Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Types d'essais cliniques

La plupart des essais cliniques prennent naissance à la suite d'une recherche sur le cancer effectuée en laboratoire où les scientifiques tentent de comprendre le cancer à son niveau le plus élémentaire et le plus profond. Si une nouvelle approche semble prometteuse en laboratoire, l'étape suivante consiste à en faire l'essai sur les animaux. Si les résultats de la recherche sont encore positifs, on procède ensuite à des essais cliniques pour les humains.

Les principaux types d'essais cliniques dans le domaine de la recherche sur le cancer sont les suivants :

Type d'essai cliniqueDescription

Prévention

Recherche de méthodes permettant de réduire le risque de développement du cancer chez les personnes en santé qui n’ont jamais été atteintes de cette maladie ou chez celles qui présentent un risque plus élevé de développer un certain type de cancer. Les chercheurs peuvent aussi mener des essais sur la prévention auprès de personnes ayant des antécédents de cancer afin de prévenir la réapparition (récidive) de la maladie ou pour réduire le risque de développer un nouveau type de cancer.

Exemples d'essais sur la prévention :

  • études sur les médicaments ou la chimioprévention – lors desquelles on se penche sur certains médicaments, vitamines, minéraux ou autres suppléments afin de savoir jusqu'à quel point ils sont efficaces pour réduire le risque de cancer
  • études d’action – portant sur les facteurs relatifs au mode de vie comme l'exercice, le fait de cesser de fumer ou de consommer plus de fruits et de légumes afin de savoir si ces choix aident à prévenir le cancer

Dépistage et détection précoce

Mise à l’essai ou évaluation de meilleures méthodes permettant de découvrir un cancer au stade initial de la maladie chez les personnes qui ne présentent aucun signe ou symptôme de cancer. Déceler un cancer au stade précoce peut souvent accroître l'efficacité du traitement et les chances de survie. On peut offrir la chance de participer à ce type d’essai clinique aux personnes dont le risque de développement d’un certain type de cancer est plus élevé que la moyenne ou à celles qui ont été exposées à des substances qui causent le cancer, comme le tabac.

Exemples d'essais sur le dépistage et la détection précoce portant sur :

  • de nouvelles méthodes d'imagerie médicale pour déceler un cancer tôt, avant qu'il ne cause des symptômes
  • des épreuves de laboratoire pour détecter la présence de marqueurs tumoraux liés au cancer dans l'organisme d'une personne
  • des tests génétiques pour détecter des mutations génétiques héréditaires associées au cancer

Diagnostic

Recherche de meilleures méthodes permettant de diagnostiquer le cancer ou de le stadifierstadifierDescription de l’étendue du cancer dans le corps, y compris la taille de la tumeur, le degré de dissémination des cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques et la propagation de ces cellules de l’emplacement initial vers d’autres parties du corps..

Exemples d'essais sur le diagnostic portant sur :

  • de nouvelles méthodes d’imagerie médicale pour déceler le cancer
  • des épreuves de laboratoire pour détecter la présence de marqueurs tumoraux liés au cancer dans l’organisme d’une personne
  • la biopsie du ganglion sentinelle pour retirer et analyser quelques ganglions lymphatiques afin de savoir s'ils contiennent des cellules cancéreuses

Traitement

Mise à l'essai ou évaluation de nouveaux traitements du cancer et, en général, comparaison avec les traitements qui existent déjà (traitements standard); il s'agit du type d'essai clinique le plus courant auquel participent des personnes atteintes de cancer.

Exemples de traitements évalués lors d’essais cliniques :

  • chirurgie – nouvelles techniques et synchronisation des interventions chirurgicales
  • chimiothérapie – médicaments existants administrés pour d’autres types de cancer ou nouveaux médicaments, nouvelles associations médicamenteuses, doses et modes d'administration différents
  • radiothérapie – nouvelles façons d'administrer la radiothérapie ou associations avec d'autres traitements du cancer
  • hormonothérapie – nouvelles façons de protéger les personnes atteintes des effets de diverses hormones sur la croissance des cellules cancéreuses
  • thérapie biologique – nouveaux traitements permettant de stimuler et de rétablir les propres défenses de l'organisme (système immunitaire) contre un type particulier de cancer ou de cibler certaines molécules spécifiques qui participent à la croissance des cellules cancéreuses

Soins de soutien

Analyse des façons de réduire l'impact du cancer et de hausser le degré de bien-être et la qualité de vie des personnes atteintes et des survivants; aussi appelés essais sur la qualité de vie.

Exemples d'essais sur les soins de soutien portant sur :

  • de meilleures méthodes visant à améliorer la nutrition et à prévenir ou à soulager la nausée, la fatigue, la douleur ou d'autres troubles causés par le cancer ou son traitement
  • les troubles psychologiques et sociaux liés au cancer ou à son traitement et des moyens d'y faire face

Essais cliniques randomisés

Les chercheurs effectuent des essais cliniques de phase III et parfois de phase II en tant qu’essais cliniques randomisés. Lors de ces études, les participants sont répartis de façon aléatoire dans le groupe expérimental, c’est-à-dire qui reçoit le nouveau traitement à l’essai, ou dans le groupe témoin, c’est-à-dire qui reçoit le traitement standard. La conception de ce type d’étude est considérée comme éthique dans la mesure où l’on ignore lequel des traitements est meilleur.

Il arrive parfois que les participants du groupe témoin reçoivent une pilule qui ressemble au médicament expérimental ou une injection qui ne contient pas de médicament actif (placebo). La conception de ce type d’étude est considérée comme éthique lorsqu’on ignore les bienfaits ou les risques pouvant être engendrés par le traitement expérimental.

Les personnes qui participent aux essais cliniques randomisés ont autant de chance de faire partie du groupe expérimental que du groupe témoin. La distribution aléatoire des participants se fait habituellement à l’aide d’un ordinateur. C’est le nombre attribué à une personne qui détermine le groupe auquel elle sera assignée, soit le groupe expérimental ou le groupe témoin. Le médecin qui mène l’essai (investigateur principal) n’est aucunement impliqué dans l’affectation des participants à l’un ou l’autre de ces groupes.

Essais cliniques en insu

Les chercheurs peuvent mener des essais cliniques en tant qu'études en insu. Lors d'une telle étude, le chercheur sait si un participant fait partie du groupe expérimental ou du groupe témoin, mais les participants ne savent pas de quel groupe ils font partie. Si l'on agit ainsi, c'est que si une personne sait quel traitement elle reçoit, cela peut affecter sa réponse. Ceux qui savent qu'ils reçoivent le traitement expérimental, par exemple, peuvent s'attendre à ce qu'il soit plus efficace que le traitement standard et ainsi démontrer des signes positifs ou encourageants puisqu'ils veulent croire qu'ils sont en voie de guérison. Cela peut compromettre les résultats de l'étude.

Lors d'une étude à double insu, ni les chercheurs ni les participants ne savent à quel groupe ces derniers appartiennent ni quel traitement ils reçoivent. On privilégie cette conception d’étude car elle empêche à la fois les chercheurs et les participants d’adopter des comportements qui pourraient fausser les résultats scientifiques.

Histoires

Stella Gentil-Perret C’est un formidable système de soutien

Lisez l'histoire de Stella

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus