Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Radiothérapie à la tête et au cou

Il est toujours possible que certains effets secondaires se produisent lorsqu'on administre une radiothérapie dans la région de la tête et du cou. La radiation peut irriter les muqueuses qui tapissent la bouche, la gorge et la partie supérieure de l'œsophage. Elle peut aussi affecter d'autres structures qui se trouvent dans la zone de traitement. La majorité des effets secondaires se manifestent habituellement après 2 à 3 semaines de radiothérapie. Beaucoup se résorbent une fois la radiothérapie terminée, mais quelques-uns peuvent persister ou se manifester bien après qu'on ait cessé d'administrer le traitement.

Les effets secondaires varient selon la région de la tête et du cou traitée par radiothérapie.

Réactions cutanées

Le cuir chevelu ou la peau du visage ou du cou peut s'assécher, démanger, devenir rouge et sensible dans la région traitée par radiothérapie. Ces effets secondaires se produisent habituellement après 2 à 3 semaines de radiothérapie et se résorbent généralement quelques semaines après le traitement. Le cuir chevelu, le visage et le cou devraient être protégés du soleil et du froid par un chapeau, un turban ou un foulard. L'équipe de radiothérapie donne des directives à suivre sur les soins à apporter à la peau et sur la protection contre le soleil, entre autres à partir de quel moment on peut appliquer un écran solaire.

Douleur dans la bouche

La douleur dans la bouche (aussi appelée stomatite ou mucosite buccale) se manifeste parce que les cellules qui se développent rapidement dans le revêtement de la bouche sont sensibles aux effets de la radiation. Des lésions douloureuses peuvent apparaître dans la bouche et sur la langue, les gencives ou les lèvres. Les membranes qui tapissent la bouche, la gorge et l'œsophage risquent de s'irriter.

La douleur dans la bouche apparaît après 2 à 3 semaines de radiothérapie. Elle s'atténue souvent quelques semaines après le traitement.

Une hygiène de la bouche régulière et minutieuse peut aider à prévenir la douleur et à atténuer l'infection. L'équipe de radiothérapie donne les directives à suivre sur la fréquence des nettoyages et des rinçages de la cavité buccale et sur les produits à utiliser. Des analgésiques ou des solutions orales spéciales peuvent être nécessaires pour soulager la douleur.

Infection

Les personnes qui reçoivent une radiothérapie à la tête et au cou sont plus vulnérables aux infections de la bouche ou de la gorge, comme les infections aux levures (muguet) ou l'herpès buccal (virus qui provoque la formation de feux sauvages ou de boutons de fièvre). On devrait signaler à l'équipe de radiothérapie la présence de lésions dans la bouche et de signes d'infection.

On pourrait vous prescrire des médicaments ou des solutions orales spéciales pour combattre les infections bactériennes, fongiques ou virales.

Sécheresse de la bouche

La sécheresse de la bouche (xérostomie) se manifeste quand la radiation endommage les glandes salivaires et que la quantité de salive ainsi que sa qualité diminuent. La bouche devient sèche après 2 à 3 semaines de radiothérapie et cet effet peut s'aggraver au fil du temps. Des mois, voire des années, peuvent être nécessaires pour que la bouche ne soit plus sèche. Il est possible que les glandes salivaires ne récupèrent pas complètement et que la sécheresse buccale devienne ainsi un problème permanent.

Il est important de suivre les directives de l'équipe de radiothérapie sur l'hygiène de la bouche. Ils peuvent prescrire de la salive artificielle et suggérer d'autres façons de soulager une bouche sèche.

Changements du goût

Il est possible que le goût change si la radiothérapie endommage les glandes salivaires et les papilles gustatives de la langue, ce qui risque d'affecter le goût ou l'odeur de certains aliments. Les papilles gustatives sont très sensibles aux effets de la radiation et les symptômes se manifestent souvent au cours de la première ou de la deuxième semaine de traitement. Divers changements du goût peuvent être provoqués par la radiothérapie.

  • Les saveurs salée et amère sont habituellement celles qui sont les plus affectées.
  • Certains aliments, comme la viande, peuvent avoir un goût amer ou métallique.

Plusieurs méthodes permettent d'atténuer les changements du goût. L'équipe de radiothérapie ou une diététistediététisteProfessionnel de la santé spécialisé dans le domaine de la nutrition et des aliments. peut vous en suggérer.

Il est possible que le sens du goût revienne à la normale de 1 à 3 mois après la radiothérapie.

Difficulté à avaler

Une radiothérapie à la tête et au cou peut endommager les glandes salivaires et ainsi rendre la production de salive insuffisante. Elle peut aussi causer l’inflammation de la gorge (pharyngite) ou de l’œsophage (œsophagite). Un manque de salive et l’inflammation peuvent faire en sorte qu’il est difficile ou douloureux d’avaler. Cet effet secondaire apparaît habituellement après environ 2 semaines de traitement.

Si vous avez des problèmes à vous alimenter parce que vous avez de la difficulté à avaler ou que c'est douloureux de le faire, vous devriez en aviser l'équipe de radiothérapie. Ils peuvent vous faire des suggestions utiles. Vous pourriez prendre des médicaments, comme les antiacides, pour soulager la douleur causée par l'inflammation de l'œsophage. La difficulté à avaler causée par une pharyngite ou une œsophagite disparaît souvent après le traitement, lorsque l'inflammation s'est atténuée.

Perte d'appétit

La perte d'appétit (anorexie) peut être causée par les facteurs suivants :

  • accumulation de déchets engendrée par la mort des cellules cancéreuses
  • difficulté à avaler
  • nausées et vomissements
  • fatigue
  • changements du goût ou de l'odorat qui rendent les aliments moins appétissants

La perte d'appétit est un effet secondaire courant de la radiothérapie à la tête et au cou qui peut mener à une perte de poids et à la malnutrition. Continuer de bien s'alimenter pendant et après la radiothérapie est important pour aider une personne à se rétablir du traitement. On peut prendre des mesures afin d'accroître l'appétit et d'aider une personne à manger davantage et à conserver une bonne alimentation. Il est possible qu'on recommande la prise de suppléments alimentaires. Consulter une diététiste est souvent utile quand on fait face à une perte d'appétit.

Nausées et vomissements

Les nausées et vomissements ne sont pas un effet secondaire courant de la radiothérapie à la tête et au cou, mais il est possible qu'ils se produisent. Les nausées et vomissements sont susceptibles de se manifester après 1 ou 2 semaines de radiothérapie. On peut habituellement les soulager à l'aide d'antinauséeux et ils disparaissent généralement une fois le traitement terminé.

Amincissement ou perte des cheveux

L'amincissement ou la perte des cheveux (alopécie) se produit seulement dans la zone de traitement. Cela arrive habituellement après 2 à 3 semaines de radiothérapie. On peut perdre ses cheveux en partie ou en totalité selon la dose de radiation administrée.

La perte de cheveux peut être temporaire lorsqu'on administre de faibles doses de radiation. Il est important d'être délicat avec ses cheveux. Employez un shampooing doux et une brosse à poils doux et laissez vos cheveux sécher naturellement. Ils repoussent souvent de 3 et 6 mois après le traitement. La perte de cheveux est plus susceptible d'être permanente si les doses de radiation sont élevées.

Maux d'oreille ou troubles de l'ouïe

Il est possible que des maux d'oreille ou des troubles de l'ouïe surviennent si l'oreille se trouve dans la zone de traitement. Ces effets peuvent être dus au cérumen qui durcit ou bien à une irritation ou également à des lésions de l'oreille moyenne ou de l'oreille interne causées par la radiation. L'oreille devrait être protégée du soleil et du froid.

Il faudrait signaler la présence de troubles de l'ouïe à l'équipe de radiothérapie. On prescrit parfois des gouttes. Ces symptômes se résorbent habituellement de 1 à 2 semaines après la radiothérapie.

Changements de la voix

Il est possible que la voix change (enrouement) si le larynx se trouve dans la zone traitée par radiothérapie. Ces changements sont causés par l'enflure et l'inflammation des cordes vocales (laryngite).

L'enrouement peut se manifester après 2 à 3 semaines de radiothérapie. Évitez de vous efforcer de parler si l'enrouement s'intensifie. Il serait bon aussi d'éviter l'alcool et le tabac. Il est possible qu'on doive avoir recours à l'orthophonie pour aider à renforcer la voix par le biais d'exercices ou d'appareils. En général, ces effets secondaires s'estompent graduellement après le traitement.

Caries dentaires

L'apparition de caries dentaires est un effet tardif de la radiothérapie à la tête et au cou. La sécheresse de la bouche (xérostomie) et l’effet de la radiation sur l'émail des dents peuvent accroître le risque de formation de caries dentaires. La salive aide à nettoyer les dents et les gencives, c'est pourquoi le risque de caries et de maladie des gencives est plus grand lorsqu'il y a moins de salive dans la bouche.

Il faut souvent consulter le dentiste avant de commencer la radiothérapie. Il est très important d'avoir une bonne hygiène de la bouche pour prévenir les problèmes. Il faudrait éviter les collations sucrées puisque le sucre favorise davantage le développement de caries dentaires lorsqu'on a peu de salive. On pourrait prescrire des traitements à base de fluorure pour aider à protéger les dents des caries. On recommande souvent de consulter régulièrement le dentiste après le traitement.

Ostéoradionécrose

L’ostéoradionécrose, c’est la destruction des os engendrée par la radiation. Les os meurent parce que les vaisseaux sanguins sont affectés. Cet effet se produit plus fréquemment dans la mâchoire inférieure (mandibule). L'ostéoradionécrose se produit rarement, mais lorsque c'est le cas, elle peut causer des infections, des fractures des os ou de la douleur. Il s'agit le plus souvent d'un effet secondaire tardif, c'est-à-dire qui se manifeste bien après la radiothérapie, donc les personnes traitées risquent de développer une ostéoradionécrose plusieurs années après le traitement.

La sécheresse de la bouche (xérostomie) contribue aussi à l'ostéoradionécrose des os de la mâchoire. Prendre bien soin de sa bouche et de ses dents peut aider à prévenir ce problème. Si on doit extraire des dents, on le fait avant la radiothérapie, c'est pourquoi on effectue souvent un examen dentaire avant d'entamer le traitement. On prescrit fréquemment des rince-bouche au fluorure à utiliser au quotidien.

Le traitement de l'ostéoradionécrose peut comporter :

  • un traitement aux antibiotiques;
  • une chirurgie pour enlever le tissu osseux affecté ou pour le réparer;
  • une oxygénothérapie hyperbare (l'oxygène améliore la circulation sanguine vers la région traitée et aide à prévenir l'infection).

Trismus

Une radiothérapie à la mâchoire peut causer la cicatrisation des muscles de la mastication. Des muscles qui se sont cicatrisés rendent la mâchoire raide et empêchent parfois la bouche de s'ouvrir toute grande. Cet effet secondaire porte le nom de trismus. Le trismus peut survenir après une radiothérapie et nuire à l'hygiène de la bouche, aux traitements au fluorure et aux soins des dents. Pratiquer des exercices de la mâchoire, comme ouvrir et fermer la bouche, peut être utile et on devrait s'y appliquer régulièrement pendant et après la radiothérapie.

Troubles de la vue

Des troubles de la vue peuvent survenir lorsque la radiation endommage les vaisseaux sanguins de l'œil ou le nerf optique. La radiothérapie peut causer une sécheresse oculaire ou une perte de la vision. Elle peut aussi causer des cataractes (le cristallin de l'œil devient opaque). Les troubles de la vue se manifestent habituellement bien après la radiothérapie et sont plus susceptibles de se produire lorsqu'on a recours à de fortes doses de radiation.

Des examens réguliers de la vue permettent de détecter des changements de la vision ou des cataractes.

Troubles de la glande thyroïde

Une radiothérapie au cou peut provoquer l'hypothyroïdie (diminution de la fonction de la glande thyroïde). La glande thyroïde sécrète des hormones qui aident à contrôler et à maintenir de nombreuses fonctions du corps. Les symptômes de l'hypothyroïdie sont entre autres la fatigue, la perte de cheveux, la fragilité des ongles, la sécheresse de la peau ou des changements menstruels chez la femme.

L'hypothyroïdie survient habituellement de 3 à 4 ans après le traitement, mais elle peut également se produire bien des années plus tard.

On vérifie la fonction de la glande thyroïde et il est possible qu’une personne doive prendre des médicaments (traitement de substitution de l'hormone thyroïdienne) chaque jour pour contrôler cette glande.

Myélopathie post-radique

La myélopathie post-radique se définit par des dommages causés à la moelle épinière par la radiothérapie. Il en existe 2 types, soit transitoire et tardive, ou retardée.

La myélopathie post-radique transitoire est caractérisée par le signe Lhermitte qui est une sensation de décharge électrique dans le cou, le dos ou les jambes. Elle se manifeste habituellement lorsque le cou est penché vers l’avant. Cet effet secondaire survient le plus souvent de 2 à 6 mois après la radiothérapie. Ce type de myélopathie s’atténue habituellement sans traitement et il ne cause aucun problème à long terme.

La myélopathie post-radique tardive, ou retardée, apparaît des mois voire des années après la radiothérapie. Elle caractérisée par une faiblesse, une insensibilité à la température ou une perte de la proprioception, le sens qui permet de percevoir la position, la posture, l’équilibre et le mouvement du corps. En général, la myélopathie post-radique tardive ne s’améliore pas d’elle-même et peut graduellement entraîner une paralysie.

Histoires

Researchers Dr John White and Dr James Gleason Dr John White travaille à l’élaboration d’un nouveau traitement contre le cancer « 2 en 1 » afin de contrer la résistance aux médicaments.

Plus de details

Un coup de pouce pour les familles

Illustration d’une foule

La Société canadienne du cancer aide à défrayer les familles qui ont à assumer des coûts liés au traitement d’un enfant atteint de cancer.

Apprenez-en plus