Logo Société canadienne du cancer

Cancer du vagin

Vous êtes ici:

Effets secondaires de la radiothérapie pour le cancer du vagin

Peu importe le type de traitement choisi pour un cancer du vagin, il est possible que des effets secondaires se produisent. Cependant, ils n’affectent pas toutes les personnes; si c’est le cas, chacune ne les ressent pas de la même façon. Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout des éléments suivants :

  • taille de la région traitée
  • région ou organes spécifiques traités
  • dose totale
  • mode d’administration

La radiothérapie endommage les cellules cancéreuses, mais il se peut qu'elle nuise aussi aux cellules saines qui se trouvent dans la région traitée, même si on prend des précautions visant à les protéger le plus possible. Les divers tissus et cellules du corps tolèrent différemment la radiothérapie.

Les effets secondaires peuvent se manifester n'importe quand lors de la radiothérapie. Certains se produisent en cours de traitement, d'autres tout de suite après ou quelques jours et même quelques semaines plus tard. La plupart disparaissent une fois la radiothérapie terminée. Les effets tardifs peuvent apparaître des mois voire des années à la suite de la radiothérapie. Il est possible que des effets secondaires durent longtemps ou soient permanents.

Il est important de signaler tout effet secondaire à son équipe de soins de santé. De nombreux effets secondaires peuvent être soulagés par la prise de médicaments, un changement alimentaire ou d'autres méthodes.

Fatigue

La fatigue est l'un des effets secondaires les plus courants de la radiothérapie. Elle peut être causée par l'anémie, le peu d'appétit, la dépression ou bien être attribuable à des substances toxiques produites par les cellules cancéreuses qui se décomposent et meurent. Lors de la radiothérapie, le corps utilise plus d'énergie pour se guérir, c'est pourquoi la fatigue n'est pas toujours soulagée par le repos. Se déplacer fréquemment et quotidiennement pour recevoir son traitement peut aussi être source de fatigue.

L'irradiation de n'importe quelle région du corps peut rendre une personne plus fatiguée que d'habitude, mais la fatigue est plus courante lorsqu'on traite de grandes régions du corps. L'anémie est plus susceptible d'apparaître lorsqu’on irradie des régions où la plupart des cellules sanguines sont formées, comme les os du bassin.

La fatigue s'installe habituellement lors de la deuxième semaine de radiothérapie ou plus tard. Les symptômes de la fatigue peuvent s'accentuer ou s'aggraver en cours de traitement. La fatigue se dissipe généralement de façon graduelle une fois la radiothérapie terminée, mais certaines personnes continuent de se sentir fatiguées plusieurs semaines ou des mois après ce traitement.

Retour au menu

Réactions cutanées

Des réactions cutanées se produisent parce que les radiations externes circulent à travers la peau jusqu'à la région ciblée par le traitement. La peau qui se trouve dans le champ d'irradiation peut devenir rouge ou sèche, démanger ou changer de couleur (être plus foncée ou sembler bronzée). La plupart des réactions cutanées se manifestent au cours des 2 premières semaines de radiothérapie. Elles se dissipent habituellement quelques semaines après le traitement, mais certains changements, comme le brunissement de la peau ou la formation de tissu cicatriciel, peuvent persister. Il y a des gens chez qui aucune réaction cutanée ne se produit à la suite d'une radiothérapie.

Retour au menu

Diarrhée

La diarrhée est l'évacuation fréquente de selles très molles (liquides). Il est possible que des crampes abdominales accompagnent la diarrhée. La diarrhée apparaît souvent après 2 à 3 semaines de radiothérapie. La diarrhée se résorbe habituellement une fois que la radiothérapie est terminée. Il faut signaler la présence de diarrhées à l'équipe de radiothérapie. Ils peuvent recommander un changement alimentaire ou des médicaments en vente libre ou bien en prescrire pour aider à soulager cet effet secondaire.

Retour au menu

Troubles de la vessie

La radiothérapie peut irriter la vessie et ainsi causer de l'inflammation (cystite). La cystite risque de provoquer de l’inconfort, un besoin urgent et fréquent d’uriner et des saignements.

Les symptômes se manifestent habituellement après 3 à 5 semaines de radiothérapie. Ils disparaissent graduellement de 2 à 8 semaines après le traitement. Certains problèmes urinaires apparaissent une fois la radiothérapie terminée.

Il faut boire beaucoup de liquides pour s’assurer d’uriner régulièrement et vider souvent sa vessie. Signalez tout trouble de la vessie à votre équipe de radiothérapie. Ils pourraient être en mesure de vous recommander des médicaments qui aident à traiter certains de ces effets secondaires.

Retour au menu

Nausées et vomissements

Les nausées et vomissements se manifestent plus souvent quand la partie supérieure de l’abdomen est irradiée, mais ces effets secondaires peuvent se produire quand on fait une radiothérapie au bassin. Les nausées peuvent se manifester de 1 à 3 heures après la séance quotidienne de traitement (après 1 à 2 semaines de radiothérapie). Il faut signaler la présence de nausées et de vomissements à l'équipe de radiothérapie. Certaines personnes trouvent utile de prendre une collation légère ou de ne pas manger du tout quelques heures avant chaque séance ou bien d’attendre quelques heures après pour le faire.

On peut habituellement soulager les nausées et vomissements à l'aide d'antinauséeux. Ces effets secondaires disparaissent généralement une fois la radiothérapie terminée.

Retour au menu

Aplasie médullaire

L'aplasie médullaire est une affection caractérisée par la diminution du nombre d'un ou de plusieurs types principaux de cellules sanguines.

  • Une réduction du nombre de globules blancs (neutropénie) accroît le risque d’infection.
  • Une réduction du nombre de plaquettes (thrombocytopénie) accroît le risque d’ecchymoses et de saignements.
  • Une réduction du nombre de globules rouges (anémie) engendre de la fatigue, de la pâleur et un malaisemalaiseSensation généralisée d’inconfort ou d’un trouble physiologique.. (En général, les globules rouges ne sont pas très affectés par la radiothérapie, sauf s’il y a un saignement et une perte de sang.)

La diminution du nombre de cellules sanguines est un effet de la radiothérapie sur les cellules sanguines fabriquées dans la moelle osseuse. Le nombre de cellules sanguines est plus susceptible d'être affecté si les os du bassin (où est fabriqué un grand nombre de cellules sanguines chez l'adulte) se trouvent dans la région traitée.

Une baisse du nombre de cellules sanguines est rarement grave au point de causer des problèmes. Lorsqu'il y a un arrêt de traitement pendant quelques jours, leur nombre revient habituellement à la normale.

Retour au menu

Changements des organes reproducteurs

Une radiothérapie au bassin peut modifier le fonctionnement des organes reproducteurs d’une femme, ce qui risque de mener à :

  • une sécheresse vaginale, une sensation de brûlure ou des démangeaisons
  • une sténose vaginale (rétrécissement du vagin et formation de tissu cicatriciel)
  • des symptômes de ménopause
  • une diminution du désir sexuel
  • la formation d’une fistule (jonction anormale entre 2 organes)
    • Une fistule peut causer une fuite d’urine ou de selles par le vagin selon où elle se produit.
    • Elle peut se produire entre :
      • la vessie et le vagin
      • les uretères et le vagin
      • le rectum et le vagin

Retour au menu

Occlusion intestinale

L'occlusion intestinale n’est pas un effet secondaire courant de la radiothérapie, mais elle peut être causée par le rétrécissement d’une partie de l’intestin. Il se peut que le côlon ou l’intestin grêle soit partiellement ou complètement bloqué (occlusion). Son contenu ne peut alors pas se déplacer normalement.

Retour au menu

Lymphœdème

La lymphe peut s’accumuler dans les tissus si on a enlevé des ganglions lymphatiques, ce qui risque de mener au lymphœdème, soit l’enflure des membres. La radiothérapie des ganglions lymphatiques du bassin peut causer un lymphœdème dans les jambes.

Retour au menu

Histoires

Hannah Toutefois, pouvoir aller au camp Goodtimes tous ensemble en famille nous a aidé.

Lisez l'histoire de Hannah

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus