Vous êtes ici:

Thérapies médicales contre la douleur

Il arrive que les médicaments et les méthodes physiques, psychologiques ou complémentaires ne parviennent pas à soulager la douleur intense liée au cancer. Il pourrait être nécessaire d’avoir recours à des méthodes plus agressives ou effractives.

Chirurgie

On peut pratiquer différents types de chirurgie pour aider à soulager la douleur intense. Quand on enlève la plus grande partie possible de la tumeur, on fait une réduction tumorale. Réduire la taille d’une tumeur peut soulager la douleur en diminuant la pression exercée sur les tissus ou les organes voisins.

Quand le cas est grave, on peut faire une chirurgie pour couper des nerfs, souvent situés près de la moelle épinière, afin d’interrompre les voies de transmission qui font circuler les signaux de la douleur jusqu'au cerveau. On pratique cette chirurgie seulement dans certains cas et lorsque d’autres méthodes visant à maîtriser la douleur ne sont pas efficaces.

On peut avoir recours à la chirurgie pour fixer (stabiliser) des os dans la colonne vertébrale afin que la personne n’ait pas de douleur quand elle bouge. La chirurgie peut aussi permettre de prévenir les complications causées par une tumeur ou son traitement, comme un blocage dans l’intestin grêle ou le côlon.

Apprenez-en davantage sur la chirurgie.

Anesthésie péridurale

L’anesthésie péridurale, aussi appelée anesthésie rachidienne, est l’administration d’antidouleurs dans la région entourant la moelle épinière à l’aide d’une aiguille ou d’un cathéter (tube) inséré dans l’espace situé à côté de la colonne vertébrale. C’est un anesthésiologiste qui l’administre. Les médecins peuvent avoir recours à ce type de traitement quand d’autres façons de maîtriser la douleur n’ont pas été efficaces.

Blocage nerveux

Le blocage nerveux est une intervention lors de laquelle le médecin injecte des médicaments à l’intérieur ou tout autour d’un nerf ou bien dans l’espace entourant la moelle épinière. Les médicaments employés sont un anesthésique local ainsi qu’un médicament pour bloquer la douleur, comme l’alcool, un stéroïde ou un opioïde. Les médicaments bloquent la douleur en détruisant le tissu nerveux ou en interrompant les signaux de la douleur, les empêchant ainsi d’atteindre le cerveau.

Le blocage nerveux peut être utile s’il est possible de localiser la douleur dans un nerf endommagé. Comment on fait le blocage nerveux ainsi que les risques et les bienfaits de l’intervention dépendent de l’emplacement du nerf.

Neurostimulation

Le neurostimulateur est un dispositif qu’on peut mettre en place dans le corps de façon permanente. Il envoie des impulsions électriques qui bloquent les signaux de la douleur provenant des nerfs, les empêchant ainsi d’atteindre le cerveau. On a recours au neurostimulateur dans certains cas pour traiter la douleur chronique au dos ou aux jambes qui ne réagit pas à d’autres méthodes visant à maîtriser la douleur.

Radiothérapie

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. Elle peut soulager la douleur en réduisant la taille d’une tumeur qui exerce une pression sur des nerfs, des organes ou la moelle épinière. Il est aussi possible d’administrer une radiothérapie pour soulager la douleur en traitant un cancer qui s’est propagé aux os, soit des métastases osseuses. Il arrive que seules quelques doses d’irradiation soient nécessaires pour soulager la douleur.

On a le plus souvent recours à la radiothérapie externe pour soulager la douleur. Il est possible d’administrer une radiothérapie stéréotaxique pour diriger la radiation vers des régions très spécifiques, comme une tumeur située dans la colonne vertébrale ou tout près ou autour de régions qui ont déjà été irradiées. On peut administrer un traitement isotopique ou une radiothérapie systémique pour soulager la douleur liée à un cancer qui s’est propagé aux os.

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie.

Chimiothérapie

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour empêcher les cellules cancéreuses de se développer et de se propager. On peut administrer une chimiothérapie pour réduire la taille d’une tumeur afin d’atténuer la douleur.

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie.

Hormonothérapie

L’hormonothérapie permet de modifier les taux d’hormones dans le corps afin de ralentir la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. On peut y avoir recours pour soulager la douleur en réduisant la taille d’une tumeur qui a besoin d’hormones pour croître, comme le cancer du sein ou de la prostate.

Apprenez-en davantage sur l’hormonothérapie.

Renforcement des os

Un cancer qui se propage aux os cause souvent de la douleur et peut affaiblir les os et les rendre plus susceptibles de casser. Lors de la cimentoplastie, on utilise du ciment pour remplir des parties d’un os qui ont été endommagées par le cancer. On peut y avoir recours pour stabiliser l’os et ainsi atténuer la douleur. Le ciment osseux peut, par exemple, être injecté dans les vertèbres endommagées, soit les os de la colonne vertébrale qui soutiennent et protègent la moelle épinière. Renforcer les vertèbres peut permettre d’atténuer la douleur et aider à soutenir la colonne.

Physiothérapie

En physiothérapie, on a recours à des exercices ou à d’autres méthodes pour aider à rétablir la force, à accroître la mobilité et à soulager la douleur. Un physiothérapeute ou un ergothérapeute peut vous apprendre comment ménager votre énergie et atténuer la douleur en répartissant vos activités tout au cours de la journée. Un fauteuil roulant, un déambulateur ou une attelle peut permettre de réduire la douleur et faciliter les déplacements. La physiothérapie comporte parfois le blocage des signaux de la douleur par la chaleur ou le froid.

anesthésiologiste

Médecin spécialisé dans l’administration d’anesthésiques (médicaments qui causent une perte de sensation ou de conscience).

L’anesthésiologiste est aussi appelé anesthésiste.

Histoires

Nikki Ross Agir comme bénévole durant le Mois de la jonquille est une façon amusante d’afficher son soutien envers les personnes atteintes de cancer et les survivants.

Lisez l’histoire de Nikki

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus