Vous êtes ici:

Troubles de la parole

Certaines personnes atteintes d’un cancer de la tête et du cou ou d’un cancer du cerveau peuvent avoir besoin d’un suivi en orthophonie pour réapprendre à parler après leur traitement. L’orthophoniste évalue et traite les troubles de la parole. Il travaille en étroite collaboration avec les chirurgiens et les oncologues afin de s’assurer que vous receviez l’aide dont vous avez besoin.

Comment la parole est produite

La parole est produite lorsque l’air provenant des poumons passe dans la gorge en faisant vibrer les cordes vocales. Ces vibrations sont ensuite transformées en mots par la gorge, la langue, les dents, les voies nasales, la bouche et les lèvres.

Causes des troubles de la parole

Les cancers de la tête et du cou ainsi que le cancer du cerveau peuvent modifier la façon dont vous parlez. Les troubles de la parole peuvent apparaître à la suite d’un blocage causé par le cancer ou d’un traitement.

Les traitements administrés pour ces cancers, dont la chirurgie, la radiothérapie ou les deux, peuvent modifier la structure ou la fonction des parties du corps qui produisent la parole. La voix (fréquence, ton et intensité) ainsi que la capacité de parler peuvent être affectées par le cancer et ses traitements.

Si on a enlevé complètement votre larynx, vous devrez apprendre de nouvelles façons de parler en utilisant une source de vibrations différente afin de remplacer les vibrations des cordes vocales.

Si vous avez reçu une radiothérapie au larynx ou si on a enlevé une partie de votre larynx, vous pourrez encore parler à l’aide de vos cordes vocales. Mais il est possible que votre voix subisse quelques changements comme de devenir enrouée, voilée ou fatiguée.

Rééducation de la parole

Si vous n’avez pas subi de laryngectomie totale, on peut avoir recours au laryngostroboscope pour observer vos cordes vocales lorsque vous parlez. Une caméra est fixée au laryngoscope et l’émission d’une lumière clignotante (stroboscopique) permet de ralentir l’image des cordes vocales qui bougent. On peut effectuer la laryngostroboscopie pour évaluer la parole avant, pendant et après un traitement.

Si on a enlevé votre larynx, vous pouvez réapprendre à parler, mais cela exigera du temps, de la patience et de l’entraînement. Le temps nécessaire pour réapprendre à parler diffère pour chaque laryngectomisé (personne à qui on a enlevé le larynx). Certaines personnes apprennent rapidement, tandis que d’autres ont plus de difficulté parce que les changements affectant l’anatomie de chacune peuvent être différents à la suite de la chirurgie ou de la radiothérapie.

On peut avoir recours à différentes techniques de rééducation de la parole pour aider un laryngectomisé à parler ou à communiquer. Un orthophoniste aidera à trouver la méthode ou l’association de méthodes qui vous convient le mieux.

Voix produite par un larynx artificiel

La voix produite par un larynx artificiel nécessite l’utilisation d’un électrolarynx, ou larynx artificiel, pour parler. L’électrolarynx est un appareil à piles qui produit des vibrations, lesquelles sont ensuite transformées en parole par la bouche, la langue, les dents et les lèvres.

Il existe 2 types d’électrolarynx. Les deux types d’appareils peuvent être utilisés presque immédiatement après la chirurgie et ils sont simples à utiliser et à entretenir. La voix produite a un son très mécanique ou électronique. L’électrolarynx peut nécessiter des réparations à l’occasion, et vous devrez recharger ou remplacer les piles. Certaines personnes ne peuvent pas utiliser un électrolarynx buccal, car la salive et le mucus peuvent boucher le tube de son.

  • L’électrolarynx au cou ressemble à une petite lampe de poche. L’extrémité de l’appareil est placée sur le cou ou la joue. Une fois activé, il produit des vibrations qui sont transmises à travers les tissus du cou ou de la joue à la gorge ou à la bouche. Des mouvements de la bouche, de la langue, des dents et des lèvres transforment ensuite ces vibrations en sons qui permettent de parler.
  • L’électrolarynx buccal comporte un petit tube qu’on insère dans la bouche et qui est relié à un transmetteur produisant des vibrations. Le transmetteur peut être tenu dans la main ou fixé à une prothèse ou à une plaque dentaire dans la bouche. Lorsque la personne veut parler, elle appuie sur le commutateur pour produire des vibrations.

Voix trachéo-œsophagienne

La voix trachéo-œsophagienne est produite à l’aide d’une prothèse qu’on insère dans une ouverture pratiquée dans la paroi séparant la trachée et l’œsophage. La chirurgie de restauration de la voix ou la chirurgie trachéo-œsophagienne peut être effectuée en même temps que la laryngectomie totale ou plus tard, au cours d’une deuxième intervention.

Pendant la chirurgie, on pratique une petite ouverture entre la trachée et l’œsophage dans laquelle le chirurgien insère une petite prothèse munie d’une valve unidirectionnelle. Cette valve permet à l’air de se déplacer de la trachée vers l’œsophage, tout en empêchant les aliments de passer de l’œsophage à la trachée.

Pour parler, il faut inspirer l’air par la stomie qu’on couvre ensuite de son doigt. L’air est ainsi redirigé par la valve dans l’œsophage, ce qui le fait vibrer. La bouche, les dents, la langue et les lèvres produisent ensuite la parole.

Il existe différents types de prothèses vocales. Certaines prothèses sont munies de valves fixées à la stomie (valves amovibles). Elles permettent d’avoir les mains libres et n’exigent pas que la stomie soit couverte. Les valves amovibles sont attachées à un ruban fixé à l’extérieur de la stomie et peuvent être changées par le laryngectomisé ou toute personne qui prend soin de lui. Il existe d’autres types de valves qui sont complètement à l’intérieur de la stomie (valves fixes) et qui doivent être changées par le médecin, l’orthophoniste ou l’infirmière.

La voix produite par une prothèse trachéo-œsophagienne a un son très naturel. La plupart des personnes peuvent parler 2 semaines après la chirurgie.

Voix œsophagienne

La voix œsophagienne est une façon d’inspirer de l’air dans l’œsophage supérieur et d’utiliser cet air pour créer les vibrations qui permettent de parler.

L’air est aspiré par la bouche, puis poussé dans la partie supérieure de l’œsophage. La langue est placée contre le palais de la bouche afin de retenir l’air plus bas. Lorsque la personne est prête à parler, elle force l’air de l’œsophage supérieur à revenir dans la bouche. C’est ce qui fait vibrer l’œsophage.

La parole est produite à l’aide de la langue, des lèvres, des dents et de la bouche qui transforment les vibrations en sons et en mots.

La voix œsophagienne est une voix grave ou rauque qui est relativement comparable à une voix normale. Elle ne nécessite pas d’autre chirurgie et il n’y a pas d’équipement à entretenir.

Certaines personnes ne peuvent pas utiliser la voix œsophagienne à cause de la quantité de tissu qui a été enlevée lors de la chirurgie ou d’autres troubles physiques.

Où trouver du soutien

Réapprendre à parler peut être très difficile. Certaines personnes se sentent réconfortées par le soutien émotif et pratique que d’autres survivants au cancer peuvent leur apporter. L’International Association of Laryngectomees offre un certain nombre de groupes de soutien au Canada.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr David Huntsman and Dr Sohrab Shah Comparaison des génomes de sous-types de cancer de l’ovaire

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus