Vous êtes ici:

Prendre des antidouleurs en toute sécurité

Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien comment prendre vos médicaments et assurez-vous de suivre les directives. Il est important de prendre les antidouleurs tel que prescrit par votre équipe de soins. Suivre les directives aide à maintenir la concentration des médicaments constante et à s’assurer que la douleur est maîtrisée. Vous pouvez suivre les conseils suivants afin de prendre vos antidouleurs en toute sécurité.

Savoir comment prendre les antidouleurs

On peut prendre des antidouleurs de bien des façons différentes selon ce qui convient le mieux dans les circonstances.

Médicaments oraux

Les antidouleurs sont le plus souvent pris par la bouche (voie orale). Les médicaments oraux sont administrés sous la forme de pilules, de comprimés, de gélules ou de liquides. Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien si vous pouvez les écraser ou les casser. Certains comprimés, pilules et gélules sont recouverts d'un enrobage particulier qui leur permet de libérer lentement le médicament, et cet enrobage ne doit pas être brisé. Certains analgésiques n’ont pas à être avalés. On les met sous la langue (sublinguaux) ou on les prend sous la forme d’une pastille à sucer. Ces médicaments sont absorbés à l’intérieur de la bouche.

Si vous avez une sonde d’alimentation, votre médecin peut alors vous administrer des analgésiques qui sont liquides ou qui se dissolvent (solubles) directement dans l’estomac par la sonde.

Médicaments topiques

On peut appliquer certains médicaments sur la peau sous la forme d’une crème, d’un gel ou d’un onguent. Ce sont des médicaments topiques, ou transdermiques. Ils traversent la peau jusqu’à la circulation sanguine. On y a recours pour traiter certains types de douleur localisée à la surface du corps.

On utilise parfois un timbre pour administrer une quantité (dose) constante d’antidouleur. Une journée complète ou même plus peut être nécessaire pour que ce type de médicament soulage ou maîtrise la douleur, c'est pourquoi votre équipe de soins pourrait aussi vous administrer des entredoses.

Les anesthésiques topiques engourdissent la peau et donnent l’impression qu’elle est gelée. On peut y avoir recours pour soulager la douleur causée par des lésions aux nerfs situés près de la surface du corps. Le mélange de lidocaïne (Xylocaine) et de prilocaïne (crème Emla) est un exemple d'anesthésique topique qu'on emploie pour engourdir la peau avant l'insertion d'une aiguille ou une intervention diagnostique ou chirurgicale mineure.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) topiques peuvent soulager la douleur causée par des articulations enflées.

Injections

On fait une injection à l’aide d’une aiguille. Quand un médicament est injecté, le corps l’absorbe et l’utilise rapidement. Les antidouleurs peuvent être administrés par injection si vous avez de la difficulté à avaler ou si la douleur doit être soulagée ou maîtrisée immédiatement. On peut injecter des médicaments dans le corps de nombreuses façons. Les injections contre la douleur sont habituellement administrées par l’équipe de soins.

Pompe antidouleur

On peut se servir d’une pompe antidouleur pour aider à soulager la douleur intense. Il s’agit d’un appareil informatisé qui se trouve à l’extérieur du corps et qui est relié à un tube inséré dans une veine (intraveineuse) ou sous la peau (sous-cutanée). La pompe est programmée de façon à libérer une dose spécifique de médicament pendant un certain temps. Une fois que la limite est atteinte, le médicament n’est plus administré.

Certaines pompes sont petites et portatives, permettant ainsi leur usage à la maison. Il y a des types de pompes antidouleur qui vous permettent de vous administrer vous-même des médicaments quand vous en avez besoin, ce qu’on appelle analgésie contrôlée par le patient (ACP). D’autres peuvent être programmées de façon à administrer le médicament en continu. Dans ce cas, vous pouvez appuyer sur le bouton pour recevoir une dose supplémentaire d’antidouleur si vous en avez besoin.

Savoir quand prendre les antidouleurs

Les antidouleurs doivent habituellement être pris sur une base régulière. Ne sautez pas une dose, même si vous n’éprouvez pas de douleur. N’arrêtez pas de prendre vos antidouleurs, même s’ils ne semblent pas aider immédiatement. Cela peut prendre un peu de temps, parfois même des semaines, avant que ces médicaments soient efficaces.

Avisez votre équipe de soins si la douleur réapparaît avant la dose suivante. Il arrive que la douleur s’intensifie à certains moments de la journée ou lors de certaines activités. La douleur peut percer malgré le soulagement obtenu avec les doses régulières. Quand c’est le cas, votre équipe de soins peut vous administrer une dose supplémentaire (entredose) du médicament ou un médicament différent afin de traiter ce type de douleur. N’attendez pas que la douleur soit intense avant de prendre un médicament contre les percées de douleur.

Aviser l’équipe de soins si les antidouleurs ne sont pas efficaces

Quelques jours peuvent être nécessaires avant que votre équipe de soins parvienne à établir la quantité exacte de médicaments nécessaire et comment il faut les administrer pour soulager ou maîtriser la douleur. Évaluer la douleur sur une base régulière et continue est très important. Il peut être utile de tenir un journal des médicaments que vous prenez, de la fréquence à laquelle vous le faites et de leur efficacité à maîtriser la douleur. Dites à votre équipe de soins ce qui aide à soulager la douleur et ce qui n’aide pas. Avisez-la de tout changement du profil de votre douleur, comme si elle réapparaît plus souvent, si elle s’intensifie ou si vous éprouvez une nouvelle douleur. Cela l’aidera à déterminer la meilleure façon de prendre votre douleur en charge. Il est possible qu’on doive modifier votre plan de traitement de la douleur au fil du temps.

Aviser l’équipe de soins de tout effet secondaire

Il est important d’aviser votre équipe de soins de tout effet secondaire que vous éprouvez. Conservez une copie des feuillets d’information sur les médicaments qui accompagnent vos ordonnances. Ces feuillets décrivent les effets secondaires de chaque médicament. Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien quels effets secondaires surveiller et qui appeler et quand si vous les éprouvez.

Certains antidouleurs, comme les opioïdes, peuvent modifier la vivacité intellectuelle au début. Après avoir pris la même dose d’un médicament pendant quelques jours, cela devrait s’atténuer. Discutez avec votre équipe de soins si votre vivacité intellectuelle n’est plus la même ou si vous n’êtes plus en mesure de mener vos activités normales après quelques jours. Il est possible que vous ayez à éviter certaines activités comme conduire ou utiliser des outils électriques. Demandez à votre équipe de soins quelles activités peuvent être pratiquées sans danger quand vous prenez des antidouleurs.

Garder avec soi une liste de tous les médicaments qu’on prend

Associer certains médicaments n’est pas efficace. Il est important de garder une liste de tous les autres médicaments que vous prenez, dont ceux qui suivent, et d’en aviser l’équipe de soins :

  • médicaments d’ordonnance
  • médicaments en vente libre
  • suppléments de vitamines ou de minéraux
  • remèdes à base de plantes médicinales et autres produits de santé naturels
  • thérapies complémentaires ou parallèles

Faire le suivi de tous les médicaments qu’on prend

Vous pouvez avoir des ordonnances de médicaments différents provenant de différents médecins. Faire le suivi de tous vos médicaments, dont les antidouleurs, peut être accablant.

Lisez toujours tout ce qui est écrit sur l’étiquette de l’ordonnance afin de vous assurer que vous prenez la bonne dose au bon moment. Conservez les feuillets d’information sur les médicaments qui accompagnent l’ordonnance puisqu’ils contiennent souvent des détails importants sur la façon de prendre le médicament et sur ses effets secondaires.

Essayez de prendre vos médicaments au même moment chaque jour. Il peut être utile d’utiliser votre téléphone ou une alarme pour ne pas oublier. Vous pouvez aussi demander à vos amis ou à votre famille de vous le rappeler.

Faites le suivi de la prise des médicaments à l’aide d’un tableau, d’un calendrier de médicaments ou d’un calendrier téléphonique. Il existe aussi des applications pour le téléphone. Certaines personnes trouvent utile d’employer un pilulier hebdomadaire.

S’assurer qu’on a suffisamment d’antidouleurs

Presque tous les antidouleurs exigent une ordonnance. Cela peut prendre quelques jours pour obtenir d’autres médicaments s’il ne vous en reste plus. Essayez d’avoir des antidouleurs pour au moins une semaine d’avance. Si vous allez à l’extérieur de la ville ou si vous voyagez, assurez-vous de toujours avoir suffisamment d’antidouleurs avec vous.

Consulter son équipe de soins avant de cesser de prendre des antidouleurs

Discutez avec votre équipe de soins avant de cesser de prendre un antidouleur, peu importe la raison. N’arrêtez pas d’un coup. Un changement soudain de la concentration du médicament dans le corps peut engendrer des effets secondaires désagréables.

Si vous êtes préoccupé relativement à la prise d'un médicament ou à ses effets secondaires, demandez à votre équipe de soins s’il y a d’autres options pour traiter la douleur. Elle peut réduire les doses ou cesser d’administrer le médicament quand le traitement du cancer, comme la radiothérapie ou la chirurgie, soulage la douleur. Si votre équipe de soins décide de cesser de vous administrer un antidouleur, elle en réduira graduellement la dose au fil du temps jusqu'à ce qu'elle soit assez faible pour que vous puissiez arrêter de prendre le médicament. On peut aussi réduire la dose lorsque la douleur est maîtrisée mais que le médicament cause de la somnolence (sédation).

Poser des questions

Il est important d'avoir les bonnes réponses à toute question que vous vous posez sur les antidouleurs puisque cela peut vous aider à prendre des décisions. Posez toutes vos questions à votre équipe de soins dont celles-ci :

  • Quelle quantité de médicament devrais-je prendre? A quelle fréquence?
  • Si ma douleur ne disparaît pas, puis-je prendre plus de médicament? Quelle quantité?
  • Quand devrais-je appeler le médecin? Devrais-je l’appeler avant de prendre plus de médicament?
  • Pendant combien de temps le médicament agit-il?
  • Et si j’oublie de prendre mon médicament ou si je le prends plus tard que l’heure à laquelle je devais le faire?
  • Devrais-je prendre mon médicament avec de la nourriture?
  • Quelle quantité de liquide devrais-je boire avec mon médicament?
  • Combien de temps mon médicament prend-il avant d’agir?
  • Est-il sécuritaire de conduire quand on prend ce médicament?
  • Dois-je éviter certains médicaments quand je prends cet antidouleur? Est-il sécuritaire de boire de l’alcool quand on prend ce médicament?
  • Quels autres médicaments puis-je prendre avec cet antidouleur?
  • Est-ce que ce médicament cause des effets secondaires? Que puis-je faire pour les prévenir ou les soulager?

intraveineux (IV)

Dans une veine (vaisseau sanguin qui fait circuler le sang des tissus et des organes du corps vers le cœur).

sous-cutané (SC)

Juste sous la peau.

On effectue une injection sous-cutanée, par exemple, en insérant une aiguille juste sous la peau.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Le Dr Réjean Lapointe, chercheur Le Dr Réjean Lapointe est en train de concevoir un gel qui permet d’améliorer l’immunothérapie.

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus