Vous êtes ici:

Troubles cognitifs

La fonction cognitive est notre aptitude mentale, ou nos capacités intellectuelles. Elle comporte la pensée, le raisonnement, la perception, le jugement, l'apprentissage, l'attention et la mémoire. Lorsqu'une personne éprouve des troubles de la fonction cognitive, il est possible qu’elle ait ce qu'on appelle déficience cognitive ou dysfonctionnement cognitif.

Il arrive parfois que le cancer ou ses traitements affectent la fonction cognitive. La rééducation cognitive est aussi appelée recyclage cognitif. Elle peut vous permettre de retrouver votre fonction cognitive ou de faire face aux troubles cognitifs.

Causes

Les personnes atteintes de cancer peuvent avoir des troubles cognitifs pour bien des raisons différentes. Ces problèmes peuvent être causés par plus d’un facteur.

Cancer

Certains cancers, dont une tumeur au cerveau ou un autre cancer qui s’est propagé (métastases) au cerveau, peuvent causer des troubles cognitifs.

Traitement du cancer

Le type de traitement du cancer et la dose administrée, ainsi que la durée du traitement, peuvent affecter la fonction cognitive.

La chimiothérapie peut causer des troubles de la mémoire ou de la pensée; on parle parfois de chimio-cerveau. Des doses élevées sont plus susceptibles de causer des troubles cognitifs.

Une radiothérapie à la tête et au cou ou une irradiation corporelle totale peut endommager les cellules du cerveau ou faire enfler le cerveau.

Certaines thérapies biologiques, comme l’interleukine 2 (Aldesleukin, Proleukin), peuvent affecter la fonction cognitive. Elles sont plus susceptibles de causer des problèmes quand elles doivent être administrées sur une longue période.

On a établi un lien entre les hormonothérapies, comme les médicaments anti-œstrogéniques, et les troubles cognitifs, mais les problèmes sont moins graves qu'avec d'autres traitements.

Une chirurgie au cerveau, comme lorsqu’on veut faire une biopsie ou enlever une tumeur, peut endommager ou perturber des régions du cerveau.

États ou symptômes liés au cancer

Les troubles cognitifs peuvent aussi être causés par des états ou des symptômes liés au cancer ou à son traitement dont ceux-ci :

  • anémie (nombre peu élevé de globules rouges);
  • troubles du sommeil;
  • fatigue;
  • hypercalcémie (taux élevé de calcium dans le sang);
  • déséquilibre des électrolytes.

Autres problèmes de santé

D’autres problèmes de santé peuvent nuire à la fonction cognitive dont ceux-ci :

  • infections, en particulier au cerveau et à la moelle épinière ou si elles causent une forte fièvre;
  • autres maladies ou états qui affectent le cerveau ou le système nerveux;
  • insuffisance de vitamines et de minéraux comme le fer, la vitamine B et l’acide folique;
  • stress, anxiété ou dépression;
  • âge avancé;
  • médicaments permettant de traiter des troubles médicaux liés au cancer ou à son traitement.

Médicaments

Les médicaments qui peuvent causer des troubles de la fonction cognitive sont entre autres ceux-ci :

  • médicaments administrés lors d’une greffe de cellules souches qui peuvent causer l’immunosuppression;
  • antibiotiques;
  • corticostéroïdes;
  • analgésiques;
  • antidépresseurs;
  • médicaments contre l’angoisse;
  • médicaments pour le cœur;
  • médicaments pour soulager les troubles du sommeil;
  • médicaments pour traiter les nausées, les vomissements ou d'autres symptômes liés au cancer.

Retour au menu

Symptômes

Les changements de la fonction cognitive peuvent être très légers et s’atténuer ou disparaître quelques jours ou quelques mois après le traitement. Il arrive parfois que les troubles cognitifs soient plus graves et qu’ils prennent plus de temps à diminuer, et ils peuvent même ne pas diminuer du tout.

