Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Coagulation intravasculaire disséminée

La coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) est un trouble caractérisé par une trop grande coagulation du sang. Des caillots sanguins se forment dans la circulation sanguine et peuvent bloquer de petits vaisseaux sanguins dans les organes ou les membres. La quantité de plaquettes et d’autres facteurs de coagulation sanguine nécessaires pour maîtriser les saignements, ou hémorragies, est réduite. Quand le nombre de ces facteurs de coagulation sanguine est faible, les saignements peuvent être excessifs.

La CIVD est grave et doit être traitée immédiatement. Quand elle se manifeste rapidement, elle peut mettre la vie en danger.

Causes

La CIVD peut être causée par certains types de cancers dont ceux-ci :

  • leucémie, en particulier la leucémie promyélocytaire aiguë (LPA)
  • tumeurs malignes solides, en particulier l’adénocarcinome de la prostate, du poumon, du sein ou du pancréas
  • cancer de l’ovaire
  • cancer du rein
  • cancer de l’estomac
  • mélanome
  • cancer de la vésicule biliaire

La CIVD peut aussi être causée par d’autres troubles comme une sepsie sévère, qui est une infection générale du sang ou d’autres tissus liée à une bactérie. Une réaction grave à une transfusion sanguine ou une insuffisance rénale due à un cancer qui s’est propagé, ou métastasé, au foie peut aussi causer la CIVD.

Symptômes

Les symptômes de la CIVD peuvent varier. Ils peuvent apparaître soudainement et être graves. Les symptômes de la CIVD sont entre autres ceux-ci :

  • tendance aux saignements et aux ecchymoses
  • fièvre
  • essoufflement
  • douleur ou enflure aux bras et aux jambes
  • caillots sanguins
  • jaunisse, dont le jaunissement de la peau et du blanc des yeux
  • baisse de la pression artérielle
  • diminution de la quantité d’oxygène dans le sang, ou hypoxie
  • défaillance de multiples organes, dont le foie, le cœur, le système nerveux central, les reins et les poumons

Bien des personnes peuvent être atteintes de CIVD sans le savoir jusqu’à ce qu’il y ait un saignement important. Le saignement peut se produire au point d’injection, aux gencives, au cerveau, dans la peau, les muscles, le tube digestif ou la cavité abdominale.

Signalez vos symptômes à votre médecin ou à l’équipe de soins dès que possible.

Diagnostic

Votre médecin essaiera de trouver la cause de la CIVD. Il vous posera des questions sur vos symptômes et les évaluera avec soin. On vous fera aussi des prélèvements sanguins afin de faire les analyses suivantes :

  • formule sanguine complète (FSC) pour déterminer le nombre de plaquettes;
  • temps de Quick (TQ) pour savoir combien de temps le sang prend pour former des caillots;
  • taux de fibrinogène plasmatique pour évaluer la quantité de fibrinogène, une protéine nécessaire à la coagulation du sang;
  • produits de dégradation de la fibrine, ou PDF, pour déterminer la quantité de protéines produites quand le corps dissout les caillots.

Apprenez-en davantage sur les analyses sanguines.

Traitement de la CIVD

Une fois que la cause de la CIVD est connue, votre équipe de soins peut la traiter. Ils peuvent avoir recours aux mesures qui suivent.

Vous pouvez avoir besoin d’une transfusion de produits sanguins comme les plaquettes, les globules rouges, le plasma frais congelé ou d’autres facteurs de coagulation. Ces produits aident à interrompre les saignements et à remplacer les facteurs de coagulation du sang qui sont bas.

On peut vous administrer une oxygénothérapie si la quantité d’oxygène dans votre sang est faible. On peut aussi vous donner des liquides par intraveineuse, c’est-à-dire dans une veine à l’aide d’une aiguille. Cela aide à remplacer les liquides dans votre corps et à faire augmenter votre pression artérielle.

Votre équipe de soins peut vous prescrire des médicaments pour aider à traiter la CIVD dont l’héparine, qui est un anticoagulant. On y a recours pour ralentir ou interrompre le processus de coagulation. On peut aussi vous administrer des inhibiteurs de la fibrinolyse. Ces médicaments empêchent les caillots sanguins de se dissoudre et contrôlent les saignements. Certaines personnes reçoivent de l’acide tranexamique (acide rétinoïque) pour traiter la leucémie promyélocytaire aiguë si elles risquent fortement d’être atteintes de CIVD.

Histoires

Brock Taraba Brock n'a pas eu de récidive de cancer depuis plus de dix ans, grâce au soutien de la Société canadienne du cancer.

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus