Logo Société canadienne du cancer

Cancer du vagin

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le cancer du vagin

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. Dans le cas du cancer du vagin, la radiothérapie peut être administrée :

  • comme traitement principal afin de détruire les cellules cancéreuses
  • avant la chirurgie, en association avec une chimiothérapie, pour réduire la taille de la tumeur (radiothérapie néoadjuvantenéoadjuvanteTraitement administré afin de réduire la taille d’une tumeur avant le traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) qui consiste habituellement en une chirurgie.)
  • après la chirurgie afin de détruire les cellules cancéreuses qui restent et réduire le risque de réapparition du cancer (radiothérapie adjuvanteadjuvanteTraitement administré en plus du traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) pour aider à réduire le risque de réapparition (récidive) de la maladie (comme le cancer).)
  • pour soulager la douleur ou maîtriser les symptômes d’un cancer du vagin au stade avancé (radiothérapie palliative)

On associe habituellement la radiothérapie externe à la curiethérapie pour traiter le cancer du vagin.

La dose de radiations émise lors du traitement ainsi que la façon de l'administrer et les horaires suivis varient d’une personne à l’autre.

Radiothérapie externe

On traite généralement le cancer du vagin par radiothérapie externe. Un appareil émet la radiation vers la tumeur et une partie du tissu qui l'entoure. On a recours à la radiothérapie externe pour traiter la plupart des stades du cancer du vagin. On peut l’administrer seule pour traiter les ganglions lymphatiques des aines et du bassin.

Curiethérapie

La curiethérapie est une radiothérapie interne. On met une substance radioactive (radio-isotope) directement dans la tumeur ou très près. On peut aussi placer la substance radioactive dans la région où se trouvait la tumeur qu'on a enlevée. La radiation détruit les cellules cancéreuses au fil du temps.

  • L’irradiation des tumeurs superficielles de stade I se fait habituellement seulement par curiethérapie.
  • Les plus grosses tumeurs de stade I et les tumeurs d’autres stades sont traitées par radiothérapie externe et par curiethérapie – curiethérapie intracavitaire, curiethérapie interstitielle ou bien les deux.

Curiethérapie intracavitaire

On met la substance radioactive dans un applicateur spécial (cylindre) qu’on insère dans le vagin près de l’emplacement de la tumeur.

Curiethérapie interstitielle

On insère de minces tubes radioactifs directement dans la tumeur et le tissu qui l’entoure. Les implants peuvent être temporaires ou permanents.

  • On enlève les implants temporaires une fois que la dose voulue a été administrée.
  • On n’enlève pas les implants permanents, comme les grains radioactifs. Ils libèrent graduellement leur dose de radiation pendant quelques semaines ou quelques mois.

On administre soit une curiethérapie à faible débit de dose (FDD) ou une curiethérapie à haut débit de dose (HDD).

Curiethérapie à faible débit de dose (FDD)

Lors de la curiethérapie à FDD, on administre de faibles doses de radiation en continu pendant quelques heures ou quelques jours. On laisse souvent l'implant en place de 1 à 7 jours avant de l'enlever. En général, l'hospitalisation est nécessaire pour ce traitement. Il faut suivre des mesures de sécurité radiologique spéciales pour protéger les autres d'une exposition à la radiation. Une fois l’implant enlevé, la personne n’est plus radioactive et peut se trouver auprès des gens.

  • Lors d'une curiethérapie à FDD, on met la substance radioactive dans un applicateur creux spécial qu'on insère dans le vagin.
  • Une fois l'applicateur chargé de la substance radioactive, la femme reste au lit afin d’éviter qu’il ne se déplace pendant le traitement. On pourrait fermer les lèvres par suture pour que l’applicateur reste en place.
  • Pendant cette période, on peut détecter une faible quantité de radiation hors du corps. Il est donc nécessaire de prendre des mesures de sécurité afin de protéger les autres patients, les employés et les visiteurs d'une exposition à la radiation.
  • Une fois que la dose de radiation prescrite a été administrée, on enlève l'applicateur et la femme peut retourner à la maison.
  • Plusieurs séances de curiethérapie à FDD peuvent être nécessaires.

Curiethérapie à haut débit de dose (HDD)

Lors de la curiethérapie à HDD, ou curiethérapie à distance, on administre une forte dose de radiation pendant une très courte période. Chaque séance ne dure habituellement que quelques minutes. La substance radioactive est émise par un appareil spécial fixé à des cathéters ou à des aiguilles insérés dans la tumeur.

  • Le médecin peut placer les cathéters ou les aiguilles avant chaque séance de traitement ou bien les laisser en place entre chaque séance.
  • On administre habituellement la curiethérapie à HDD en consultation externe, mais certaines personnes pourraient devoir rester à l'hôpital.
  • Une fois la séance de traitement terminée, les sources radioactives retournent dans l'appareil et la personne n'est plus radioactive.
  • La curiethérapie à HDD peut être administrée une fois par semaine, à chaque 1 à 2 semaines, au moins 3 doses étant nécessaires.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur la radiothérapie.

Histoires

Dr David Huntsman Risque génétique d’une forme agressive de cancer de l’estomac

Plus de details

Transport vers les centres de traitement du cancer

Illustration d’une automobile

Depuis plus de 50 ans, le programme de transport de la Société canadienne du cancer aide les patients à canaliser leurs énergies dans leur combat contre le cancer sans avoir à se préoccuper de trouver un moyen de se rendre à leurs traitements.

Apprenez-en plus