Logo Société canadienne du cancer

Tumeur de Wilms

Vous êtes ici:

Traitements de la tumeur de Wilms récidivante

En présence d'une tumeur de Wilms récidivante, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. L’équipe de soins vous proposera des traitements en fonction des besoins de votre enfant et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement. Quand elle planifie le traitement, l’équipe de soins prend les éléments suivants en considération :

  • traitements déjà reçus par l'enfant;
  • type de tumeur de Wilms (d’histologie favorable ou défavorable);
  • temps écoulé depuis le traitement;
  • où le cancer a récidivé (la tumeur de Wilms métastatique peut se développer dans les poumons, le foie ou le rein opposé mais rarement dans d’autres parties du corps).

Le traitement peut comporter une chirurgie, une chimiothérapie, une radiothérapie ou une greffe de cellules souches.

Traitement par niveau de risque

On a établi trois niveaux de risque pour la tumeur de Wilms récidivante en fonction de certains facteurs pronostiques et de l’issue après la récidive.

Risque standard

Les tumeurs dont le risque est standard sont d’histologie favorable. On a traité la tumeur primitive avec de la vincristine (Oncovin) et de la dactinomycine (Cosmegen, Actinomycin-D).

On traite habituellement par chirurgie les enfants dont la tumeur est de risque standard, s’il est possible d’enlever la récidive et de confirmer que l’histologie est la même. On administre une radiothérapie et une chimiothérapie après la chirurgie ou si la chirurgie n’est pas possible. Les médicaments employés sont la vincristine (Oncovin), la doxorubicine (Adriamycin) et la cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox), en alternance avec l’étoposide (Vepesid) et la cyclophosphamide.

Risque élevé

Les tumeurs dont le risque est élevé sont aussi d’histologie favorable. On a traité la tumeur primitive avec 3 agents chimiothérapeutiques ou plus, avec ou sans radiothérapie. Les enfants dont la récidive apparaît peu après le traitement sont aussi considérés comme à risque élevé.

On traite habituellement par chirurgie les enfants dont la tumeur est de risque élevé, s’il est possible d’enlever la récidive. On administre une radiothérapie et une chimiothérapie après la chirurgie ou si la chirurgie n’est pas possible. Il n’y a pas de protocole standard pour la tumeur de Wilms à risque élevé. Certains agents chimiothérapeutiques employés sont la cyclophosphamide et l’étoposide, en alternance avec le carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ) et l’étoposide. On peut faire une greffe de cellules souches après la chimiothérapie.

Risque très élevé

Les tumeurs dont le risque est très élevé sont d’histologie défavorable (anaplasiques). Les enfants atteints d’une tumeur d’histologie particulière dite à prédominance blastémateuse ou dont la récidive apparaît très peu de temps après le traitement sont aussi considérés comme à risque très élevé.

Il n’y a pas de protocole standard pour la tumeur de Wilms à risque très élevé. Les enfants atteints d’une tumeur à risque très élevé sont traités par chimiothérapie plus agressive, comme à base d’ifosfamide (Ifex), de carboplatine et d’étoposide. On peut aussi leur administrer une chimiothérapie à forte dose suivie d’une greffe de cellules souches. On pourrait également leur proposer d’autres traitements dans le cadre d’essais cliniques.

Chirurgie

On peut pratiquer une chirurgie pour confirmer le diagnostic et enlever la récidive locale.

Radiothérapie

On peut avoir recours à la radiothérapie pour traiter une récidive dans des régions qui n’ont pas encore reçu de radiation.

Chimiothérapie

Les associations chimiothérapeutiques qu’on peut administrer pour traiter la tumeur de Wilms dépendent des agents chimiothérapeutiques que l’enfant a déjà reçus et de l’histologie de la tumeur récidivante, soit favorable ou défavorable (anaplasie).

Greffe de cellules souches

La greffe de cellules souches peut être une option de traitement pour les enfants dont le pronostic est sombre. Bien qu’on continue d’utiliser cette approche thérapeutique chez les enfants atteints d’une tumeur de Wilms récidivante à risque élevé, on se demande si l’administration d’une chimiothérapie à forte dose suivie d’une greffe de cellules souches améliore l’issue de ces enfants comparativement à une chimiothérapie intensive administrée seule.

Essais cliniques

Beaucoup d’enfants seront traités dans le cadre d’un essai clinique adapté au stade et au type de tumeur de Wilms dont ils sont atteints. Dans le protocole de l'essai, on indique quels agents chimiothérapeutiques et quels dosages sont administrés. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus