Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Dommages aux organes reproducteurs causés par la chimiothérapie

Les organes sexuels, ou reproducteurs (aussi appelés gonadesgonadesOrgane qui produit les cellules germinales.), comprennent les ovaires chez la femme et les testicules chez l'homme. Certains agents chimiothérapeutiques peuvent affecter les organes sexuels, ce qui risque de mener à l’infertilité (incapacité d’engendrer des enfants). Les dommages causés à ces organes sont aussi appelés toxicité des gonades ou dysfonctionnement gonadique.

Causes

Les dommages causés aux organes reproducteurs sont souvent liés au type et à la dose de médicaments administrés et à la durée du traitement. Les agents chimiothérapeutiques qui semblent engendrer les effets secondaires les plus graves comprennent les suivants :

  • busulfan (Busulfex)
  • chlorambucil (Leukeran)
  • cisplatine (Platinol AQ)
  • cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)
  • méchloréthamine (moutarde à l'azote, Mustargen)

Les facteurs qui mettent une personne à risque d’être atteinte de dommages aux organes reproducteurs comprennent entre autres les suivants :

  • association de médicaments, comme ceux qu'on emploie pour traiter le lymphome hodgkinien et la leucémie
  • association de la chimiothérapie à une radiothérapie du bassin
  • âge de la personne
    • Une femme qui est à quelques années de la ménopauseménopauseMoment au cours de la vie d’une femme qui correspond à l’arrêt de la production d’ oestrogène par les ovaires et à l’absence de menstruations pendant 12 mois. Chez la plupart des femmes, la ménopause survient entre 45 et 55 ans. naturelle, par exemple, est plus vulnérable aux dommages causés par la chimiothérapie, et le déficit ovarien est plus susceptible d'être permanent.

Symptômes

Les changements qui affectent les organes reproducteurs peuvent engendrer :

  • des troubles de la fertilité chez l'homme et la femme (temporaires ou permanents)
  • une diminution du nombre ou de la qualité des spermatozoïdes produits, ce qui affecte la capacité du sperme à atteindre les ovules et à les fertiliser
  • des changements menstruels (comme des cycles irréguliers ou l'absence de règles)
  • une ménopause prématurée (causée par un déficit ovarien)

Il est possible que les dommages aux organes reproducteurs ne se manifestent qu'une fois la chimiothérapie terminée.

Diagnostic

Une discussion détaillée peut aider à identifier un trouble de la fonction sexuelle. La personne atteinte de cancer peut être questionnée seule ou en compagnie de la personne avec qui elle partage sa vie. Il est possible que le médecin fasse un examen physique des organes génitaux. On fait parfois des tests afin de connaître la cause des troubles sexuels ou de vérifier la fonction sexuelle.

Prise en charge

Il arrive que l'infertilité soit permanente. Les personnes qui se posent des questions sur la possibilité d'avoir des enfants un jour devraient discuter avec leur médecin des effets possibles de la chimiothérapie sur leur fertilité. Elles devraient également parler des options de traitements de l’infertilité qui leur sont offertes avant que le traitement débute.

De nombreux agents chimiothérapeutiques sont évacués du corps en 72 heures. Les personnes qui reçoivent une chimiothérapie devraient demander à leur médecin ou à leur équipe de soins quelles précautions prendre lors des relations sexuelles (dont le sexe oral), quand elles ne doivent pas avoir de relations sexuelles et à quel moment il n'est pas dangereux de recommencer à avoir une activité sexuelle.

Les personnes qui reçoivent une chimiothérapie doivent prendre des mesures contraceptives, puisque les agents chimiothérapeutiques peuvent être mutagènes (susceptibles de causer des mutations génétiques) ou tératogènes (susceptibles de causer des anomalies chez le fœtus en développement). Il est possible qu'une femme soit encore fertile durant la chimiothérapie, même si son cycle menstruel devient irrégulier ou que ses règles cessent.

Hommes

Les hommes devraient porter un condom lors des rapports sexuels au cours des premiers jours qui suivent le traitement, puisque certains médicaments peuvent se retrouver dans le sperme.

Femmes

Certains agents chimiothérapeutiques peuvent affecter les ovaires qui pourraient cesser de produire des ovules ou réduire la quantité d'hormones habituellement sécrétée.

  • Une femme ne peut pas tomber enceinte si ses ovaires cessent de produire des ovules. Chez certaines femmes, les ovaires recommencent à fabriquer des ovules une fois que le traitement est terminé et que les règles reviennent à la normale. Dans d'autres cas, cet effet peut être permanent et rendre les femmes infertiles.
  • En cours de chimiothérapie, le cycle menstruel d’une femme peut devenir irrégulier ou ses règles peuvent cesser complètement en raison des changements hormonaux. Ces changements hormonaux peuvent causer des symptômes de la ménopause, comme des bouffées de chaleur et une sécheresse vaginale. Il est possible que la sécheresse vaginale rende les rapports sexuels désagréables et les femmes plus vulnérables aux infections vaginales et urinaires. On peut prendre des mesures pour soulager les symptômes de la ménopause. Pour certaines femmes, les menstruations ne reviendront plus et la ménopause sera permanente (ménopause provoquée par le traitement).

Avoir des enfants après une chimiothérapie

Parlez avec votre médecin si vous et votre partenaire envisagez une grossesse après la chimiothérapie.

On recommande qu'une personne attende au moins 6 mois après un traitement du cancer avant d'essayer de concevoir ou d'avoir un enfant. Certains médecins pourraient suggérer de retarder une grossesse d'environ 2 ans à la suite du traitement. Combien de temps il faut attendre dépend de nombreux facteurs, dont ceux-ci :

  • type et stade du cancer
  • risques de réapparition du cancer
  • pronostic
  • âge et souhaits de la personne

L'équipe de soins prend tous ces facteurs en considération lorsqu'elle établit à quel moment il est préférable pour la personne de concevoir un enfant après un traitement du cancer.

On recommande également d'attendre avant de concevoir un enfant afin de permettre aux ovaires ou au sperme de se rétablir après avoir été temporairement modifié par le traitement du cancer.

À ce jour, aucune preuve concluante n'indique que les enfants nés de parents ayant reçu une chimiothérapie sont plus susceptibles d'être atteints d'anomalies congénitales ou de maladies que les autres.

Pour avoir plus de détails sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Histoires

Researcher Dr Raymond Andersen Les recherches du Dr Raymond Andersen pourraient mener à la découverte d’un nouveau médicament prometteur contre le cancer de la prostate.

Plus de details

De l’aide pour les fumeurs qui veulent cesser de fumer

Illustration du symbole d’interdiction de fumer

Il est normal d’avoir besoin d’aide pour cesser de fumer. La Société canadienne du cancer est là pour soutenir les fumeurs qui sont prêts à arrêter et même ceux qui ne le sont pas.

Apprenez-en plus