Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Radiothérapie externe

La radiothérapie externe est aussi appelée téléthérapie. Un appareil dirige à travers la peau un faisceau de rayonnement vers la tumeur et une petite quantité de tissu normal qui l’entoure. Cette approche permet de traiter des surfaces plus grandes ou plus d'une surface du corps, comme la tumeur et les ganglions lymphatiques voisins. La plupart des personnes dont le cancer est traité par radiothérapie reçoivent une radiothérapie externe.

La radiothérapie externe :

  • ne fait pas mal
  • ne rend pas la personne radioactive
  • ne peut pas être vue, ressentie ou sentie

Chaque séance de traitement peut durer de 15 à 30 minutes puisque bien positionner la personne et installer l’équipement prend du temps. En général, administrer la dose de radiation ne dure que quelques minutes. Une séance d’irradiation corporelle totale (ICT) peut durer jusqu’à 30 minutes.

Sources de radiothérapie externe

On administre la radiothérapie externe par le biais d'appareils qui dirigent des faisceaux de rayons ou de particules de haute énergie, dont :

  • les rayons X et les rayons gamma
  • des particules, comme les électrons, les protons et les neutrons

Retour au menu

Modalités

Quand la radiothérapie est l’un des principaux traitements du cancer, on l’administre habituellement une fois par jour, 5 jours par semaine, pendant environ 3 à 8 semaines, la fin de semaine étant une période de repos. Administrer le traitement sur plusieurs jours plutôt qu’en une seule séance permet aux cellules normales de se rétablir et de se réparer.

Il arrive parfois qu’on administre une séance de traitement plus d’une fois par jour ou un jour sur deux. Cela dépend :

  • du type de cancer
  • de l’état de santé global de la personne
  • de la dose totale
  • du schéma de fractionnement
  • de l’administration d’autres types de traitement pendant la même période

Quand on administre une radiothérapie pour soulager les symptômes d’un cancer avancé, soit une radiothérapie palliative, la durée du traitement est plus courte, comme de quelques jours à quelques semaines.

Le radio-oncologue (médecin spécialisé dans le traitement des cancers par radiothérapie) détermine la dose totale de radiation à administrer pour détruire les cellules cancéreuses et épargner le plus possible de cellules normales. Il divise cette dose en un certain nombre de petites doses appelées fractions. Les schémas de fractionnement peuvent varier :

  • fractionnement standard (classique)
    • Le schéma de radiothérapie externe le plus souvent adopté divise la dose totale de radiation en plusieurs petites doses appelées fractions. On administre habituellement une séance de traitement par jour, 5 jours par semaine, pendant environ 3 à 8 semaines.
  • hyperfractionnement
    • Dans le cas de la radiothérapie hyperfractionnée, la dose quotidienne de radiation est administrée chaque jour en 2 séances ou plus. La durée totale du traitement ne change pas. Cela permet d'administrer de multiples petites doses de radiation, qui équivalent à une dose totale plus élevée.
  • fractionnement accéléré
    • Dans le cas de la radiothérapie accélérée, la dose totale de radiation est administrée sur une plus courte période, c'est-à-dire qu'on administre la même dose de radiation plus d'une fois par jour. On ne change pas la dose totale de radiation lors du fractionnement accéléré.
  • hypofractionnement
    • Dans le cas de la radiothérapie hypofractionnée, on administre moins de séances de radiothérapie : soit que la série de traitements quotidiens est plus courte, soit que les doses administrées sont plus fortes et moins nombreuses (parfois seulement une seule séance).
  • complément d'irradiation
    • Pour certaines tumeurs, il est possible qu'on irradie une petite région une fois la radiothérapie habituelle terminée. Cette dose supplémentaire peut être administrée par voie externe ou interne. On y a recours afin de réduire le risque de récidive dans une région particulière. Le complément d'irradiation sert aussi à traiter la tumeur ou la région qui l'entoure à l'aide d'une dose plus élevée que ce que les tissus normaux voisins toléreraient.

Retour au menu

Administration de la radiothérapie externe

Les accélérateurs linéaires (LINAC) et les appareils au cobalt-60 permettent d'administrer la radiothérapie externe. Divers modèles d'accélérateurs linéaires produisent différentes quantités d'énergie, ou voltage. Le type d'appareil employé dépend de l'emplacement, de la profondeur, du type et de l'étendue de la tumeur devant être traitée.

  • Les appareils d’orthovoltage émettent des faisceaux de basse énergie qui ne pénètrent pas très en profondeur dans la peau. On les utilise pour traiter les tumeurs superficielles, comme les cancers de la peau.
  • Les appareils de mégavoltage émettent des faisceaux de haute énergie qui pénètrent plus en profondeur dans le corps. On les utilise pour traiter les tumeurs internes profondes.

Il existe d'autres types de radiothérapie externe dont ceux-ci :

Retour au menu

Planification d’une radiothérapie externe

La simulation est une séance de planification qui se déroule dans un centre de traitement du cancer avant la première séance de radiothérapie. Elle permet de déterminer la dose de radiation à administrer et de planifier avec précision les séances de traitement. L’équipe de soins de santé s’assure que la radiation est dirigée exactement vers la même région à chaque séance.

La simulation se déroule habituellement une seule fois et dure de 15 minutes à une heure ou plus.

Retour au menu

Préparation d’un enfant à une radiothérapie

Recevoir une radiothérapie peut être une expérience effrayante si un enfant ne sait pas ce qui lui arrive. Puisqu'il a peur, il pourrait ne pas vouloir collaborer lors du processus thérapeutique ou en être incapable. Aider l'enfant à comprendre ce qui se passe et le préparer au traitement atténuera ses peurs et lui permettra de collaborer avec l'équipe de radiothérapie.

Avant le traitement

On offre habituellement à l'enfant et à ses parents une visite guidée du service de radiothérapie et de la salle de traitement afin qu’ils sachent à quoi ressemblent les appareils. Un enfant a souvent moins peur de la grosse machine s’il la voit d’abord avec ses parents et s’il comprend comment elle fonctionne avant d’être traité.

Tous les centres de radiothérapie au Canada ont maintenant accès à un DVD éducatif interactif spécial. Les enfants et leur famille peuvent l'explorer sur leur ordinateur à la maison afin d'en apprendre davantage sur tout ce qui touche l'administration de la radiothérapie (conçu par le Princess Margaret Hospital et le Sick Kids Hospital de Toronto en Ontario).

Lors des séances de traitement

L’enfant qui est éveillé et qui n’a pas besoin d’un sédatif lors des séances de traitement peut s’ennuyer.

  • Certains centres permettent aux enfants d’écouter leur CD de musique favori lors des séances de traitement.
  • Certains centres incitent les enfants à imaginer qu’ils se trouvent à leur endroit préféré ou qu’ils planifient un événement spécial afin de les aider à passer le temps lors des séances de traitement.

Les appareils utilisés lors de la radiothérapie externe sont assez gros. Ils peuvent faire des bourdonnements étranges quand ils fonctionnement. Ils peuvent aussi se déplacer autour de l'enfant pour émettre la radiation sous différents angles.

  • L’appareil peut effrayer l'enfant qui est éveillé lors du traitement. C'est pourquoi il est important de lui expliquer ce qui se passe afin de s’assurer qu'il comprend bien ces bruits.
  • On peut parfois avoir les services d'un thérapeute par le jeu ou d'un éducateur en milieu pédiatrique qui aide l'enfant à utiliser son imagination pour atténuer son anxiété.

Sédatifs pour un enfant

On administre habituellement un léger sédatif (anesthésique) aux enfants de moins de 4 ans pour les aider à rester allongés sans bouger lors des séances de radiothérapie. Les enfants âgés entre 4 et 6 ans peuvent aussi recevoir un sédatif selon leur capacité à comprendre pourquoi ils doivent rester allongés sans bouger, leur niveau d'activité et leur degré d'anxiété. Dans certains cas, les enfants de ce groupe d'âge peuvent avoir besoin de la sédation au début du traitement mais en cours de route, ils peuvent graduellement apprendre comment rester immobiles sans sédatif. En général, les enfants âgés de plus de 7 ans n’ont pas besoin d’un sédatif.

  • On administre habituellement la sédation par un masque ou une ligne intraveineuse si l'enfant en a une. Un médecin spécialement formé pour administrer les anesthésiques, soit un anesthésiste, est la personne qui se charge de donner le sédatif à l'enfant.
    • L’anesthésiste se tient juste à l'extérieur de la salle de traitement pour vérifier les battements du cœur et la respiration de l'enfant pendant la séance à l'aide de moniteurs.
    • Selon la politique du centre de traitement, on pourrait permettre aux parents d'être auprès de leur enfant lors de la sédation, mais ils doivent quitter la salle de traitement lorsqu'on administre la radiothérapie.
  • Une fois que la radiothérapie a été administrée, l'anesthésiste ou un autre membre de l'équipe de radiothérapie est tout près jusqu'à ce que l'enfant soit complètement réveillé et qu'il se soit remis de la sédation. Toute l'intervention ne dure habituellement pas plus de 90 minutes.
  • Si on doit avoir recours à la sédation, l'enfant ne peut ni boire ni manger pendant un certain temps avant la séance. Dès qu'il se réveille et qu'il peut avaler, il peut manger et boire à nouveau.
  • La nutrition d’un enfant qui reçoit une radiothérapie deux fois par jour doit être surveillée par une diététiste. Il est traité en début d'avant-midi et d'après-midi afin de pouvoir boire et manger plus tard dans la journée.
  • La sédation ne cause habituellement pas d'effets secondaires sauf des nausées et des vomissements à l'occasion. L'anesthésiste prescrira alors des antinauséeux si cela devient un problème.
  • Il arrive parfois, en cours de radiothérapie, qu'un enfant développe une résistance à la sédation. Cela signifie que la sédation ne permet plus d'endormir l'enfant. Si cela se produit, on lui administre une plus forte dose du même médicament ou bien un médicament différent. On met tout en œuvre pour laisser savoir aux parents qu’il faut modifier la sédation.
  • Une fois la séance terminée, le radiothérapeute ferme l'appareil et enlève tout dispositif d'immobilisation. L’équipe de soins de santé surveille l'enfant qui se remet de la sédation et décide quand il peut retourner à la maison. L’enfant qui n'a pas reçu de sédatif pendant la séance peut retourner tout de suite à la maison.

Retour au menu

Recevoir une radiothérapie externe

On administre la radiothérapie externe au service de radiothérapie d'un centre de traitement du cancer, habituellement en consultation externe. La radiothérapie externe se déroule un peu comme une radiographie. Avant la séance de radiothérapie externe, il est possible que la personne doive mettre une chemise d'hôpital. Tout ce qui est fait de métal, comme les pinces à couche, les bijoux et les fermetures éclair, et qui se trouve dans la zone de traitement (champ de traitement) doit être enlevé. Tout ce qui est muni d'un élastique serré, comme les bas et les couches, devrait être desserré ou enlevé.

Pendant la séance de radiothérapie :

  • Le radiothérapeute positionne la personne sur la table de traitement selon les données de la simulation.
    • Les marques ou tatouages faits sur la peau ou les lasers d'alignement aident à localiser la zone de traitement.
    • On peut avoir recours à des dispositifs d'immobilisation, des formes spéciales, des blocs ou des rouleaux de mousse pour assurer le bon positionnement de la personne et l'aider à rester immobile pendant la séance.
    • On peut placer des blocs de protection particuliers entre l'appareil de radiothérapie et certaines parties du corps afin d’aider à protéger les tissus et les organes sains.
  • Une fois qu'on a bien positionné la personne et que l'équipement est installé correctement, le radiothérapeute quitte la salle de traitement.
    • On n'admet pas les parents dans la salle de traitement pendant que l’enfant est traité puisqu'ils seraient exposés à la radiation. Selon la politique du centre de traitement, ils pourraient observer leur enfant à travers une fenêtre de la salle de traitement ou devoir se rendre à la salle d'attente jusqu'à ce que la séance soit terminée.
  • Le radiothérapeute allume et opère l'appareil à partir d'une pièce adjacente. Il peut ainsi regarder la personne à travers une vitre ou sur un moniteur. Ils peuvent communiquer par le biais d'un intercom.

Le radio-oncologue surveille les progrès de la personne tout au cours du traitement et ajuste la dose ou la durée du traitement au besoin. L'équipe de radiothérapie prend souvent des radiographies spéciales (clichés de repérage) en cours de traitement. Elle analyse ces radiographies pour s'assurer que le faisceau de radiation demeure sur la cible. On fait parfois des analyses sanguines, des radiographies ou d'autres tests en cours de traitement pour savoir si la tumeur réagit à la radiothérapie.

Il arrive parfois qu'on doive mettre fin temporairement aux séances de radiothérapie si des effets secondaires graves se manifestent. On peut reprendre plus tard les séances qui n'ont pas eu lieu.

Retour au menu

Mesures de sécurité

La radiothérapie externe ne rend pas une personne radioactive. Il n'y a pas de danger à se trouver près des gens, dont des enfants, tout de suite après le traitement.

Retour au menu

Activités en cours de traitement

Certaines personnes peuvent continuer à travailler et à pratiquer leurs activités de loisirs habituelles tout en recevant une radiothérapie. D'autres remarquent qu'elles se fatiguent facilement et qu'elles doivent se reposer davantage.

Retour au menu

Histoires

Je suis reconnaissante de la chance que nous avons eue, et je veux que toutes les familles aient la même. C’est pour cette raison que la Société canadienne du cancer figure dans mon testament.

Plus de details

Un chez-soi loin de chez soi

Illustration d’une maison

La Société canadienne du cancer offre son hospitalité aux personnes atteintes de cancer qui doivent parcourir de longues distances pour recevoir leurs traitements.

Apprenez-en plus