Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Radiothérapie systémique

La radiothérapie systémique est un type de radiothérapie lors de laquelle une matière radioactive circule dans le sang pour atteindre des cellules dans tout le corps. La radiothérapie systémique permet de traiter certains types de cancer, comme le cancer de la glande thyroïde, ou de soulager la douleur quand le cancer s’est propagé (métastases) aux os. On l’appelle aussi radiothérapie interne avec source non scellée, traitement radio-isotopique, traitement isotopique ou traitement radiopharmaceutique.

Sources de radiation

Les radio-isotopes employés en radiothérapie systémique sont entre autres les suivants :

  • iode
  • strontium
  • phosphore

Le temps nécessaire pour que la radioactivité d'une substance diminue de moitié porte le nom de demi-vie. Les diverses matières radioactives ont différentes demi-vies. Cette information aide l'équipe de radiothérapie à choisir le type de matière à employer et à planifier le protocole de traitement. Cela permet aussi de déterminer pendant combien de temps il faut suivre des mesures de sécurité à la suite du traitement.

Retour au menu

Administration de la radiothérapie systémique

On peut ainsi administrer les matières radioactives :

  • par la bouche (voie orale)
    • La matière radioactive est administrée sous forme de capsule ou de liquide.
    • L'iode radioactif (I-131), par exemple, permet de traiter certains types de cancer de la glande thyroïde. La glande thyroïde se sert de l'iode pour fabriquer des hormones. La glande thyroïde et les cellules du cancer de la glande thyroïde absorbent l’iode radioactif. La radiation contenue dans l'iode est toxique pour les cellules cancéreuses et les détruit.
  • par injection intraveineuse
    • La matière radioactive est injectée dans une veine.
    • Le strontium 89 (Sr-89, Metastron), par exemple, peut permettre de soulager la douleur lorsqu'un cancer s'est propagé (métastases) aux os. La substance injectée est absorbée par les régions de l'os qui contiennent des cellules cancéreuses. La radiation détruit les cellules cancéreuses et soulage ainsi la douleur osseuse.
  • par instillation
    • La matière radioactive est administrée goutte à goutte, ou instillée, dans une cavité, ou espace, du corps.
    • Le phosphore 32 (P-32), par exemple, peut être instillé dans la cavité abdominale ou, moins souvent, dans la couche mince de tissu qui entoure les poumons (plèvre). Le phosphore 32 peut réduire une accumulation de liquide dans ces régions, effet secondaire engendré par certains types de cancer de stade avancé.

Retour au menu

Planification d’une radiothérapie systémique

L’équipe de radiothérapie étudie les résultats d’analyses de laboratoire et d’examens d’imagerie avant d’administrer la radiothérapie systémique. Il est possible qu’une préparation spéciale soit nécessaire selon le type de cancer à traiter. L’équipe de soins de santé doit, quant à elle, confirmer si une femme en âge de procréer n’est pas enceinte ou n’allaite pas. L’allaitement est interrompu environ 1 à 2 semaines avant la radiothérapie systémique.

La dose de radiothérapie systémique diffère selon chaque personne. Elle dépend du type de cancer à traiter, de la source radioactive employée et, dans certains cas, du poids corporel.

Retour au menu

Préparation d’un enfant à une radiothérapie systémique

Recevoir une radiothérapie systémique peut être une expérience effrayante si un enfant ne sait pas ce qui lui arrive. Puisqu'il a peur, il pourrait ne pas vouloir collaborer lors du processus thérapeutique ou en être incapable. Aider l'enfant à comprendre ce qui se passe et le préparer au traitement atténuera ses peurs et lui permettra de collaborer avec l'équipe de radiothérapie.

Il est possible qu’une préparation spéciale soit nécessaire quand on administre une radiothérapie systémique selon le type de cancer à traiter. L’équipe de soins de santé doit, quant à elle, confirmer si une fille en âge de procréer n’est pas enceinte ou n’allaite pas. L’allaitement est interrompu environ 1 à 2 semaines avant la radiothérapie systémique.

Retour au menu

Recevoir une radiothérapie systémique

On administre la radiothérapie systémique à l’hôpital, habituellement au service de médecine nucléaire, ou dans un centre de traitement du cancer. La personne qui reçoit une radiothérapie systémique est généralement hospitalisée, mais il arrive que le traitement soit administré en consultation externe. Cela dépend de la région à traiter, du type de radiothérapie systémique à administrer et de l’état de santé global de la personne.

On administre le radio-isotope, aussi appelé produit radiopharmaceutique, par voie orale (bouche), par injection intraveineuse (directement dans une veine) ou par instillation dans une cavité, ou espace, du corps. Le radio-isotope circule jusqu'à certaines parties du corps où des cellules cancéreuses l'absorbent. Habituellement, une seule dose suffit.

La personne qui reçoit une radiothérapie systémique reste habituellement dans une chambre privée de l'hôpital ou du centre de traitement pendant 48 à 72 heures puisque c'est à ce moment-là que la radiation est la plus active. La durée de ce séjour dépend du type de radio-isotope employé et de la dose administrée. La plupart des personnes qui reçoivent de l'iode radioactif (I-131), par exemple, doivent être hospitalisées, mais lorsqu'on administre des doses plus faibles, certaines peuvent recevoir leur traitement en consultation externe.

Retour au menu

Mesures de sécurité

Lorsque la radiation est la plus active, on peut en détecter une certaine quantité à l'extérieur du corps. C'est pourquoi des mesures de sécurité sont nécessaires pour protéger de la radiation les autres personnes qui sont dans l’hôpital ainsi que les visiteurs. Le radio-isotope devient de moins en moins radioactif chaque jour. Bien que la radiation libérée dans le corps soit très faible au moment où la personne quitte l'hôpital pour se rendre chez elle, il est possible qu'elle doive prendre certaines mesures de sécurité à la maison. La matière radioactive finit par se dissiper complètement au bout de plusieurs jours ou de quelques semaines.

Les personnes qui reçoivent une radiothérapie systémique sont habituellement admises à l’hôpital dans une chambre privée et sont isolées des autres. Cette période peut être difficile vu les restrictions imposées pour les visites et les soins infirmiers. Certaines activités peuvent aussi être restreintes, mais la personne qui reçoit le traitement peut habituellement lire, regarder la télévision, écouter de la musique ou parler au téléphone. Le personnel infirmier prodigue tous les soins nécessaires.

Il est possible qu'un radiophysicien mesure régulièrement le niveau de radioactivité dans la chambre. Il pourrait également déterminer le taux de radioactivité dans la personne traitée avant qu'elle ne reçoive son congé de l'hôpital.

Précautions à prendre lors du séjour à l’hôpital

La durée d'observation des précautions varie selon le type de radiothérapie systémique administré, mais elle est habituellement de 2 à 3 jours.

On met une affiche sur la porte de la chambre de la personne traitée qui indique aux visiteurs de se présenter au poste du personnel infirmier avant d'entrer. Cette pratique permet d'informer les visiteurs des précautions qui doivent être prises. Les enfants de moins de 18 ans et les femmes enceintes ne sont pas admis dans la chambre quand la source de radiation est active.

Les précautions se basent sur certains des principes suivants.

  • Durée
    • Il est possible qu'on limite la durée des visites afin de réduire l'exposition. Ces limites varient (10 à 30 minutes par jour par exemple) et sont déterminées sur une base individuelle.
    • Le temps que passe le personnel infirmier avec la personne traitée avec une matière radioactive est limité pour minimiser leur exposition.
  • Distance
    • Le niveau de rayonnement est le plus élevé à la source radioactive même. Il s'affaiblit quand on s'en éloigne.
    • Il est possible qu'on demande aux visiteurs de rester à au moins 6 pieds de la personne traitée par curiethérapie ou radiothérapie systémique.
    • Il se peut que le personnel infirmier discute avec la personne traitée à partir de la porte ou d'un interphone.
  • Protection
    • Il est possible qu'on place un écran de protection portatif en plomb ou d'autres dispositifs de protection entre la personne traitée et le visiteur ou le soignant.
  • Les chambres dans lesquelles on administre la radiothérapie sont spécialement protégées, alors il n'y a pas de risque d'exposition pour toutes les personnes qui se trouvent à l'extérieur de ces chambres. Les personnes qui reçoivent des isotopes radioactifs, comme l'iode radioactif, vont peut-être devoir suivre des mesures de sécurité relatives aux liquides corporels pendant quelques jours puisque la matière radioactive est évacuée du corps par l'urine et d'autres liquides corporels. Ce sont entre autres :
    • s'asseoir sur le siège de toilette pour uriner afin qu'il n'y ait pas d'éclaboussure;
    • tirer la chasse d'eau 2 ou 3 fois chaque fois qu'on urine ou qu'on va à la selle;
    • essuyer tout déversement d'urine avec un mouchoir qu'on jette dans la toilette;
    • se laver les mains tout de suite après avoir utilisé la toilette;
    • utiliser de la vaisselle et des ustensiles jetables.
  • La literie et les déchets sont conservés dans des conteneurs dans la chambre jusqu'à ce que le traitement soit terminé.

Précautions à la maison

L'équipe de radiothérapie donne aux personnes traitées par radiothérapie systémique des directives particulières sur toutes les mesures de précaution qu'elles doivent suivre et sur leur durée. Il serait bon de discuter avec son radio-oncologue ou l'équipe de radiothérapie si on a des préoccupations ou des questions relatives à la sécurité.

La plus grande partie de la radiation n’est plus dans le corps de la personne quelques jours après le traitement, mais il se peut qu’elle doive encore prendre des précautions une fois qu’elle est à la maison. L'équipe de soins de santé donne aux personnes traitées par isotopes radioactifs, comme l'iode radioactif (I-131) et le strontium 89 (Sr 89, Métastron), des directives particulières sur toutes les mesures de sécurité à suivre lorsqu'elles retournent à la maison. Elles devraient les appliquer jusqu'à ce que leur corps ne contienne plus de radiation considérée dangereuse pour les autres.

Les mesures de sécurité sont entre autres celles-ci :

  • s'asseoir sur le siège de toilette pour uriner afin qu'il n'y ait pas d'éclaboussure;
  • tirer la chasse d'eau 2 ou 3 fois chaque fois qu'on urine ou qu'on va à la selle;
  • essuyer tout déversement d'urine avec un mouchoir qu'on jette dans la toilette;
  • se laver les mains tout de suite après avoir utilisé la toilette;
  • laver les vêtements et la literie tachés d'urine ou de sang dès que possible; les laver à part des autres brassées et bien les rincer;
  • si on se coupe, on essuie les éclaboussures de sang
  • utiliser de la vaisselle et des ustensiles jetables.

Retour au menu

Histoires

Sophie Lebel Ma famille est fière du travail que j’accomplis pour amener des changements positifs dans la vie des gens.

Lisez l’histoire de Dre Lebel

Transport vers les centres de traitement du cancer

Illustration d’une automobile

Depuis plus de 50 ans, le programme de transport de la Société canadienne du cancer aide les patients à canaliser leurs énergies dans leur combat contre le cancer sans avoir à se préoccuper de trouver un moyen de se rendre à leurs traitements.

Apprenez-en plus