Logo Société canadienne du cancer

Tumeur de Wilms

Vous êtes ici:

Traitements de la tumeur de Wilms

L’équipe de soins élaborera un plan de traitement juste pour votre enfant qui est atteint d’une tumeur de Wilms. Il se basera sur ses besoins et peut comprendre une association de différents traitements. Quand elle décide des traitements à proposer pour la tumeur de Wilms, l’équipe de soins prend les éléments suivants en considération :

  • type de tumeur de Wilms – histologie favorable ou histologie défavorable (anaplasie)
  • stade de la tumeur
  • âge de l’enfant
  • état de santé global de l’enfant
  • changements chromosomiques

Options de traitement pour la tumeur de Wilms

Il y a 2 approches principales pour traiter les enfants atteints de la tumeur de Wilms. Chaque approche a ses avantages et ses inconvénients.

En Amérique du Nord, l’approche standard du Children’s Oncology Group (COG) consiste à enlever le rein affecté (néphrectomie) quand on pose le diagnostic, si c’est possible. Si on ne peut pas enlever le rein, on fait habituellement une biopsie. Une fois que la néphrectomie ou la biopsie a été pratiquée, les médecins examinent les cellules tumorales afin d’en confirmer l’histologie et de vérifier la présence de changements dans les chromosomes. Ils attribuent un stade à la tumeur selon les résultats des examens d’imagerie et l’aspect ainsi que le comportement des cellules tumorales quand ils les observent au microscope. Ils se servent de ces informations pour planifier le traitement. Les médecins décident donc d’administrer une chimiothérapie, une radiothérapie ou bien les deux en fonction de l’histologie et du stade de la tumeur.

L’approche européenne consiste à diagnostiquer les tumeurs au rein en fonction des résultats d’études d’imagerie. La plupart des tumeurs au rein sont traitées par chimiothérapie et plus tard, après 6 semaines de chimiothérapie habituellement, on enlève le rein affecté. On administre un autre traitement après la chirurgie selon le stade de la tumeur et sa réaction à la chimiothérapie.

Au Canada, les médecins ont adopté l’approche nord-américaine du COG. On peut traiter la tumeur de Wilms des façons suivantes.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal de la tumeur de Wilms. Elle peut comporter une néphrectomie radicale ou parfois une néphrectomie partielle. On peut associer une chimiothérapie ou une radiothérapie à la chirurgie.

Chimiothérapie

On a habituellement recours à la chimiothérapie pour traiter la tumeur de Wilms. Elle est généralement composée de différentes associations de médicaments. On peut administrer une chimiothérapie :

  • après la chirurgie pour prévenir la récidive (traitement adjuvant);
  • avant la chirurgie (traitement néoadjuvant) si on ne peut pas enlever complètement la tumeur;
  • pour traiter une tumeur avancée.

Radiothérapie

On a parfois recours à la radiothérapie pour traiter la tumeur de Wilms. On peut l’administrer :

  • après la chirurgie pour prévenir la récidive (traitement adjuvant);
  • avant la chirurgie (traitement néoadjuvant) si on ne peut pas enlever complètement la tumeur;
  • pour traiter une tumeur avancée.

Suivi

Le suivi après le traitement permet à l’équipe de soins de surveiller l’apparition d’une récidive de la tumeur de Wilms et d’effets tardifs du traitement. L’enfant qui est atteint d’une tumeur de Wilms devrait avoir régulièrement des visites de suivi, en particulier au cours des 5 premières années qui suivent le traitement. Si l’enfant reçoit une radiothérapie ou certains types de chimiothérapies, il pourrait avoir besoin d’un suivi pour le reste de sa vie.

Essais cliniques

Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer qui soient meilleures. La tumeur de Wilms est rare. On proposera à de nombreux enfants atteints de ce cancer d’être traités en essai clinique. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Questions à poser sur le traitement

Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur le traitement à l’équipe de soins.

Histoires

Tuli Chowdhury J’encourage tout le monde à faire du bénévolat pour la Société canadienne du cancer, et en particulier les jeunes, de poursuivre l’adolescente.

Lisez l’histoire de Tuli

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus