Logo Société canadienne du cancer

Tumeur de Wilms

Vous êtes ici:

Chirurgie de la tumeur de Wilms

La plupart des enfants atteints d’une tumeur de Wilms subiront une chirurgie. Le type de chirurgie pratiqué dépend surtout de la résécabilité de la tumeur, c’est-à-dire si on peut l’enlever par chirurgie. Il dépend aussi de la présence de tumeurs dans les deux reins. Quand elle planifie la chirurgie, l’équipe de soins prend également d’autres facteurs en considération comme l’état de santé global de l’enfant, la présence d’un seul ou des deux reins et la qualité de fonctionnement des reins.

On peut pratiquer une chirurgie pour différentes raisons. Votre enfant peut subir une chirurgie pour :

  • qu’on enlève complètement une tumeur;
  • qu’on diagnostique la maladie, qu’on en établisse le stade et qu’on en évalue l’étendue.

On a le plus souvent recours aux types de chirurgies qui suivent pour traiter la tumeur de Wilms. L’enfant peut aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Avant la chirurgie

Avant la chirurgie, les médecins font des épreuves diagnostiques afin de connaître l’étendue de la tumeur. Cela comporte habituellement des examens d’imagerie comme la tomodensitométrie (TDM) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM). On a aussi fréquemment recours à l’échographie. Si les résultats des examens d’imagerie laissent entendre que l’autre rein est peut-être atteint par le cancer, les médecins tenteront de décider s’il est possible d’enlever les tumeurs par chirurgie.

Les tumeurs qu’on peut enlever par chirurgie sont dites résécables. Celles qu’on ne peut pas enlever par chirurgie sont non résécables. On considère que la tumeur n’est pas résécable quand :

  • on en observe dans les deux reins;
  • l’enfant n’a qu’un seul rein;
  • elle est très grosse et qu’elle s’étend au-delà de la ligne médiane, c’est-à-dire la ligne qui divise le corps en côtés gauche et droit;
  • elle s’est étendue en profondeur dans les veines du foie ou du cœur;
  • elle s’est propagée aux structures ou organes vitaux voisins et qu’il faudrait aussi les enlever;
  • la chirurgie visant à enlever toute la tumeur causerait des dommages importants ou inutiles;
  • le cancer s’est propagé aux poumons et qu’ils ne fonctionnent pas correctement.

Même quand on croit qu’une tumeur n’est pas résécable, le chirurgien l’examine lors de l’opération afin de déterminer si, en fait, on peut l’enlever. Le chirurgien fera aussi un prélèvement pour l’analyser (biopsie). On administre une chimiothérapie, avec ou sans radiothérapie abdominale, pour traiter les tumeurs non résécables. Après la chimiothérapie, le chirurgien fait une chirurgie de second regard pour réévaluer la tumeur et l’enlever, si possible.

Apprenez-en davantage sur la TDM et l’IRM.

Néphrectomie radicale

La chirurgie qu'on pratique le plus couramment en présence d'une tumeur de Wilms est la néphrectomie radicale. Lors d'une néphrectomie radicale, on enlève complètement le rein, y compris la glande surrénale, l'uretère et la graisse tout autour. Dans le cas d’une grosse tumeur, il se peut que le chirurgien enlève aussi la veine rénale et certaines parties de la grosse veine abdominale appelée veine cave inférieure.

Néphrectomie partielle

La néphrectomie partielle est aussi appelée chirurgie conservatrice du néphron. Lors d'une néphrectomie partielle, on enlève la tumeur ainsi qu'une marge de tissu sain tout autour. On y a recours seulement dans des cas spéciaux puisque le risque de récidive est légèrement plus élevé. En règle générale, on pratique une néphrectomie partielle seulement quand :

  • on observe des tumeurs dans les deux reins lors du diagnostic;
  • l’enfant n'a qu'un rein;
  • l'autre rein ne fonctionne pas bien.

Évaluation de l’étendue de la maladie

Savoir si la tumeur de Wilms s’est propagée aux ganglions lymphatiques, à l’autre rein ou aux organes voisins aide l’équipe de soins à en établir le stade et à planifier les traitements futurs.

Lors de l’opération, le chirurgien fait habituellement une incision chirurgicale dans l’abdomen et vérifie toute la région abdominale. Cela comprend l’examen minutieux du péritoine, soit la membrane qui tapisse les parois de l’abdomen et du bassin et qui recouvre la plupart des organes abdominaux. Le chirurgien palpe la veine rénale et la veine cave inférieure, qui est la grosse veine qui reçoit le sang des membres inférieurs et des organes du bassin et de l’abdomen et qui le ramène dans l’oreillette droite du cœur. Le chirurgien examine les organes voisins comme le foie. Il se peut qu’il fasse un prélèvement (biopsie) dans les régions douteuses.

Lors de l’opération visant à enlever la tumeur, le chirurgien enlève aussi les ganglions lymphatiques situés près du rein. La chirurgie lors de laquelle on enlève les ganglions lymphatiques est appelée curage ganglionnaire. Si possible, on enlève seulement quelques ganglions lymphatiques, ce qu’on appelle prélèvement ganglionnaire. Il arrive parfois qu’on fait seulement la biopsie de certains ganglions lymphatiques. Les échantillons ganglionnaires sont examinés au microscope afin qu’on établisse le stade du cancer. Il faut absolument le faire puisque le cancer s’est parfois propagé aux ganglions lymphatiques sans les faire enfler.

Biopsie

Dans la plupart des cas de tumeur de Wilms, il est préférable d’enlever la tumeur primitive sans faire d’abord une biopsie. Mais lors de l’opération, le chirurgien peut constater qu’il est impossible d’enlever complètement la tumeur par chirurgie, c’est-à-dire qu’elle est non résécable. La tumeur peut ne pas être résécable si elle est grosse et s’est étendue dans les tissus voisins et des structures vitales. Si la tumeur n’est pas résécable, le chirurgien peut alors faire un prélèvement du rein pour l’examiner au microscope (biopsie).

On fait une biopsie seulement si l’enfant n’a qu’un seul rein. Si on découvre que les deux reins sont atteints par le cancer lors de l’imagerie diagnostique, on retarde habituellement la biopsie ou la néphrectomie qu’on fait après 6 semaines de chimiothérapie.

Apprenez-en davantage sur la biopsie.

Chirurgie des métastases

On peut avoir recours à la chirurgie pour enlever un cancer qui s’est propagé, ou métastasé, au foie ou aux poumons ou pour faire la biopsie d’une région des poumons où une tache s’est révélée lors de l’examen d’imagerie. On administre habituellement une chimiothérapie et une radiothérapie avant la chirurgie. S’il reste des tumeurs dans le foie ou les poumons après ces traitements, on pourrait faire une autre chirurgie pour les enlever.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur la chirurgie à l’équipe de soins.

Histoires

Rose-Marie LeBlanc Si je peux aider ne serait-ce qu’une personne au cours de ma vie, ça en vaut la peine.

Lisez l’histoire de Rose-Marie

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus