Cancer de l’utérus

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer de l’utérus

La plupart des femmes atteintes du cancer de l’utérus subiront une chirurgie. Le type de chirurgie pratiqué dépend principalement du stade du cancer. Lorsque votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle tient aussi compte d’autres facteurs, comme votre âge, votre état de santé global et vos préférences personnelles.

Une chirurgie peut être pratiquée pour différentes raisons. Vous pourriez subir une chirurgie pour :

  • établir le stade du cancer
  • enlever complètement la tumeur
  • enlever la plus grande partie possible de la tumeur (réduction tumorale)
  • soulager la douleur ou atténuer les symptômes (chirurgie palliative)

Stadification chirurgicale

La stadification est effectuée au cours d’une opération. Il est très important d’établir le stade avec précision puisque les médecins se fondent sur celui-ci pour déterminer le type et la durée du traitement administré après la chirurgie.

Le chirurgien fait un examen pelvien, lequel est effectué sous anesthésie générale. Ensuite, il pratique une incision (coupure) dans l’abdomen afin d’examiner les organes et voir si le cancer s’y est propagé. C’est ce qu’on appelle une exploration de l’abdomen. Au cours d’une exploration de l’abdomen, le chirurgien :

  • examine toutes les surfaces du bassin et de l’abdomen
  • fait des biopsies du péritoine et de toute région qui semble être cancéreuse
  • enlève des ganglions lymphatiques dans le bassin et autour de l’aorte
  • effectue une hystérectomie totale et une salpingo-ovariectomie bilatérale
  • enlève l’épiploon (dans certains cas)
  • enlève toute tumeur dans le péritoine

Le chirurgien pourrait aussi rincer les cavités abdominale et pelvienne avec une solution saline et conserver un échantillon du liquide de rinçage (lavage pelvien).

Les échantillons de tissu, les ganglions lymphatiques et le liquide du lavage pelvien sont envoyés à un laboratoire où ils sont examinés au microscope pour déterminer s’ils contiennent des cellules cancéreuses.

Cette opération peut aussi être pratiquée en employant des méthodes moins effractives telles que la laparoscopie ou la chirurgie robotique.

Types de chirurgie

On a recours aux types de chirurgie suivants pour traiter le cancer de l’utérus. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Hystérectomie

L’hystérectomie est une chirurgie qui consiste à enlever l’utérus. Pour traiter le cancer de l’utérus, on peut effectuer les types d’hystérectomie suivants :

Lors d’une hystérectomie totale, on enlève le col de l’utérus et l’utérus.

Lors d’une hystérectomie radicale, on enlève le col de l’utérus, l’utérus, certains des tissus et structures situés près du col de l’utérus, la partie supérieure du vagin ainsi que les ganglions lymphatiques voisins. La chirurgie visant à enlever ces ganglions lymphatiques est appelée curage ganglionnaire, ou lymphadénectomie.

On peut faire l’hystérectomie en passant par l’abdomen (hystérectomie abdominale). On peut aussi la faire en passant par le vagin (hystérectomie vaginale), mais cela est moins fréquent. Certains médecins la font par chirurgie laparoscopique ou par chirurgie robotique, à l’aide d’un instrument mince semblable à un tube muni d’une lumière et d’une lentille (appelé laparoscope) leur permettant d’observer les organes à l’intérieur du corps. Le chirurgien pratique de petites incisions (coupures) dans l’abdomen et y insère le laparoscope et les outils chirurgicaux pour enlever des tissus.

Apprenez-en davantage sur l’hystérectomie.

Retour au menu

Salpingo-ovariectomie bilatérale

La salpingo-ovariectomie bilatérale est une chirurgie qui consiste à enlever les deux trompes de Fallope et les deux ovaires. Elle est parfois pratiquée en même temps que l’hystérectomie. Chez certaines femmes atteintes d’un cancer de l’utérus de stade précoce qui ne sont pas encore ménopausées, il n’est parfois pas nécessaire d’enlever les ovaires.

Retour au menu

Curage ganglionnaire

Le curage ganglionnaire est une chirurgie qui consiste à enlever des ganglions lymphatiques. Elle est souvent pratiquée en même temps qu’une hystérectomie radicale. Dans le cas d’une hystérectomie totale, le chirurgien peut enlever des ganglions lymphatiques ou non. Lors de ces chirurgies, le médecin peut enlever des ganglions lymphatiques dans le bassin et autour de l’aorte afin qu’ils soient examinés pour vérifier s’ils contiennent des cellules cancéreuses.

Les ganglions lymphatiques pelviens se trouvent dans le bassin. On dit que ce sont des ganglions régionaux parce qu’ils sont situés près de l’utérus. Ils forment le premier groupe de ganglions lymphatiques auquel le cancer de l’utérus risque de se propager. L’opération visant à les enlever est appelée curage ganglionnaire pelvien.

Les ganglions lymphatiques para-aortiques se trouvent à l’arrière de l’abdomen, autour de la partie inférieure de l’aorte (grosse artère qui fait circuler le sang loin du cœur). Quand le cancer de l’utérus se propage à des ganglions situés à l’extérieur du bassin, les ganglions lymphatiques para-aortiques sont ceux qui sont le plus souvent atteints. Si la tumeur de l’utérus est grosse ou si les ganglions pelviens sont touchés, le chirurgien vérifiera si le cancer s’est propagé aux ganglions para-aortiques.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire.

Retour au menu

Omentectomie

L’omentectomie est une chirurgie qui consiste à enlever l’épiploon pour vérifier s’il contient des cellules cancéreuses. Cette intervention peut être effectuée au cours de la chirurgie visant à stadifier le cancer.

Retour au menu

Exentération pelvienne

L’exentération pelvienne est une chirurgie qui consiste à enlever le col de l’utérus, l’utérus, le vagin, les ovaires, les trompes de Fallope et les ganglions lymphatiques voisins. On peut aussi retirer la vessie, le rectum ou les deux. Dans certains cas, la vulve est également enlevée.

On fait parfois cette chirurgie pour traiter un cancer de l’utérus qui réapparaît dans le bassin (récidive locale) après une radiothérapie.

Apprenez-en davantage sur l’exentération pelvienne.

Retour au menu

Réduction tumorale

Si le cancer s’est propagé dans l’ensemble du bassin et de l’abdomen, les médecins tenteront d’en enlever la plus grande partie possible. C’est ce qu’on appelle la réduction tumorale. Cette intervention peut accroître l’efficacité d’autres traitements, comme la radiothérapie et la chimiothérapie. Elle peut aussi aider à atténuer les symptômes causés par un cancer avancé.

Retour au menu

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de l’utérus, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines personnes éprouvent beaucoup d’effets secondaires, tandis que d’autres en éprouvent peu.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chirurgie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains peuvent durer longtemps ou même être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent principalement du type d’intervention pratiqué, de la région opérée et de votre état de santé global.

La chirurgie du cancer de l’utérus peut causer les effets secondaires suivants :

Avisez les membres de votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie. Plus vite vous les informez de ces problèmes, plus rapidement ils pourront vous proposer des moyens de les prendre en charge.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et sur les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

péritoine

Membrane qui tapisse les parois internes de la cavité abdominale et pelvienne (péritoine pariétal) et qui recouvre et soutient la plupart des organes abdominaux (péritoine viscéral).

épiploon

Repli du péritoine (membrane tapissant les parois de l’abdomen et du bassin) qui recouvre et soutient les organes et les vaisseaux sanguins situés dans l'abdomen.

Le grand épiploon pend à partir de la partie inférieure de l’estomac, recouvre l’intestin grêle et se fixe au côlon transverse (partie médiane du gros intestin). Le petit épiploon est fixé à la partie supérieure de l’estomac et à la partie inférieure du foie.

laparoscopie

Intervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter les organes situés à l’intérieur de l’abdomen et du bassin.

On peut prélever des cellules ou du tissu pour les examiner au microscope. Les médecins peuvent aussi avoir recours à la laparoscopie pour exécuter différentes interventions chirurgicales dans l’abdomen et le bassin.

Le type d’endoscope utilisé pour cette intervention est appelé laparoscope.

vulve

Organes sexuels externes de la femme comprenant le clitoris, les lèvres (replis tissulaires qui entourent l’ouverture du vagin) et l’ouverture du vagin.

L’adjectif vulvaire désigne tout ce qui est relatif à la vulve, une tumeur vulvaire par exemple.

Histoires

Nikki Ross Agir comme bénévole durant le Mois de la jonquille est une façon amusante d’afficher son soutien envers les personnes atteintes de cancer et les survivants.

Lisez l’histoire de Nikki

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus