Logo Société canadienne du cancer

Tumeur de Wilms

Vous êtes ici:

Traitements de la tumeur de Wilms de stade IV

En présence d'une tumeur de Wilms de stade IV, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. L’équipe de soins vous proposera des traitements en fonction des besoins de votre enfant et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

L’équipe de soins prend aussi en considération le type de tumeur de Wilms lorsqu’elle planifie les traitements. Que la tumeur soit d’histologie favorable ou d’histologie défavorable (anaplasie), le traitement comporte habituellement une chirurgie suivie d’une radiothérapie et d’une chimiothérapie.

Si on ne peut pas enlever la tumeur sans danger parce qu’elle est trop grosse ou qu’elle s’est développée dans les structures ou les vaisseaux voisins, on pourrait prélever un peu de tissu pour l’examiner au microscope (biopsie). On administrera une chimiothérapie, avec ou sans radiothérapie, pour essayer de réduire la taille de la tumeur. Si la chimiothérapie réduit suffisamment la taille de la tumeur pour qu’on puisse l’enlever, on pratique donc la chirurgie qu’on fait suivre d’une autre chimiothérapie et d’une radiothérapie. (On n’administre pas de radiothérapie si on l’a fait avant la chirurgie.)

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal des deux types de tumeur de Wilms de stade IV. On pratique alors la néphrectomie radicale et l’ablation des ganglions lymphatiques voisins. Si on ne peut pas enlever la tumeur sans danger, on prélève alors un peu de tissu pour l’examiner au microscope (biopsie).

Si la tumeur de Wilms s’est propagée au foie, on peut avoir recours à la chirurgie pour enlever toute tumeur au foie qui reste après la chimiothérapie et la radiothérapie.

On peut aussi faire une chirurgie pour enlever un cancer qui s’est propagé, ou métastasé, aux poumons. On peut pratiquer cette opération dans le cadre du diagnostic. Le chirurgien enlève la région suspecte dans le but de confirmer qu’une tache observée dans un poumon lors des examens d’imagerie est vraiment une tumeur. On peut faire la chirurgie d’une métastase pulmonaire après une chimiothérapie et une radiothérapie.

Radiothérapie

On administre une radiothérapie à l’abdomen après la chirurgie d’une tumeur de Wilms de stade IV. On administre la radiothérapie d’un seul côté, ou flanc, de l’abdomen ou à l’abdomen tout entier. On y a recours pour détruire toute cellule cancéreuse qui reste après la chirurgie. On administre une chimiothérapie avec la radiothérapie.

On peut avoir recours à la radiothérapie avant la chirurgie si la tumeur est trop grosse ou si elle s’est développée dans les structures ou vaisseaux voisins empêchant de l’enlever par chirurgie. On associe la radiothérapie à la chimiothérapie pour essayer de réduire la taille de la tumeur et rendre la chirurgie possible.

On a aussi recours à la radiothérapie pour traiter une tumeur de Wilms qui s’est propagée aux poumons.

Chimiothérapie

On a recours à la chimiothérapie et à la radiothérapie après la chirurgie d’une tumeur de Wilms de stade IV. Si on ne peut pas enlever la tumeur par chirurgie, on pourrait administrer une chimiothérapie avant l’opération pour réduire la taille de la tumeur puis une autre fois après la chirurgie. Le type de chimiothérapie le plus souvent utilisé dépend du type de tumeur.

Les tumeurs d’histologie favorable sont traitées avec de la vincristine (Oncovin), de la doxorubicine (Adriamycin) et de la dactinomycine (Cosmegen, Actinomycin-D). On administre la chimiothérapie pendant 25 semaines.

Les tumeurs d’histologie favorable avec changements chromosomiques sont traitées avec de la vincristine, de la doxorubicine et de la dactinomycine pendant 25 semaines. Certains enfants traités en essai clinique peuvent aussi recevoir de la cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox) et de l’étoposide (Vepesid) en plus de ces médicaments.

Si les médecins observent toujours une tumeur dans les poumons après 6 semaines de chimiothérapie à base de ces médicaments, ils administreront encore de la vincristine, de la doxorubicine et de la dactinomycine pendant 6 semaines. À la fin de ce traitement, on administre de la vincristine, de la dactinomycine, de la doxorubicine, de la cyclophosphamide et de l’étoposide pendant 31 semaines en tout.

Les tumeurs anaplasiques focales sont traitées avec l’un des protocoles chimiothérapeutiques suivants pendant 25 semaines :

  • vincristine, doxorubicine, étoposide, cyclophosphamide et carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • irinotécan (Camptosar) et vincristine suivis de vincristine, doxorubicine, étoposide, cyclophosphamide et carboplatine

Les tumeurs anaplasiques diffuses sont traitées avec de la vincristine, de la doxorubicine, de l’étoposide, de la cyclophosphamide et du carboplatine pendant 25 semaines. Certains enfants traités en essai clinique peuvent recevoir de l’irinotécan et de la vincristine suivis de vincristine, de doxorubicine, d’étoposide, de cyclophosphamide et de carboplatine.

Quand on a recours à la cyclophosphamide, on doit aussi administrer du mesna (Uromitexan). Le mesna aide à protéger la vessie de l'irritation causée par la cyclophosphamide.

Essais cliniques

Beaucoup d’enfants seront traités dans le cadre d’un essai clinique adapté au stade et au type de tumeur de Wilms dont ils sont atteints. Dans le protocole de l'essai, on indique quels agents chimiothérapeutiques et quels dosages sont administrés. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Rebecca and James Hamm Nous trouvions très important que la collecte se fasse en l’honneur de mon oncle, car c’était un formidable moyen pour nous de lui manifester notre solidarité.

Lisez l’histoire de James et Rebecca

Un coup de pouce pour les familles

Illustration d’une foule

La Société canadienne du cancer aide à défrayer les familles qui ont à assumer des coûts liés au traitement d’un enfant atteint de cancer.

Apprenez-en plus