Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Épanchement pleural

L’épanchement pleural est l’accumulation anormale de liquide dans la cavité pleurale. La cavité pleurale est l’espace situé entre les poumons et la paroi du thorax. Le liquide s’accumule entre les 2 couches de la plèvre, soit la couche mince de tissus qui couvre les poumons et tapisse la paroi du thorax. Quand l’épanchement pleural est lié au cancer ou quand on observe des cellules cancéreuses dans le liquide, on peut parler d’épanchement pleural malin.

Causes

L’épanchement pleural peut être causé par la propagation de cellules cancéreuses jusqu’à la plèvre. Il peut aussi apparaître si des cellules cancéreuses bloquent ou modifient la circulation de la lymphe dans la cavité pleurale.

Les cancers suivants sont plus susceptibles de causer l’épanchement pleural :

  • cancer du poumon
  • cancer du sein
  • lymphome non hodgkinien
  • lymphome hodgkinien
  • cancer de l’ovaire
  • leucémie
  • mélanome
  • mésothéliome
  • cancer de l’utérus
  • cancer du col de l’utérus
  • cancer de l’estomac
  • sarcomes
  • cancer primitif inconnu (CUP)

Symptômes

Il est possible que l’épanchement pleural ne cause pas de symptômes au début ou bien qu’ils soient légers. Les symptômes de l’épanchement pleural peuvent varier selon la quantité de liquide et la rapidité à laquelle il s’accumule. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • essoufflement ou difficulté à respirer, qu’on appelle dyspnée;
  • toux;
  • douleur ou sensation de lourdeur au thorax;
  • anxiété;
  • peur de suffoquer;
  • fièvre;
  • malaise, qui est une sensation générale d’inconfort ou de maladie.

Si l’essoufflement, ou dyspnée, s’intensifie quand vous vous allongez, on parle alors d’orthopnée. Il peut s’atténuer si vous vous levez ou vous assoyez. L’essoufflement peut vous rendre plus fatigué que d’habitude puisqu’il risque de vous réveiller la nuit.

Diagnostic

On diagnostique habituellement l’épanchement pleural en faisant :

  • un examen physique;
  • une radiographie pulmonaire;
  • une tomodensitométrie (TDM).

La TDM peut permettre de diagnostiquer les petits épanchements. Si on observe l’épanchement pleural à la radiographie ou à la TDM, votre médecin pourrait faire une thoracentèse. Lors de cette intervention, on se sert d’une aiguille pour prélever un peu de liquide dans la cavité pleurale afin de l’examiner au microscope. Le médecin peut avoir recours à l’échographie pour guider l’aiguille lors de la thoracentèse.

Apprenez-en davantage sur ces tests et interventions.

Traitement de l’épanchement pleural

Si vous avez un épanchement pleural, votre équipe de soins vous surveillera attentivement et vous suggérera des façons de le traiter. Il arrive souvent que le liquide s’accumule de nouveau après avoir été enlevé, alors vous pourriez avoir besoin de plus d’un traitement. On peut vous proposer les options suivantes pour traiter l’épanchement pleural.

Drainage du liquide

On peut avoir recours à la thoracentèse pour évacuer l’excès de liquide autour des poumons. Votre médecin insérera une aiguille creuse entre vos côtes jusqu’à la cavité pleurale. Cette aiguille sert à drainer le liquide.

Apprenez-en davantage sur la thoracentèse.

Chirurgie

On pratique souvent une chirurgie pour traiter l’épanchement pleural malin.

On peut faire une pleurodèse si du liquide s’accumule de nouveau dans la cavité pleurale après la thoracentèse. Pour ce faire, on a souvent recours à la chirurgie thoracique vidéo-assistée (CTVA), lors de laquelle on utilise un thoracoscope muni d’une caméra vidéo. Au cours de la pleurodèse, le chirurgien insère un tube dans votre cavité pleurale pour évacuer l’excès de liquide. Il injecte ensuite un produit chimique, appelé agent sclérosant, dans le tube, qu’il clampe pendant un certain temps. L’agent sclérosant scelle ensemble les 2 couches de la plèvre, ce qui empêche le liquide de s’accumuler de nouveau. Les agents sclérosants sont entre autres la doxycycline (Vibramycin), la bléomycine (Blenoxane) et le talc. Une fois que les couches sont scellées, on déclampe le tube et le liquide s’écoule dans un sac ou une bouteille. Il est possible que votre chirurgien doive répéter cette intervention pendant plusieurs jours.

Le chirurgien pourrait aussi devoir enlever une partie de la plèvre si du liquide continue de s’accumuler dans la cavité pleurale. On parle alors de pleurectomie.

Traitement du cancer

Votre médecin traitera le cancer qui a causé l’épanchement pleural. Le traitement dépend du type de cancer. Vous pourriez recevoir une chimiothérapie, une hormonothérapie, une radiothérapie ou une association de ces traitements.

Médicaments

Votre équipe de soins peut vous prescrire différents médicaments selon les causes et les symptômes de l’épanchement pleural.

Votre médecin vous prescrira des antibiotiques si vous avez une infection. Il pourrait aussi vous prescrire des stéroïdes ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour soulager la douleur et atténuer l’inflammation ou l’enflure.

Si l’épanchement est petit et s’il se développe lentement, on pourrait vous donner un diurétique. C’est un médicament qui aide le corps à se débarrasser de l’excès de liquide en augmentant la quantité d’urine qu’il fabrique.

Amélioration de la respiration

Votre équipe de soins prendra aussi les mesures nécessaires pour vous aider à mieux respirer. Elle peut vous prescrire des bronchodilatateurs. Ces médicaments élargissent les tubes (appelés bronches et bronchioles), ou voies respiratoires, des poumons. Cela permet à une plus grande quantité d’air de circuler dans les poumons.

Les opioïdes sont un type d’antidouleur narcotique qui peut permettre d’atténuer l’essoufflement.

L’oxygénothérapie est un traitement qui vous permet de recevoir plus d’oxygène. On s’assure ainsi que vous inspirez suffisamment d’oxygène si vous avez de la difficulté à respirer. Vous inspirez l’oxygène dans un masque placé sur votre bouche ou par des tubes insérés dans vos narines.

Histoires

Rose-Marie LeBlanc Si je peux aider ne serait-ce qu’une personne au cours de ma vie, ça en vaut la peine.

Lisez l’histoire de Rose-Marie

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus