Vous êtes ici:

Évaluation de votre douleur

L'évaluation de la douleur est le premier pas vers un traitement. Il est très important de mentionner à l’équipe de soins de santé que vous éprouvez de la douleur, de la décrire clairement et de leur dire comment elle affecte votre vie. Personne ne ressent la douleur de la même façon, alors on la traite selon vos besoins spécifiques. L’équipe de soins évalue la douleur de différentes manières afin d’en savoir le plus possible.

Questions qu’on peut vous poser sur votre douleur

Votre équipe de soins vous posera de nombreuses questions sur votre douleur afin de recueillir l’information dont elle a besoin pour vous aider à la traiter. Ce sont entre autres celles-ci :

  • Quand la douleur a-t-elle commencé? Que faisiez-vous lorsqu’elle est apparue? S’est-elle manifestée à un certain moment du jour ou de la nuit? Est-elle plus intense à un certain moment du jour ou de la nuit? Vous garde-t-elle éveillé? S’est-elle intensifiée au fil du temps ou est-elle restée à peu près la même?
  • Où est située la douleur? Affecte-t-elle une seule partie de votre corps? La ressentez-vous à plus d’un endroit? Apparaît-elle à un endroit avant de se déplacer? Vous semble-t-elle bien profonde ou près de la surface?
  • À quoi votre douleur ressemble-t-elle? Quels mots utiliseriez-vous pour la décrire? Est-elle vive (comme un coup de poignard) ou sourde (continue)? Se propage-t-elle (irradier) à partir d’une région spécifique?
  • Quelle est l’intensité de la douleur? Apparaît-elle puis disparaît-elle? Combien de temps dure-t-elle? Jusqu’à quel point avez-vous mal lorsqu’elle est la plus intense? Jusqu’à quel point avez-vous mal lorsqu’elle est la moins intense? Est-ce que quelque chose atténue ou amplifie la douleur?
  • Quels types de traitements avez-vous essayé pour soulager votre douleur? Sont-ils efficaces? Si oui, pendant combien de temps?
  • Comment la douleur affecte-t-elle votre vie? Comment faites-vous face à la douleur et au stress? Que signifie la douleur pour vous et votre famille? Votre humeur a-t-elle changé (dépression ou anxiété) à cause de la douleur? Avez-vous déjà éprouvé de la douleur auparavant? Si oui, comment vous a-t-elle affecté?
  • Comment votre diagnostic de cancer affecte-t-il votre vie? Comment affecte-t-il votre famille? Jusqu’à quel point comprenez-vous votre diagnostic et votre traitement?
  • Que savez-vous du traitement de la douleur? La prise d’antidouleurs vous préoccupe-t-elle? Le prix des antidouleurs ou des traitements vous préoccupe-t-il? Quels objectifs visez-vous par rapport au contrôle de votre douleur?

Examen physique

L’examen physique, dont un examen neurologique, est très important pour évaluer la douleur. Votre équipe de soins observera la région douloureuse afin de savoir s’il y a des signes d’infection, de blessure (trauma), de dégradation des tissus ou de changements dans les structures osseuses. Selon l’emplacement de la douleur, il est possible que l’équipe de soins examine votre abdomen, vos hanches, votre colonne vertébrale, vos mains ou vos pieds. Elle peut aussi vérifier si des ganglions lymphatiques sont enflés sous vos bras, aux aines ou à la base de votre cou.

Épreuves diagnostiques

Votre équipe de soins peut effectuer différentes épreuves diagnostiques pour essayer de trouver la cause de votre douleur. Ces épreuves peuvent comprendre des analyses sanguines comme un test de la fonction hépatique ou rénale et le dosage de marqueurs tumoraux. Vous pourriez aussi passer des examens d’imagerie tels qu’une radiographie, une scintigraphie osseuse, une TDM ou une IRM.

Échelles de la douleur

Votre équipe de soins peut vous demander d’évaluer votre douleur selon une échelle. Elle peut prendre en considération comment la douleur affecte votre vie selon vos changements d’humeur, d’appétit ou d’habitudes de sommeil. Votre équipe peut aussi vous demander d’utiliser une échelle d’auto-évaluation pour les aider à mesurer l’intensité de votre douleur. Les échelles d’auto-évaluation peuvent comprendre les échelles numériques, les échelles des visages et les échelles visuelles analogues.

Les échelles numériques ont recours à des numéros pour décrire l’intensité de la douleur. Ces échelles varient habituellement de 0 (sans douleur) à 10 (douleur la plus intense).

Les échelles des visages ont recours à une série de dessins ou de photographies d’expressions faciales. À l'une des extrémités de l'échelle, on trouve un visage neutre ou joyeux qui ne révèle pas de douleur, alors qu'à l'autre bout, on trouve un visage qui démontre la pire douleur possible. On vous demande d'indiquer quel visage exprime la douleur que vous éprouvez.

Les échelles visuelles analogues ont recours à une ligne pour vous aider à décrire l’intensité de votre douleur. Vous faites un trait sur une ligne ou vous glissez un curseur sur une règle en plastique pour indiquer l’intensité de votre douleur.

Ces échelles, ainsi que vos propres mots, aident l’équipe de soins à évaluer votre douleur.

Journal de la douleur

Plus vous pouvez donner de détails sur votre douleur à votre équipe de soins, mieux elle sera en mesure de vous aider. Il peut être utile de tenir un journal de la douleur qui la décrit au fil du temps. Le journal de la douleur peut aider votre équipe de soins à évaluer votre douleur et à savoir jusqu’à quel point les antidouleurs sont efficaces.

Votre journal de la douleur devrait être un compte rendu ou un relevé de votre douleur au quotidien. Notez-y entre autres les mots qui décrivent votre douleur tels que vive, sourde, comme un coup de poignard, irradiée (qui se propage) et ainsi de suite. Définissez l’emplacement de la douleur et son intensité à différents moments de la journée. Énumérez toutes les activités qui semblent amplifier ou atténuer la douleur et toutes celles que vous ne pouvez pas faire à cause de la douleur.

Notez le nom de vos antidouleurs, leur dose et l’heure à laquelle vous les prenez ainsi que le moment où vous employez d’autres moyens pour soulager votre douleur. Décrivez l’intensité de la douleur avant la prise des antidouleurs ou le recours à d’autres méthodes pour la soulager. Notez également l’intensité de la douleur quelques heures après avoir pris l’antidouleur ou employé d’autres façons de la soulager.

Évaluation continue

Votre équipe de soins continuera d’évaluer votre douleur et d’essayer de la soulager le plus rapidement, efficacement et uniformément possible. Évaluer la douleur sur une base régulière et continue est très important.

Une fois que l’équipe de soins a identifié la cause de la douleur et qu’elle l’a évaluée, elle détermine quel est le meilleur moyen de la soulager. Assurez-vous d’indiquer à votre équipe de soins ce qui permet de la soulager et ce qui ne le permet pas. Avisez-la de tout changement : la douleur revient plus souvent, elle s'intensifie, une nouvelle douleur se manifeste par exemple. Il est possible que le plan de traitement doive changer au fil du temps. Il est très important de signaler immédiatement l'apparition d'une nouvelle douleur à l'équipe de soins, en particulier si elle se manifeste dans le bas du dos et qu'elle s'accompagne d'une faiblesse des jambes ou d'une perte du contrôle de l'intestin ou de la vessie. Cela pourrait indiquer que la tumeur cancéreuse exerce une pression sur la moelle épinière.

Histoires

Brock Taraba Brock n'a pas eu de récidive de cancer depuis plus de dix ans, grâce au soutien de la Société canadienne du cancer.

Financer des projets de recherche de calibre international

Icône – papier

Le cancer touche tous les Canadiens, mais ensemble, nous pouvons réduire le fardeau en investissant dans la recherche et la prévention. Découvrez l’impact de la recherche que nous finançons.

Apprenez-en plus