Vous êtes ici:

Greffe de cellules souches

La greffe de cellules souches permet de remplacer les cellules souches. On y a recours quand les cellules souches ou la moelle osseuse ont été endommagées ou détruites par la maladie, dont certains types de cancer, ou bien par de fortes doses de chimiothérapie ou de radiothérapie administrée pour traiter le cancer.

La moelle osseuse est le tissu mou et spongieux qui se trouve à l’intérieur de vos gros os. La tâche principale de la moelle osseuse est de fabriquer des cellules sanguines qui circulent dans tout le corps. Les cellules souches sont les cellules les plus élémentaires (de base) de la moelle osseuse, et elles se transforment en différents types de cellules sanguines. Il y a 2 types principaux de greffes de cellules souches, c’est-à-dire la greffe allogénique (allogreffe) et la greffe autologue (autogreffe). Lors de l’allogreffe de cellules souches, on prélève des cellules souches chez une personne (donneur) puis on vous les administre (vous êtes le receveur). Lors de l’autogreffe de cellules souches, on prélève vos propres cellules souches. Si vous recevez des cellules souches de votre jumeau identique, on parle alors de greffe syngénique (isogreffe).

La greffe de cellules souches est aussi appelée ainsi :

  • greffe, ou transplantation, de moelle osseuse – quand les cellules souches sont prélevées dans la moelle osseuse
  • greffe, ou transplantation, de cellules souches du sang périphérique (GCSSP) – quand les cellules souches sont prélevées dans le sang
  • greffe, ou transplantation, de cellules sanguines (GCS)
  • greffe, ou transplantation, de cellules souches hématopoïétiques (GCSH)
  • traitement à forte dose avec sauvetage par greffe de cellules souches

Comment agit la greffe de cellules souches

On trouve la plupart des cellules souches dans la moelle osseuse. Les cellules souches présentes dans la moelle osseuse se transforment en globules rouges, en globules blancs et en plaquettes. Quand ces cellules sanguines sont matures, elles se déplacent dans le sang périphérique (sang qui circule dans tout le corps). Si la moelle osseuse a été endommagée ou détruite, elle ne peut pas fabriquer de cellules sanguines normales. Lors de la greffe de cellules souches, on administre des cellules souches saines dans votre corps afin d’aider votre moelle osseuse à commencer à fonctionner correctement. Les nouvelles cellules souches fabriquent des cellules sanguines saines.

Pourquoi on fait une greffe de cellules souches

On peut faire une greffe de cellules souches pour traiter certains cancers comme la leucémie, le lymphome, le myélome multiple et le neuroblastome. On peut aussi y avoir recours après une radiothérapie et une chimiothérapie à forte dose qu’on a administrées pour traiter le cancer.

Quand opter pour la greffe de cellules souches

Les médecins prennent en considération certains facteurs importants avant de décider de traiter le cancer par greffe de cellules souches dont ceux-ci :

  • votre âge – Les jeunes gens tolèrent souvent mieux la greffe de cellules souches et ont moins de complications. Certains centres de greffe établissent une limite supérieure d’âge, mais cela peut dépendre de votre état général de santé et d’autres facteurs.
  • votre état de santé global et les autres affections médicales dont vous êtes atteint
  • les caractéristiques de votre cancer – comme le type et le stade du cancer, si vous êtes en rémission ou si le cancer est réapparu, le risque de récidive après la greffe et la sensibilité du cancer à la chimiothérapie

Types de greffes de cellules souches

Le type de greffe se base sur la personne qui donne les cellules souches.

Pour l’autogreffe, on se sert de cellules souches provenant de votre propre moelle osseuse ou de votre propre sang.

La double autogreffe, ou greffe en tandem, consiste à administrer 2 autogreffes. Avant chacune, on vous administre une chimiothérapie à forte dose. On prélève habituellement vos cellules souches pour les 2 greffes avant le premier cycle de chimiothérapie. On fait généralement la deuxième greffe de quelques semaines à 6 mois après la première.

Pour l’allogreffe, on se sert de cellules souches provenant d’une autre personne. Le donneur peut être un membre de la parenté ou quelqu’un qui ne vous est pas apparenté.

La minigreffe consiste à administrer de plus faibles doses de chimiothérapie et de radiothérapie avant l’allogreffe, ce qui peut être utile chez les personnes âgées et celles atteintes d’autres problèmes de santé qui pourraient ne pas être en mesure de tolérer la greffe standard et ses effets secondaires. La minigreffe est aussi appelée greffe d’intensité réduite ou greffe non myéloablative.

Pour l’isogreffe, on se sert de cellules souches d’un jumeau identique.

Collecte des cellules souches

Le prélèvement des cellules souches est appelé collecte. On peut prélever les cellules souches dans la moelle osseuse, le sang périphérique ou le sang de cordon ombilical d’un nouveau-né.

Pour l’autogreffe, la collecte des cellules souches se fait habituellement quand la personne est en rémission et qu’elle s'est rétablie d'autres traitements.

Cellules souches prélevées dans la moelle osseuse

On prélève le plus souvent la moelle osseuse dans l’os de la hanche puisque c’est l’os du corps qui contient le plus de moelle ainsi qu’une grande quantité de cellules souches.

On fait habituellement la collecte de cellules souches de la moelle osseuse sous anesthésie générale (vous serez endormi) en salle d’opération. Une grosse aiguille insérée dans la partie arrière de l’os de la hanche permet d’aspirer la moelle osseuse. On refait cette intervention jusqu’à ce qu’on ait suffisamment de moelle osseuse pour la greffe. Le tout dure généralement de 1 à 2 heures.

On met un bandage où l’aiguille est entrée dans la peau et vous vous rétablirez de l’anesthésie dans la salle de réveil. La région de la hanche peut être sensible pendant quelques jours. On peut vous administrer des médicaments pour soulager la douleur. Le corps remplace généralement les cellules souches prélevées en quelques semaines.

On filtre les cellules prélevées pour éliminer les fragments d'os et les particules graisseuses, puis on les conserve dans des sacs remplis d’une solution spéciale qu’on congèle jusqu’à ce qu’on en ait besoin pour la greffe.

Cellules souches prélevées dans le sang périphérique

Le sang ne contient généralement pas beaucoup de cellules souches. On peut administrer des facteurs de croissance, comme le G-CSF ou le plérixafor, pendant quelques jours afin d’inciter les cellules souches à croître plus rapidement et à se déplacer dans le sang à partir de la moelle osseuse.

On prélève les cellules souches du sang par voie intraveineuse (IV). On insère l’IV dans une grosse veine du bras du donneur. On fixe le tube à perfusion intraveineuse à un appareil qui sépare les cellules souches du sang et qui les recueille. Une fois les cellules souches retirées, on retourne le sang au donneur. Ce procédé dure plusieurs heures et il peut être nécessaire de le répéter une fois par jour pendant quelques jours afin de prélever suffisamment de cellules souches pour la greffe.

On filtre les cellules souches prélevées, puis on les conserve dans des sacs qu’on congèle jusqu’à ce qu’on en ait besoin pour la greffe.

Cellules souches prélevées dans le sang de cordon ombilical

Le sang du nouveau-né contient généralement une grande quantité de cellules souches. Après sa naissance, on peut prélever le sang qui reste dans le placenta et le cordon ombilical. On prélève le sang du cordon ombilical peu après la naissance. Un appareil sépare les cellules souches du sang de cordon et les recueille.

Le nombre de cellules souches qui doit être prélevé dans le sang d’un cordon ombilical est inférieur à celui qui doit être prélevé dans la moelle osseuse d’un adulte : c’est que plus de cellules sanguines peuvent se former à partir de chaque cellule souche du sang de cordon que de chaque cellule souche de la moelle osseuse de l’adulte. On filtre les cellules souches, puis on les conserve dans des sacs qu’on congèle.

Certaines banques de sang de cordon gardent les cellules souches en réserve pour l'usage de la famille (usage privé), tandis que d'autres les conservent pour un receveur non apparenté (usage public).

Don de sang de cordon

Des parents en santé qui attendent un enfant peuvent faire un don de sang du cordon de leur enfant. Pour être admissibles, les parents doivent habituellement s'inscrire auprès d'une banque de sang de cordon au cours de la grossesse. Il est possible que la mère doive passer des tests de dépistage sanguins avant la collecte.

Un don de sang de cordon pourrait ne pas être accepté si certaines maladies affectent la famille ou se seraient manifestées pendant ou avant la grossesse et qui pourraient être transmises par une greffe de sang de cordon.

Certaines banques de sang de cordon privées peuvent exiger des frais pour la collecte et l’entreposage.

Trouver un donneur

Afin d’accroître les chances de réussite de la greffe de cellules souches, les cellules souches du donneur doivent être les plus compatibles possibles avec celles du receveur. Un procédé appelé typage HLA (antigènes d’histocompatibilité) permet de s’assurer que le donneur et le receveur sont les plus compatibles possibles. Il y a des milliers d’associations différentes de groupes tissulaires possibles, alors il peut être difficile de trouver un donneur et un receveur parfaitement compatibles. Mais on peut quand même faire une greffe si la compatibilité n’est pas parfaite.

La plupart des donneurs compatibles sont de proches membres de la famille. La recherche d’un donneur commence avec les frères et les sœurs du receveur puisqu’ils sont plus susceptibles d’être compatibles. Si on ne trouve pas de donneur compatible dans la famille, on commence alors à chercher un donneur non apparenté à l'aide du réseau de moelle et de cellules souches UniVie. Cela peut sembler improbable, mais il est possible de trouver un donneur compatible qui n’est pas apparenté au receveur.

Quand on veut savoir si un donneur est compatible, on lui fait passer un examen médical et des analyses sanguines afin de s’assurer qu’il est en bonne santé. Le médecin en charge de la greffe identifie les donneurs compatibles possibles et organise les analyses pour les donneurs.

Apprenez-en davantage sur le typage HLA.

rémission

Diminution ou disparition des signes et symptômes d’une maladie (comme le cancer).

La rémission complète est la disparition de tous les signes et symptômes. La rémission partielle est une diminution ou la disparition de certains, mais non de la totalité, des signes et symptômes. La rémission spontanée est une amélioration inattendue de l’état du patient lorsque ce dernier reçoit peu de traitements ou lorsqu'il ne reçoit aucun traitement.

facteur de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF)

Substance qui incite la moelle osseuse à fabriquer des granulocytes (type de globule blanc). Les granulocytes aident le corps à lutter contre les bactéries, les virus et différents types de champignons.

Le G-CSF est une cytokine qui est naturellement présente dans le corps. Il peut aussi être fabriqué en laboratoire.

Le G-CSF est un type de thérapie biologique utilisé dans le traitement du cancer afin de réduire à la fois les risques d’infection et la nécessité d'administrer des antibiotiques.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Edward Chow Une nouvelle norme pour le soulagement de la douleur

Plus de details

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus