Logo Société canadienne du cancer

Cancer du vagin

Vous êtes ici:

Effets secondaires possibles de la chirurgie du cancer du vagin

Peu importe le type de traitement choisi pour un cancer du vagin, il est possible que des effets secondaires se produisent. Cependant, ils n’affectent pas toutes les personnes; si c’est le cas, chacune ne les ressent pas de la même façon. Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout des éléments suivants :

  • type de chirurgie et site
  • état de santé global de la personne
  • effet d'autres traitements du cancer (le tissu irradié pourrait ne pas bien se cicatriser après une chirurgie par exemple)

Les effets secondaires peuvent se produire en tout temps pendant la chirurgie. Certains se manifestent lors de l'intervention, tout de suite après ou seulement quelques jours ou quelques semaines plus tard. La plupart se résorbent après la chirurgie. Des effets tardifs peuvent même apparaître des mois voire des années à la suite de l'opération. Il est possible que des effets secondaires durent longtemps ou soient permanents.

Il est important de signaler tout effet secondaire à son équipe soignante.

Douleur

La douleur se manifeste souvent après une chirurgie à cause du traumatisme subi par le tissu lors de l'intervention. On a recours aux médicaments antidouleur pour la maîtriser. Il est possible que la douleur prenne du temps avant de s'atténuer, selon l’intervention pratiquée ainsi que la guérison et le seuil de tolérance à la douleur de la personne. Si elle persiste ou si les médicaments antidouleur ne la soulagent pas, il faut consulter son médecin ou son équipe soignante.

Retour au menu

Nausées et vomissements

Des nausées et vomissements peuvent être causés par l'anesthésie générale administrée lors de la chirurgie. On donne souvent des médicaments pour prévenir et maîtriser les nausées et vomissements. Ces effets secondaires sont habituellement temporaires et se dissipent souvent quelques jours après la chirurgie.

Retour au menu

Incapacité d’uriner

Il arrive parfois que les gens ont de la difficulté à uriner après une chirurgie. On parle alors de rétention urinaire. Cela peut se produire à cause de la douleur, des effets secondaires de l’intervention, de l’anesthésie ou d’autres médicaments. On surveille la quantité d’urine évacuée pendant un court laps de temps tout de suite après la chirurgie.

Retour au menu

Infection de la plaie

Chez certaines personnes, la plaie s’infecte après une chirurgie. Il arrive parfois qu'on place des tubes dans la plaie pour drainer l'excès de liquide. On peut avoir recours aux antibiotiques pour aider à prévenir ou à traiter une infection. L'infection de la plaie est un effet secondaire temporaire de la chirurgie.

Signalez au médecin ou à l'équipe soignante tout signe d’infection comme de la rougeur, la présence de pus, un écoulement malodorant, une plus grande sensibilité ou une enflure plus importante au site de l’incision, de la fièvre ou des frissons.

Retour au menu

Troubles pulmonaires

Des troubles pulmonaires peuvent se manifester pour diverses raisons après une chirurgie. Les 2 types principaux de troubles pulmonaires susceptibles de se produire sont l'infection (pneumonie) et l'affaissement partiel d'un poumon (atélectasie). Cesser de fumer au moins 1 semaine avant la chirurgie réduit le risque de troubles pulmonaires. Respirer profondément et fréquemment, tousser ainsi que se tourner souvent dans le lit réduisent le risque de troubles pulmonaires après la chirurgie. Certains patients doivent se servir d’un appareil particulier appelé spiromètre d’incitation pour les aider à respirer profondément.

Avisez le médecin ou l'équipe soignante si vous éprouvez l’un des symptômes suivants : essoufflement aigu, douleur au thorax, fièvre ou toux.

Retour au menu

Caillots sanguins

La formation d'un caillot sanguin dans une jambe est appelée thrombose veineuse profonde (TVP). La TVP peut se produire tout de suite après la chirurgie puisque la personne ne peut pas bouger beaucoup et aussi en raison d'autres facteurs. Dans les cas les plus graves, le caillot sanguin peut se détacher et se déplacer jusqu'aux poumons. On parle alors d’embolie pulmonaire, qui peut causer un essoufflement et une baisse du taux d'oxygène.

Cesser de fumer avant la chirurgie aide à réduire le risque de formation de caillots sanguins. Changer de position fréquemment, faire des exercices pour les jambes et les chevilles et bouger peu de temps après la chirurgie aident aussi à réduire ce risque. On peut administrer de faibles doses d’un anticoagulant afin d’aider à réduire le risque de formation de caillots sanguins juste après la chirurgie.

Avisez le médecin ou l'équipe soignante si vous éprouvez l’un des symptômes suivants : rougeur, enflure, douleur ou crampes au mollet.

Retour au menu

Saignement

Il peut y avoir un saignement ou une hémorragie si un vaisseau sanguin n'a pas été scellé complètement lors de la chirurgie ou si la personne souffre d'un trouble de coagulation du sang. Le personnel infirmier vérifie souvent les bandages et les drains à la recherche de signes de saignement excessif tout de suite après la chirurgie. S'il y a un saignement et qu'il est assez important, le chirurgien pourrait devoir ramener la personne en salle d'opération pour le maîtriser.

On peut s'attendre à ce qu'il y ait un petit écoulement sanguinolent après la chirurgie. Il faut signaler tout saignement excessif au médecin ou à l'équipe soignante.

Retour au menu

Troubles gastro-intestinaux

L’intestin pourrait être affecté par l’anesthésique et ne pas fonctionner normalement tout de suite après une chirurgie importante. Cela risque de causer un problème appelé iléus paralytique, c’est-à-dire que l’intestin devient paresseux et que son contenu ne se déplace pas. Dans ce cas-là, on reprend habituellement graduellement la consommation de liquides et d’aliments par la bouche après la chirurgie parce que la fonction intestinale revient lentement à la normale.

Retour au menu

Séparation des bords de la plaie

Les bords d’une plaie sont habituellement maintenus en place par des points de suture ou des agrafes jusqu’à ce que l’incision se soit suffisamment cicatrisée pour qu’on les enlève. Les bords de la plaie peuvent se séparer après la chirurgie (déhiscence). Une légère séparation n'est pas nécessairement grave. C'est la séparation du muscle sous-jacent ou du tissu graisseux qui peut être plus grave et qui risque d’engendrer plus tard la saillie d’un organe ou de tissu à travers la paroi abdominale (hernie). Il faut habituellement éviter toute activité physique rigoureuse pendant les 6 à 8 semaines qui suivent la chirurgie afin de réduire le risque de séparation des bords de la plaie.

Avisez le médecin ou l'équipe soignante si vous éprouvez l’un des symptômes suivants : écartement de la plaie, incision qui ne guérit pas ou sensation que l’incision a cédé.

Retour au menu

Lymphoedème aux jambes

Quand on a enlevé une grande quantité de ganglions lymphatiques par chirurgie, la circulation et le drainage habituels de la lymphe peuvent être bloqués. Cela engendre une accumulation de lymphe dans les tissus mous, soit un lymphoedème. Les jambes peuvent enfler quand on enlève des ganglions lymphatiques du bassin. Le but du traitement est de prévenir une autre accumulation de lymphe et d’atténuer l’enflure le plus possible.

Retour au menu

Tissu cicatriciel

La formation de tissu cicatriciel fait partie intégrante du processus de guérison après une chirurgie. Les cicatrices sont souvent visibles pendant un long moment ou sont permanentes, mais elles s'effacent fréquemment au fil du temps.

Retour au menu

Histoires

La Dre Miriam Rosin, chercheuse Les recherches de la Dre Miriam Rosin aident à mieux comprendre le lien entre le papillomavirus et le cancer de la cavité buccale.

Plus de details

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus