Vous êtes ici:

Nombre peu élevé de globules blancs

La neutropénie et la leucopénie sont des mots employés pour dire qu’il y a une baisse du nombre de globules blancs (GB) dans le sang. Les GB aident le corps à combattre les infections et les maladies. Quand leur nombre est bas, le risque d’infection est plus élevé. Ce ne sont pas toutes les personnes traitées pour un cancer qui feront de la neutropénie ou de la leucopénie, mais c’est le cas pour beaucoup d’entre elles.

La leucopénie, c’est la diminution du nombre total de globules blancs. Leucocyte est un autre mot employé pour désigner un globule blanc. Les leucocytes sont fabriqués dans la moelle osseuse et on les trouve dans le sang et les tissus lymphatiques. Ils jouent un rôle clé dans la défense du corps contre les virus et les bactéries, qui peuvent causer des infections.

La neutropénie, c’est la diminution du nombre de neutrophiles. Les neutrophiles sont un type de globules blancs qui entourent et détruisent les bactéries présentes dans le corps. Ils sont très importants pour combattre les infections.

Le taux normal des GB  peut varier selon le laboratoire. Le nombre de neutrophiles peut aussi être appelé nombre absolu de neutrophiles (NAN). En général, les valeurs de référence sont les suivantes :

  • GB (leucocytes) : 4,5 à 11,0 x 109/L
  • neutrophiles : 3 et 7 x 109/L

Une personne fait de la leucopénie lorsque le nombre total de GB est inférieur à 3,0 x 109/L. Une personne fait de la neutropénie lorsque le NAN est inférieur à 1,9 x 109/L. La quantité de neutrophiles diminue habituellement quand le nombre de GB baisse, mais il est possible que le nombre de GB soit normal alors que la neutropénie est présente.

Le risque d'infection est plus grand lorsque le NAN est inférieur à 1,5 x 109/L. Plus le taux de neutrophiles baisse et plus il demeure bas longtemps, plus le risque augmente. Une infection est susceptible de se développer si le NAN est inférieur à 0,5 x 109/L.

Quand le taux de GB diminue, il demeure bas pendant 7 à 10 jours. Lorsque le nombre de cellules sanguines a atteint son plus bas niveau, on parle de nadir. C’est à ce moment-là que le corps est le moins en mesure de résister aux infections. Il est important de faire tout en son possible pour réduire les risques d'infection et de demander immédiatement d’être traité même si vous ne faites que penser que vous avez une infection.

Causes

La leucopénie et la neutropénie peuvent être causées par les facteurs suivants :

  • chimiothérapie
  • radiothérapie
  • certains médicaments biologiques comme l’interleukine 2 (aldésleukine, Proleukin) et le rituximab (Rituxan)
  • maladie de la moelle osseuse comme la leucémie

Le nombre de globules blancs risque d'être plus bas si on administre une chimiothérapie en même temps qu'une radiothérapie ou si de grandes régions de la moelle osseuse se trouvent dans la zone traitée par radiothérapie.

Symptômes

La leucopénie et la neutropénie ne causent pas de symptômes. Les personnes atteintes de cancer apprennent habituellement que leur nombre de globules blancs est bas lors d’une analyse sanguine ou quand elles font une infection. L’infection peut prendre naissance dans presque n’importe quelle partie du corps, mais beaucoup le font dans la peau, les muqueuses, le tube digestif ou les voies respiratoires.

Les signes et symptômes les plus courants de l’infection sont les suivants :

  • fièvre et frissons
  • enflure et rougeur
  • lésions et plaques rouges ou blanches dans la bouche
  • mal de gorge
  • forte toux ou essoufflement important
  • douleur ou brûlure lorsqu’on urine ou urine nauséabonde
  • diarrhée
  • douleur, rougeur ou enflure dans la région du rectum
  • écoulement ou pus provenant d'une coupure, d'une lésion, d'une incision, d'un dispositif d'accès veineux ou d'un drain ou bien rougeur ou enflure dans cette région
  • démangeaisons ou écoulements anormaux du vagin

La fièvre est parfois le seul signe d’infection, mais une personne peut être atteinte d’une infection sans faire de fièvre ni avoir de frissons. Il faut prendre sa température par la bouche ou sous le bras. Vous pouvez aussi utiliser un thermomètre auriculaire (oreille). Ne prenez pas votre température rectale puisque cela pourrait causer un saignement ou une infection dans la région du rectum.

Diagnostic

On diagnostique habituellement la leucopénie et la neutropénie en faisant une formule sanguine complète (FSC). Vous pourriez aussi avoir une ponction et une biopsie de la moelle osseuse pour qu’on puisse établir la cause de la leucopénie ou de la neutropénie.

Si l’équipe de soins pense que vous faites une infection, elle :

  • vous questionnera sur les symptômes éprouvés et les médicaments et traitements administrés;
  • vous fera un examen physique;
  • prendra votre température.

Elle demandera également des analyses de sang ou d’urine ou prélèvera des échantillons de tout autre site d’infection possible. Les échantillons sont envoyés au laboratoire pour une culture et un antibiogramme. La culture et l’antibiogramme permettent d’établir le type de micro-organisme qui cause l’infection (bactérie, virus, champignon, protozoaire ou parasite). Connaître la cause de l’infection aide l’équipe de soins à déterminer quelle est la meilleure option de traitement.

Votre équipe de soins peut demander une radiographie pulmonaire si elle pense que vous êtes atteint d’une pneumonie. On pourrait aussi vous faire passer d’autres examens d’imagerie  en fonction de vos antécédents de santé et des résultats d’un examen physique.

Traitement du nombre peu élevé de globules blancs

Votre équipe de soins peut vous recommander quelques mesures pour réduire l’effet des traitements du cancer sur le nombre de vos globules blancs.

Médicaments

Les médicaments suivants peuvent aider à accroître le nombre de globules blancs. Ils peuvent aussi aider à réduire le risque d’infection ou à la traiter.

Facteurs de stimulation des colonies

Les facteurs de stimulation des colonies sont des médicaments particuliers appelés facteurs de croissance. Ils incitent, ou aident, la moelle osseuse à fabriquer des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. Différents types de facteurs de croissance incitent la moelle osseuse à fabriquer différents types de cellules sanguines. Les facteurs de stimulation des colonies de granulocytes (G-CSF) incitent la moelle osseuse à fabriquer des granulocytes. Les facteurs de stimulation des colonies de granulocytes et de macrophages (GM-CSF) incitent la moelle osseuse à fabriquer des granulocytes et des macrophages. Les granulocytes et les macrophages sont un type de globule blanc.

On peut administrer avec certains agents chimiothérapeutiques des G-CSF ou des GM-CSF pour inciter la moelle osseuse à produire plus de GB. Le filgrastim (Neupogen) et le pegfilgrastim (Neulasta) sont des exemples de G-CSF. Le sargramostim (Leukine) est un GM-CSF auquel on peut avoir recours pour aider à réduire le risque d’infection et à maintenir les modalités de chimiothérapie.

Antibiotiques

Les antibiotiques sont des médicaments qui combattent les infections causées par des bactéries et d’autres micro-organismes. L’équipe de soins peut prescrire des antibiotiques si le nombre de vos globules blancs est trop bas, si le risque d’infection est élevé ou s’ils pensent que vous faites une infection. D’autres médicaments qui combattent les infections, comme les antiviraux et les antifongiques, peuvent aussi être administrés. Les antibiotiques, les antiviraux et les antifongiques peuvent être administrés par la bouche (voie orale) ou dans une veine (voie intraveineuse).

L’équipe de soins choisit les médicaments en fonction du type d’organisme qui cause l’infection. En attendant les rapports du laboratoire qui identifient l'organisme, on peut vous administrer un antibiotique qui combat de nombreux types de bactéries. C’est un antibiotique à large spectre.

Précautions particulières

Certaines personnes doivent être admises à l’hôpital si leur nombre absolu de neutrophiles (NAN) est trop bas. On prend alors des précautions particulières jusqu’à ce que le nombre de neutrophiles soit de 0,5 ou plus et que leur corps puisse de nouveau combattre les infections. Il se peut que les visiteurs ne soient pas acceptés. Si une personne hospitalisée peut recevoir des visiteurs, il est possible qu’ils doivent se laver les mains et porter une chemise ou un masque protecteur. Toute personne qui ne se sent pas bien ainsi que celles qui ont été exposées à une maladie contagieuse, comme la varicelle ou la rougeole, devraient éviter de rendre visite à la personne hospitalisée.

Retarder le traitement

Si le nombre de globules blancs ou l’ANA est trop bas, on cesse parfois temporairement la chimiothérapie. Il arrive qu’on administre une dose plus faible d'agents chimiothérapeutiques pour atténuer l'effet sur le nombre de globules blancs et pour réduire le risque de retarder de nouveau le traitement.

Prévention des infections

Signalez tout symptôme d'infection à votre médecin ou à l'équipe de soins. Ne prenez pas de médicaments contre la fièvre sans avoir consulté d'abord votre équipe de soins.

Vous pouvez aussi prendre les mesures suivantes pour aider à réduire votre risque d’infection.

Ayez une bonne hygiène personnelle

C’est l’une des meilleures façons d’éviter les infections. Lavez-vous les mains souvent au cours de la journée, en particulier avant de manger et après être allé aux toilettes. Ayez toujours sur vous une petite bouteille de désinfectant pour les mains afin de les nettoyer si vous n'avez pas accès à un lavabo. Nettoyez doucement mais complètement la région de l'anus après être allé à la selle.

Prenez chaque jour une douche tiède plutôt qu'une douche chaude. La douche chaude peut assécher la peau. Essuyez doucement votre peau en tapotant plutôt que de la frotter vigoureusement.

Utilisez une brosse à dents à poils souples ou un linge propre pour nettoyer vos dents et vos gencives afin d’éviter d’irriter votre bouche.

Utilisez des serviettes plutôt que des tampons lors des menstruations.

Protégez votre peau

Si votre peau s'assèche ou craque, appliquez une lotion hydratante afin de l'assouplir et de l'aider à guérir. L'équipe de soins ou le pharmacien peut vous en recommander une.

Portez des gants de caoutchouc lorsque vous faites la vaisselle ou le ménage ou que vous jardinez. Utilisez une crème pour cuticules ou un enlève-cuticules au lieu de les déchirer ou de les couper. Ne pincez pas et ne grattez pas vos boutons. Utilisez un rasoir électrique au lieu d'un rasoir à lames pour éviter de vous couper. Faites particulièrement attention de ne pas vous brûler quand vous repassez ou cuisinez. Nettoyez tout de suite vos coupures et vos égratignures avec de l'eau tiède et du savon.

Maintenez un bon état général de santé

Quand c’est possible, reposez-vous suffisamment, ayez une alimentation équilibrée, buvez beaucoup de liquides et faites de l’exercice régulièrement.

Si le nombre de vos globules blancs est bas, prenez les mesures nécessaires pour vos protéger. Restez loin des personnes qui ont le rhume, la grippe ou une maladie contagieuse comme la varicelle, les oreillons, la rougeole ou le zona. Parlez de vaccination avec votre équipe de soins. Selon le type de traitement du cancer, certains vaccins devraient être administrés alors que d’autres non. Évitez tout contact avec les personnes qui ont récemment reçu un vaccin vivant, comme celui de la varicelle, de la poliomyélite ou de la rougeole. Évitez les foules, comme dans les centres commerciaux et les autobus, tant que votre taux de globules blancs est bas.

Suivez les précautions nécessaires en matière de salubrité des aliments. Faites cuire les légumes et lavez et pelez les fruits pour les débarrasser des bactéries présentes à leur surface. Évitez de consommer des œufs qui ne sont pas cuits ainsi que des viandes, de la volaille, du poisson et des fruits de mer crus ou pas assez cuits. Ces aliments peuvent contenir des organismes nuisibles.

Les plantes vivantes peuvent être sources de germes. Enlevez les plantes dans les pièces que vous occupez. Évitez de nettoyer la litière du chat ou la cage d'oiseau.

Vérifiez auprès de votre équipe de soins s'il y a des restrictions par rapport aux activités sexuelles lorsque votre nombre de globules blancs est bas.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Le Dr Michael Taylor, chercheur Le Dr Michael Taylor met au jour des modifications génétiques liées au cancer infantile du cerveau.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus