Vous êtes ici:

Délire

Le délire est un changement de l’état cognitif qui apparaît rapidement et soudainement en quelques heures ou en quelques jours. Les gens atteints d’une maladie, dont le cancer, qui n’en est plus à un stade précoce risquent de souffrir de délire, tout comme les aînés et les personnes atteintes de démence.

Causes

Le délire chez les personnes atteintes de cancer peut être causé par de nombreux facteurs dont ceux-ci :

  • tumeur primitive au cerveau ou cancer qui s’est propagé au cerveau ou aux méninges
  • changements du métabolisme
  • infection
  • insuffisance d’oxygène
  • insuffisance respiratoire, hépatique ou rénale
  • malnutrition
  • insuffisance de liquides dans le corps (déshydratation)
  • taux d’électrolytes corporels problématiques
  • syndrome d'antidiurèse inappropriée (SIAD)
  • agents chimiothérapeutiques et autres médicaments
  • dommages au cerveau provoqués par la radiothérapie (encéphalopathie)

Le délire est souvent causé par plusieurs de ces problèmes.

Signes et symptômes

Les signes et symptômes généraux du délire comprennent ceux qui suivent :

  • confusion – ne pas savoir ni l’heure ni le jour qu’il est ou bien où on se trouve
  • oublis, difficulté à se rappeler les choses qui se sont produites récemment
  • conversation incohérente, mots ou réponses qui n’ont pas de sens
  • incapacité de se concentrer ou de penser clairement
  • hallucinations – voir, ressentir ou entendre des choses qui n’existent pas
  • changements des habitudes de sommeil

On peut diviser le délire en 3 types. Chacun comporte ses propres signes et symptômes.

Le délire hypoactif est le type de délire qui affecte le plus souvent les personnes atteintes d’un cancer avancé. Les signes comprennent le ralentissement ou la diminution de la parole, la baisse du degré de conscience et la réduction de la mobilité ou de l’activité. Les personnes souffrant de délire hypoactif peuvent devenir très somnolentes et léthargiques.

Le délire hyperactif présente des signes comme la nervosité, l’agitation, l’anxiété et les changements d’humeur fréquents. Les personnes souffrant de délire hyperactif peuvent être irritables, frustrées, fâchées, apeurées ou excitées. Elles peuvent aussi devenir agressives physiquement.

Le délire mixte apparaît lorsque la personne présente tantôt des signes de délire hypoactif et tantôt des signes de délire hyperactif.

Le délire présente certains signes et symptômes de la démence, donc il peut être difficile de les différencier. La principale différence entre le délire et la démence est que les symptômes du délire apparaissent rapidement, alors que les symptômes de la démence s’installent lentement pendant un certain temps.

Les membres de la famille sont souvent les premiers à remarquer les signes de démence, puisque ce sont eux qui connaissent le mieux la personne. Si vous observez des changements de personnalité ou de comportement chez une personne atteinte d’un cancer avancé, avisez immédiatement l’équipe de soins.

Diagnostic

L’équipe de soins tentera de trouver ce qui cause le délire. On regardera les médicaments pris par la personne afin de savoir s’ils sont susceptibles de provoquer le délire.

On fait des tests afin d’essayer de trouver la cause sous-jacente du délire, dont ceux-ci :

Selon les résultats des tests, on pourrait en faire d’autres pour poser un diagnostic, dont ceux-ci :

Traitement

Discutez avec votre équipe de soins des traitements du délire et voyez comment ils correspondent à vos décisions sur vos soins. Le traitement n’atténue par toujours le délire chez les personnes atteintes d’un cancer avancé. Dans certains cas, en particulier si la personne atteinte de cancer se rapproche de la fin de sa vie, on peut décider de ne pas traiter le délire.

Le type de traitement proposé pour le délire dépend des résultats des tests. Les traitements peuvent comprendre ceux-ci :

  • changer les médicaments ou leur dose ou bien les arrêter
  • administrer des liquides à l’aide d’aiguilles insérées dans la peau (sous-cutanées) pour traiter la déshydratation
  • administrer des antibiotiques pour traiter une infection
  • contrôler la douleur
  • administrer de l’oxygène
  • retirer un cathéter de la vessie

L’équipe de soins essaiera également de créer un environnement calme pour la personne en délire en faisant ce qui suit :

  • s’assurer que la lumière naturelle est bien présente dans sa chambre le jour et que sa chambre est sombre la nuit
  • réduire le bruit dans sa chambre ou le corridor
  • mettre une horloge ou un calendrier dans sa chambre
  • limiter le nombre de visiteurs
  • s’assurer que le sommeil de la personne n’est pas interrompu par des visites médicales

Si la personne souffrant de délire est en détresse ou est bouleversée, ou s’il semble qu’elle pourrait se blesser ou blesser quelqu’un d’autre, il est possible que l’équipe de soins lui administre des médicaments pour aider à atténuer ces symptômes. Il n’y a pas de médicaments standards pour traiter le délire lié au cancer, mais on pourrait proposer ceux qui suivent :  

  • olanzapine (Zyprexa)
  • quétiapine (Seroquel)
  • aripiprazole (Abilify)

Les effets secondaires de ces médicaments peuvent être les suivants :

  • agitation
  • somnolence
  • étourdissements
  • mouvements anormaux (effets secondaires extrapyramidaux)

On peut avoir recours au méthylphénidate (Ritalin) chez les personnes atteintes de délire hypoactif qui n’ont pas d’hallucinations ou d’illusions et si on ne parvient pas à trouver la cause sous-jacente du délire. Ses effets secondaires sont entre autres la nausée, les étourdissements et des difficultés à dormir.

Si quelqu’un souffrant de délire est très agité, l’équipe de soins pourrait lui administrer des sédatifs pendant une courte période, comme du lorazépam (Ativan) ou du midazolam (Versed). Les effets secondaires de ces médicaments comprennent la somnolence et les étourdissements. Les sédatifs font également augmenter le risque de chutes.

Aide à apporter à quelqu’un qui souffre de délire

Certaines de ces suggestions pourraient aider la personne atteinte de délire que vous connaissez.

  • Apportez des choses de la maison qui lui sont familières comme des photos ou sa couverture préférée.
  • Faites jouer doucement sa musique préférée.
  • Parlez d’une voix douce et rassurante. Rappelez-lui gentiment le jour et l’heure qu’il est, où elle se trouve, qui elle est et qui vous êtes.
  • Atténuez son agitation et aidez-la à rester active en faisant de petites promenades.
  • Demandez qu’il y ait le plus souvent possible quelqu’un avec elle. Les membres de la famille peuvent venir chacun leur tour afin de s’assurer qu’elle ne soit jamais seule.

Réaction face au délire

Le délire peut être perturbant pour les membres de la famille, en particulier si leur proche devient agressif ou désagréable. Essayez de vous rappeler que les personnes en délire ne sont pas conscientes de leurs actions et que ces dernières ne reflètent pas leurs vraies émotions ou croyances.

Le délire peut aussi perturber la personne qui s’en est remise. Elle peut se sentir confuse, coupable ou honteuse de ce qu’elle a dit ou fait.

L’équipe de soins est en mesure de vous donner l’information et le soutien dont vous avez besoin pour comprendre le délire.

cognitif

Terme qui désigne tout ce qui est relatif à la cognition (processus mental qui concerne la pensée, l’apprentissage, la mémorisation et le jugement).

Par exemple, les changements cognitifs font référence à des problèmes liés à la mémoire et à la concentration.

siège primitif

Emplacement ou région du corps où le cancer a pris naissance.

méninge

Chacune des membranes qui recouvrent et protègent l’encéphale et la moelle épinière.

Les 3 couches des méninges sont la dure-mère, l’arachnoïde et la pie-mère. Le mot leptoméninges se rapporte à l’ensemble constitué de l’arachnoïde et de la pie-mère.

métabolisme

Processus chimiques se produisant dans le corps qui permettent de créer de l’énergie et de l’utiliser. Ce sont entre autres la décomposition des aliments et leur transformation en énergie, l’élimination des déchets et des toxines, la respiration, la circulation du sang et la régulation de la température.

L’adjectif métabolique désigne tout ce qui est relatif au métabolisme, par exemple le taux métabolique.

électrolyte

Substance présente dans le sang et d’autres liquides corporels qui est porteuse d’une charge électrique. Les électrolytes sont responsables de l’entrée des éléments nutritifs dans les cellules et de l’évacuation des déchets hors des cellules afin de maintenir l’équilibre des liquides dans le corps et de permettre aux muscles de fonctionner adéquatement.

Le calcium, le chlorure, le potassium et le sodium sont des exemples d’électrolytes.

léthargie

État de somnolence anormal, manque d’énergie ou désintérêt important envers l’activité.

cathéter

Tube flexible utilisé pour introduire des liquides dans le corps ou en retirer.

Un cathéter intraveineux, par exemple, permet d’introduire un liquide dans le corps par une veine et un cathéter urinaire, ou sonde urinaire, sert à évacuer à l'extérieur du corps l'urine qui est dans la vessie.

sédatif

Médicament qui permet de se sentir calme. On peut l’administrer dans une veine (intraveineuse) ou par la bouche sous forme de pilule.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Le Dr Christopher O’Callaghan, chercheur, Groupe canadien des essais sur le cancer Le Groupe canadien des essais sur le cancer fait grimper le taux de survie au glioblastome chez les aînés.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus