunitaire.

Retour au menu

Histoires

Holly Benson Grâce des recherches fructueuses et grâce au financement de la recherche, je suis ici et je profite de la vie. J'ai gagné du temps pour serrer mes enfants dans mes bras et pour planifier le temps qu’il me reste à vivre.

Plus de détails

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus