Cancer du vagin

Vous êtes ici:

États précancéreux du vagin

Les états précancéreux du vagin sont des changements qui rendent les cellules vaginales plus susceptibles de devenir cancéreuses. Ces états ne sont pas encore cancéreux, mais les changements anormaux dans les cellules pourraient se transformer en cancer du vagin s’ils ne sont pas traités. De nombreuses années (environ 5 à 10 ans) peuvent être nécessaires pour qu’un état précancéreux se transforme en cancer du vagin, mais cela se produit parfois en moins de temps.

Néoplasie intra-épithéliale vaginale

La néoplasie intra-épithéliale vaginale (VAIN) est l’état précancéreux du vagin le plus courant. Des changements anormaux surviennent dans les cellules de la surface interne du vagin (appelée épithélium). On observe plus fréquemment la VAIN dans la partie supérieure du vagin et elle est souvent multifocale, c’est-à-dire qu’elle apparaît à plus d’un endroit. La VAIN est souvent accompagnée d’une néoplasie intra-épithéliale cervicale (CIN). On croit que la cause de la VAIN est semblable à celle de la CIN. La VAIN peut se propager à partir de régions voisines atteintes de CIN ou survenir séparément.

On classe la VAIN selon le degré d’anomalie des cellules de l’épithélium :

  • VAIN 1 désigne une dysplasie légère. L’épithélium est un peu anormal.
  • VAIN 2 désigne une dysplasie modérée. L’épithélium est modérément anormal.
  • VAIN 3 désigne une dysplasie sévère ou un carcinome in situ. L’épithélium est très anormal. On considère qu’il s’agit d’une lésion prémaligne. Elle se manifeste habituellement en présence d’une CIN 3 (dysplasie sévère du col de l’utérus).

On distingue aussi la VAIN de bas grade et la VAIN de haut grade. Dans le cas de la VAIN de bas grade, les cellules ont presque l’air de cellules normales. Elles ont tendance à se développer lentement et risquent moins de devenir cancéreuses. Dans le cas de la VAIN de haut grade, les cellules semblent moins normales, ou plus anormales. La VAIN de haut grade touche le tiers le plus externe de la muqueuse ou l’entièreté de l’épaisseur de l’épithélium.

Facteurs de risque

Les facteurs suivants peuvent accroître votre risque d’être atteinte de VAIN :

  • antécédents d’infection au virus du papillome humain (VPH)
  • antécédents de CIN ou de cancer du col de l’utérus

Symptômes

Il arrive souvent que les changements précancéreux du vagin n’engendrent aucun signe ni symptôme.

Diagnostic

Si votre médecin croit que vous pourriez être atteinte de VAIN, on vous fera passer des examens. Le résultat anormal d’un test Pap est souvent le premier signe que certaines cellules du col de l’utérus ou du vagin sont anormales. Les épreuves effectuées pour diagnostiquer la VAIN comprennent :

Traitements

Les changements légers (VAIN 1) reviennent souvent à la normale sans être traités. Les changements modérés (VAIN 2) ne reviendront probablement pas à la normale, donc on commence habituellement à les traiter tout de suite. Les anomalies plus graves (VAIN 3) sont plus susceptibles de se transformer en cancer invasif du vagin, en particulier si elles ne sont pas traitées.

Les options de traitement de la VAIN comprennent :

  • observation (on surveille l’apparition de changements)
  • hormonothérapie par œstrogène topique
  • chimiothérapie topique employant une crème à base de 5-fluorouracile (5-FU)
  • crème à base d’imiquimod (Aldara), un médicament qui déclenche une réaction immunitaire dans la région où se trouve le tissu anormal
  • chirurgie au laser
  • chirurgie visant à enlever la région anormale et une partie du tissu normal qui l’entoure (excision large) ou une partie du vagin (vaginectomie partielle, aussi appelée colpectomie partielle)

carcinome in situ

Cancer à un stade très précoce : les cellules tumorales n’ont pas encore envahi les tissus voisins.

colposcopie

Intervention qui consiste à utiliser un colposcope (instrument muni d’une source lumineuse et d’une lentille grossissante) pour examiner la vulve, le vagin et le col de l’utérus.

On peut prélever des cellules ou du tissu pour les examiner au microscope.

Histoires

Désormais, je sais que même après ma mort, je continuerai d’aider des femmes et des hommes atteints de cancer. C’est une trace que je veux laisser dans le monde.

Plus de details

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus