Logo Société canadienne du cancer

Tumeur de Wilms

Vous êtes ici:

Chimiothérapie de la tumeur de Wilms

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux, ou cytotoxiques, pour détruire les cellules cancéreuses. La plupart des enfants atteints d’une tumeur de Wilms recevront une chimiothérapie. L’équipe de soins prendra en considération les besoins de votre enfant pour choisir les médicaments, les doses et le mode d’administration. Votre enfant pourrait aussi recevoir d’autres traitements.

On administre une chimiothérapie pour différentes raisons. Votre enfant peut recevoir une chimiothérapie pour :

  • réduire la taille de la tumeur avant la chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante);
  • détruire les cellules cancéreuses qui restent après la chirurgie et réduire le risque de réapparition du cancer (chimiothérapie adjuvante);
  • traiter un cancer avancé.

La chimiothérapie est habituellement un traitement systémique. Cela signifie que les médicaments circulent dans le sang pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses dans tout le corps, dont celles qui auraient pu se détacher de la tumeur primitive. Les médicaments administrés pour traiter la tumeur de Wilms sont injectés dans une veine, en général à l'aide d'un dispositif spécial appelé cathéter veineux central. Cela permet  d’administrer la chimiothérapie sans danger. Le chirurgien installe habituellement ce dispositif au début de la chimiothérapie.

Agents chimiothérapeutiques couramment administrés pour la tumeur de Wilms

Les agents chimiothérapeutiques qu’on administre le plus souvent pour traiter la tumeur de Wilms sont les suivants :

  • vincristine (Oncovin)
  • dactinomycine (Cosmegen, Actinomycin-D)
  • doxorubicine (Adriamycin)
  • cyclophosphamide (Cytoxan)
  • cisplatine (Platinol AQ)
  • carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • étoposide (Vepesid)

Associer des agents chimiothérapeutiques est plus efficace qu'administrer un seul médicament. On a recours entre autres aux associations chimiothérapeutiques suivantes pour traiter la tumeur de Wilms :

  • vincristine et dactinomycine
  • vincristine, doxorubicine et dactinomycine
  • vincristine, doxorubicine, étoposide, cyclophosphamide
    • on peut y ajouter de la dactinomycine ou du carboplatine

La cyclophosphamide peut irriter la vessie. Quand on a recours à cet agent chimiothérapeutique, on administre aussi du mesna (Uromitexan) pour protéger la vessie.

Si la tumeur de Wilms ne réagit pas aux médicaments déjà employés ou si elle récidive, on peut utiliser d'autres protocoles de chimiothérapie. On peut les administrer en alternance ou à forte dose et parfois les accompagner d'une greffe de cellules souches. On a recours entre autres aux associations chimiothérapeutiques suivantes :

  • vincristine, doxorubicine et cyclophosphamide
  • ifosfamide (Ifex), carboplatine et étoposide
  • cyclophosphamide et étoposide
  • carboplatine et étoposide

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

On peut obtenir des renseignements sur les médicaments spécifiques employés pour traiter le cancer chez l'enfant sur les sites Web suivants :

Questions à poser sur la chimiothérapie

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur la chimiothérapie à l’équipe de soins.

Histoires

Dr Lillian Sung Améliorer les soins de soutien pour les enfants atteints de cancer

Plus de details

Création d’une stratégie nationale pour les proches aidants

Illustration d’aidants

La Société canadienne du cancer fait pression auprès du gouvernement fédéral afin qu’il adopte une stratégie nationale pour les aidants, de telle sorte que cet important groupe de personnes bénéficie d’un meilleur soutien financier.

Apprenez-en plus