Les changements cognitifs sont différents pour tous. Ils peuvent affecter considérablement vos capacités intellectuelles et causer des problèmes avec ce qui suit :

  • aptitudes langagières, entre autres s’exprimer avec des mots, se rappeler des mots ou nommer des objets, comprendre les mots ou les conversations et écrire;
  • mathématiques;
  • mémoire, entre autres oublier des choses que vous connaissiez bien comme des noms et des dates importantes;
  • apprentissage de nouvelles choses;
  • réalisation de différentes tâches toutes à la fois (multitâches) ou passage d’une tâche à l’autre;
  • attention, concentration ou ordre dans les idées;
  • jugement et raisonnement;
  • habiletés motrices comme boutonner ses vêtements ou se servir de la coutellerie;
  • rapidité de la pensée.

Les changements cognitifs peuvent aussi affecter le comportement ou les émotions :

  • désorientation ou brouillard mental;
  • sautes d’humeur;
  • colère ou pleurs inopportuns;
  • comportement irrationnel;
  • confusion.

Les troubles cognitifs peuvent affecter votre bien-être psychosocial et votre qualité de vie dans son ensemble, dont votre capacité de travailler ou d’effectuer vos activités quotidiennes. Ils peuvent aussi nuire à votre capacité de comprendre votre maladie ou votre traitement ou de prendre des décisions s’y rapportant.

Retour au menu

Diagnostic

Les premiers signes de la déficience cognitive, ou troubles cognitifs, sont subtils et on peut passer facilement à côté. Certains des changements associés aux troubles cognitifs peuvent aussi être confondus avec la dépression ou la fatigue ou être aggravés par ces états.

Les membres de la famille sont souvent les premières personnes à observer un changement de la fonction cognitive ou de la personnalité d’un proche. Vous pouvez demander à un membre de votre famille ou à un aidant de noter les changements qui affectent votre pensée, votre communication et votre mémoire. Si vous ou quelqu’un d’autre observez que votre fonction cognitive change, parlez de vos préoccupations à votre médecin. Il peut faire une simple évaluation ou vous diriger vers un spécialiste qui vous évaluera plus en profondeur.

Pour évaluer votre fonction cognitive, votre médecin peut :

  • vous parler des changements cognitifs que vous avez observés;
  • vous faire un examen physique;
  • vous faire passer des épreuves diagnostiques;
  • vous faire un examen neurologique afin de vérifier :
    • vos réflexes;
    • votre équilibre et votre coordination;
    • vos habiletés motrices;
    • votre force musculaire;
    • votre réaction à la douleur;
    • votre reconnaissance de votre environnement;
    • votre jugement et votre raisonnement;
    • votre mémoire;
    • votre capacité à calculer;
    • vos aptitudes langagières.

Votre médecin peut vous prescrire une TDM ou un examen d’IRM de la tête pour vérifier la présence de tumeurs, de lésions au cerveau causées par un traitement ou de changements dans la substance cérébrale.

Apprenez-en davantage sur les tests et interventions, dont l’examen physique, la TDM et l’IRM.

Retour au menu

Traitement

La rééducation cognitive, c’est vous apprendre ou vous réapprendre à penser, à raisonner et à mémoriser des informations. Bien que ces aptitudes ne soient pas exactement les mêmes qu’avant le cancer ou son traitement, la rééducation cognitive peut avoir des effets positifs qui aideront à accroître votre confiance et à améliorer votre qualité de vie.

Si les troubles cognitifs sont causés par un état, comme l’anémie ou une infection, ils disparaissent habituellement une fois que cet état ou le cancer est traité. Les troubles cognitifs causés par un médicament devraient disparaître une fois que vous cessez de le prendre.

Les troubles cognitifs causés par le cancer ou son traitement peuvent disparaître après le traitement, persister longtemps ou devenir permanents. Le traitement des troubles cognitifs à long terme peut comporter les méthodes suivantes :

  • prise de stimulants pour améliorer votre concentration et votre mémoire;
  • prise de médicaments qui améliorent la cognition, comme ceux qui traitent la maladie d’Alzheimer;
  • prise d’antidépresseurs, si les troubles cognitifs sont causés ou aggravés par la dépression;
  • prise d’antagonistes opiacés (médicaments qui agissent contre les opioïdes comme la morphine) pour vous rendre moins somnolent;
  • rééducation cognitive pour aider à améliorer vos aptitudes cognitives et vous aider à faire face aux troubles cognitifs;
  • ergothérapie pour vous aider à mener vos activités quotidiennes;
  • rééducation professionnelle pour améliorer vos compétences professionnelles;
  • aide et soutien psychosocial pour vous et votre famille.

Demandez à votre équipe de soins comment elle pourrait vous aider à traiter vos troubles cognitifs. Un conseiller formé en neuropsychologie peut vous soutenir lors de la rééducation cognitive et l’adapter en fonction de vos besoins.

Retour au menu

Stratégies d’adaptation

De nombreuses personnes qui éprouvent des troubles cognitifs sont frustrées, embarrassées et sur la défensive parce que leurs aptitudes sont réduites. Il est également fréquent que les aidants se sentent frustrés et impuissants. Se rétablir de troubles cognitifs diffère pour chacun. Cela dépend de l’étendue de la maladie, du type de traitement et d’autres facteurs.

Vous pouvez essayer les stratégies suivantes pour vous aider à faire face aux problèmes qui affectent votre pensée, votre mémoire et votre attention.

Utilisez différents outils pour aider votre mémoire

Notez vos symptômes. Cela pourrait vous aider à savoir quand vous êtes plus distrait et vous révéler si votre mémoire est moins bonne quand vous êtes fatigué ou affamé ou bien à d’autres moments. Savoir quand votre fonction cognitive est la meilleure ou la pire peut vous aider à planifier votre journée afin que vous puissiez accomplir plus de tâches difficiles quand vous vous sentez le mieux.

Gardez un aide-mémoire du quotidien à portée de la main à la maison et au travail afin que vous puissiez le consulter tout au cours de la journée. Ayez toujours en main un calepin et un stylo afin de pouvoir facilement prendre des notes et écrire des rappels. Vous pouvez aussi vous servir d’une application de prise de notes sur votre téléphone intelligent ou votre tablette.

Utilisez un calendrier ou un agenda quotidien pour vous rappeler de vos rendez-vous, activités et dates importantes. Mettez des rappels sur votre téléphone ou votre calendrier de courriel. Vous pouvez aussi appliquer des autocollants dans toute la maison pour vous rappeler de tâches importantes à réaliser.

Essayez de mener une seule tâche à la fois et d’éviter les distractions.

Prenez soin de vous

L’activité physique, comme la marche, la natation et le jardinage, peut vous aider à rester vif d’esprit. Il est également important de vous reposer beaucoup et d’essayer d’atténuer votre stress. Le yoga et la méditation peuvent vous aider à vous détendre et à avoir les pensées plus claires.

Exercez votre cerveau. Essayez différentes activités, comme faire des casse-tête ou des mots-croisés, peindre, jouer d’un instrument de musique ou apprendre un nouveau passe-temps. Jouer avec les mots, comme trouver des rimes, peut aussi vous aider à vous rappeler de certaines choses.

Dites à votre famille et à vos amis comment vous vous sentez et comment vos troubles cognitifs vous affectent. Ils seront en mesure de mieux vous soutenir s’ils comprennent ce que vous vivez. Ils pourraient aussi vous proposer des façons de vous aider.

Demandez à votre employeur si vous pouvez avoir du soutien au travail comme pour gérer votre charge de travail ou respecter les échéanciers.

Discutez avec votre équipe de soins

Posez des questions lors de vos rendez-vous. Vous pouvez aussi amener un ami ou un membre de votre famille qui prendra des notes afin que vous puissiez revoir ce qui a été dit lors du rendez-vous.

Retour au menu

immunosuppression

Réduction ou abolition de la capacité du système immunitaire à combattre les infections et les maladies.

L’immunosuppression peut être causée par des maladies, comme le sida ou le lymphome. Elle peut aussi être un effet secondaire de certains agents chimiothérapeutiques. Les médecins peuvent également provoquer volontairement l’immunosuppression avant une greffe d’organe ou de cellules souches afin de prévenir le rejet.

Cette affection est aussi appelée immunodépression.

antibiotique

Médicament utilisé pour combattre les infections causées par des bactéries ou d’autres micro-organismes.

corticostéroïdes

Hormones stéroïdiennes qui agissent comme anti-inflammatoire en réduisant l’enflure et en affaiblissant la réaction immunitaire (réaction du système immunitaire à la présence de substances étrangères).

Les corticostéroïdes sont sécrétés par les glandes surrénales. Ils peuvent aussi être fabriqués en laboratoire.

Histoires

Steve Manske Aider les jeunes à améliorer leur santé

Plus de details

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus