Vous êtes ici:

Types d’hormonothérapie

Modifier les taux d’hormones dans le corps peut contrôler la croissance des cellules cancéreuses hormonodépendantes. Il existe plusieurs types d’hormonothérapie qui modifient les taux d’hormones dans le corps. Le type de traitement employé dépend des éléments suivants :

  • type de cancer
  • grade du cancer
  • stade du cancer
  • facteurs personnels, comme l’âge ou si une femme a commencé sa ménopause
  • présence de récepteurs hormonaux à la surface des cellules cancéreuses

Chirurgie

La chirurgie permet d’enlever les glandes ou les organes qui sécrètent des hormones, afin de faire cesser la production d’une hormone ou d’agir contre cette hormone (effet anti-hormonal).

Radiothérapie

La radiothérapie détruit ou endommage un tissu qui sécrète une hormone, afin de faire cesser la production de cette hormone.

Médicaments hormonaux

Certains médicaments agissent sur l’activité des cellules sécrétrices d’hormones pour qu’elles ne puissent plus produire d’hormones. D’autres médicaments agissent contre une hormone ou les effets d’une hormone dans le corps. Les médicaments peuvent être fabriqués en laboratoire (synthétiques), et ils agissent de la même façon que les hormones naturelles.

  • Un antagoniste est une substance qui se lie à un récepteur et qui bloque l’action d’une autre substance.
  • Un médicament anti-hormonal (antagoniste hormonal) bloque l’interaction entre une hormone et son récepteur.

Types de médicaments hormonaux et comment ils agissent

L’emploi de médicaments pour modifier les taux d’hormones ou interférer avec les hormones dans le corps est appelé hormonothérapie. On emploie différents types de médicaments pour modifier différentes hormones et traiter divers types de cancer.

Corticostéroïdes (stéroïdes)

On emploie les hormones naturelles et les médicaments semblables aux hormones pour traiter certains types de cancer, comme le lymphome, la leucémie et le myélome multiple. Les corticostéroïdes sont considérés comme des agents chimiothérapeutiques lorsqu’on les emploie pour détruire les cellules cancéreuses ou ralentir leur croissance.

  • On les associe souvent à d’autres types d’agents chimiothérapeutiques pour accroître leur efficacité.
  • Ils réduisent l’inflammation et l’enflure (effet anti-inflammatoire).
  • La prednisone (Deltasone) et la dexaméthasone (Decadron, Dexasone) sont des corticostéroïdes.

Hormone thyroïdienne

L’hormone thyroïdienne fait cesser la sécrétion de thyréostimuline (TSH). On l’emploie pour remplacer l’hormone thyroïdienne dans le corps lorsqu’on a enlevé la glande thyroïde. Elle interrompt la croissance des tumeurs thyroïdiennes après la chirurgie ou la radiothérapie visant à traiter un cancer de la glande thyroïde. La lévothyroxine (Synthroid, Eltroxin) est une hormone thyroïdienne.

Hormones sexuelles (reproduction)

  • androgène (hormone mâle)
    • L’androgène peut bloquer l’action d’autres hormones qui stimulent la croissance de certains types de cancer du sein et agir contre les récepteurs d’œstrogènes.
    • La fluoxymestérone (Halotestin) est un médicament androgénique.
  • œstrogène (hormone femelle)
    • L’œstrogène contrôle la sécrétion de la testostérone chez l’homme, ce qui ralentit la croissance des cellules dans la prostate.
    • On l’emploie pour traiter et soulager les symptômes du cancer de la prostate.
    • Le chlorotrianisène (TACE) est un œstrogène.
    • L’estramustine (Emcyt) est une association d’œstrogène et de moutarde à l’azote.
  • progestatif (hormone femelle)
    • Le progestatif ressemble à la progestérone, une hormone sécrétée naturellement.
    • Il peut faire cesser la production d’œstrogènes et empêcher l’hypophyse de libérer des hormones.
    • On l’emploie pour traiter le cancer du sein et parfois le cancer de l’utérus (endomètre).
    • On peut employer le progestatif pour traiter le cancer de la prostate.
    • La médroxyprogestérone (Provera) et la mégestrol (Megace, Apo-megestrol, Nu-megestrol, Lin-megestrol) sont des progestatifs.

Médicaments anti-hormonaux (antagonistes hormonaux)

  • anti-androgène
    • Les anti-androgènes bloquent l’action de la testostérone (on les appelle aussi inhibiteurs des androgènes).
    • Ils se fixent aux récepteurs situés à la surface des cellules cancéreuses de la prostate et empêchent la testostérone de se rendre aux cellules.
    • On peut associer les anti-androgènes à l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH) pendant une courte période ou l’ajouter plus tard au traitement si le cancer évolue alors que l’homme prend déjà de la LH-RH.
    • Le bicalutamide (Casodex), la cyprotérone (Androcur), le flutamide (Euflex) et le nilutamide (Anandron) sont des exemples d’anti-androgènes.
  • anti-œstrogènes
    • Les anti- anti-œstrogènes comprennent les inhibiteurs œstrogéniques et les modulateurs sélectifs des récepteurs œstrogéniques (MSRE).
    • Les inhibiteurs œstrogéniques se fixent aux récepteurs situés à la surface des cellules cancéreuses du sein et empêchent l’œstrogène de se rendre aux cellules.
    • Les MSRE bloquent les effets de l’œstrogène dans certains tissus (sein et utérus, par exemple) et agissent comme l’œstrogène dans d’autres tissus (os et muscle cardiaque, par exemple).
    • Le fulvestrant (Faslodex), le raloxifène (Evista) et le tamoxifène (Nolvadex, Tamofen) sont des médicaments anti-œstrogéniques.
  • inhibiteur de l’aromatase
    • Après la ménopause, le principal apport en œstrogènes vient des glandes surrénales et des tissus adipeux, plutôt que des ovaires. L’aromatase est une enzyme qui aide les glandes surrénales et les tissus adipeux à fabriquer des œstrogènes.
    • Les inhibiteurs de l’aromatase empêchent la transformation des androgènes en œstrogènes dans le corps.
    • On les emploie pour traiter le cancer du sein qui ne réagit plus au tamoxifène ou qui est résistant au tamoxifène ou à la progestérone.
    • On peut aussi les employer pour traiter le cancer du sein métastatique ou après un traitement de 5 ans à base de tamoxifène. Il est possible que certaines femmes soient appelées à changer de traitement pour passer du tamoxifène aux inhibiteurs de l’aromatase après 2 ou 3 ans.
    • On emploie les inhibiteurs de l’aromatase uniquement chez les femmes postménopausées.
    • L’anastrozole (Arimidex), l’exémestane (Aromasin) et le létrozole (Femara) sont des inhibiteurs de l’aromatase.
  • analogue de l'hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH)
    • Les analogues de la LH-RH agissent sur l’hypophyse située à la base du cerveau pour faire baisser le taux de lutéinostimuline (LH). La LH incite les testicules à produire de la testostérone chez l’homme et les ovaires à produire de l’œstrogène chez la femme.
    • En abaissant la LH, les analogues de la LH-RH réduisent la production d’androgènes et d’œstrogènes (castration chimique, ou médicale).
    • Les analogues de la LH-RH sont aussi appelés analogues de l’hormone de libération de la gonadotrophine (GnRH).
    • On les emploie pour traiter le cancer de la prostate chez l’homme et le cancer du sein chez la femme préménopausée.
    • La buséréline (Suprefact), la goséréline (Zoladex) et le leuprolide (Lupron, Lupron Depot, Eligard) sont des types d’analogues de la LH-RH.

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

grade

Description d’une tumeur qui indique jusqu’à quel point les cellules cancéreuses diffèrent des cellules normales en apparence (différenciation), à quelle vitesse elles se développent et se divisent et quelle est leur tendance à se propager.

Les grades sont établis selon différents systèmes de classification histologique qui sont utilisés pour des cancers spécifiques. Mais certains types de cancer ne sont pas déterminés selon un système de classification histologique particulier.

La méthode qui consiste à examiner et à classifier les tumeurs selon l’apparence et le comportement des cellules cancéreuses observées au microscope est appelée classification histologique.

stade

Description de l’étendue du cancer dans le corps, dont la taille de la tumeur, la présence de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques et la propagation de la maladie de l’emplacement initial vers d’autres parties du corps.

Les stades se basent sur des critères spécifiques de chaque type de cancer.

La méthode qui consiste à déterminer l’étendue du cancer dans le corps en se fondant sur des examens et des tests est appelée stadification.

hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH)

Hormone qui contrôle la production des hormones sexuelles mâles et femelles.

L’hypothalamus produit l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH) qui, elle, stimule l'hypophyse pour qu'elle produise l'hormone luténéisante (LH). Par ricochet, l'hormone luténéisante (LH) stimule les testicules à produire de la testostérone et les ovaires à produire de l'œstrogène et de la progestérone.

L’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH) est aussi appelée hormone de libération de la gonadotropine (GnRH).

analogue de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH)

Médicament qui stimule l’hypophyse pour qu’elle produise plus d’hormone lutéinisante, ou lutéinostimuline (LH).

L’hypophyse produit l’hormone lutéinisante (LH) qui, par ricochet, incite les testicules à produire la testostérone. Un analogue de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH) incite l’hypophyse à surproduire la LH jusqu’à ce que cette glande finisse par ne plus répondre au médicament. Lorsque l’hypophyse cesse de produire la LH, les testicules cessent de produire de la testostérone.

Ce médicament est aussi appelé analogue de la LH-RH.

Histoires

Je suis reconnaissante de la chance que nous avons eue, et je veux que toutes les familles aient la même. C’est pour cette raison que la Société canadienne du cancer figure dans mon testament.

Plus de details

Réduire le fardeau du cancer

Icône – main avec signe de dollar flottant au-dessus d’elle

Les Canadiens peuvent aider la SCC à financer les meilleurs projets de recherche et à soutenir les personnes touchées par le cancer en étant donateurs ou bénévoles.

Apprenez-en plus