Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’utérus

Vous êtes ici:

Hormonothérapie du cancer de l’utérus

Certaines femmes atteintes du cancer de l’utérus reçoivent de l’hormonothérapie. Il s’agit d’un traitement qui ajoute, bloque ou enlève des hormones. Les hormones sont des substances qui sont responsables de certaines fonctions corporelles, dont l’activité et la croissance des cellules. Bloquer certaines hormones ou en modifier le taux peut ralentir la croissance et la propagation des cellules du cancer de l’utérus. Pour ce faire, on peut avoir recours à des médicaments.

Vous pourriez recevoir de l’hormonothérapie pour :

  • traiter un cancer de l’utérus avancé ou récidivant
  • maîtriser les cellules cancéreuses qui restent après une chirurgie ou une radiothérapie et réduire le risque de réapparition (récidive) du cancer (on parle alors de traitement adjuvant)
  • soulager la douleur ou maîtriser les symptômes d’un cancer de l’utérus de stade avancé (on parle alors de traitement palliatif)

Votre équipe de soins prendra vos besoins personnels en considération au moment de planifier une hormonothérapie. On administre habituellement l’hormonothérapie tant que le cancer n’évolue pas. Lorsqu’il le fait, on peut avoir recours à la chimiothérapie. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

Types d’hormonothérapie employés pour le cancer de l’utérus

Les types d’hormonothérapie suivants sont ceux auxquels on a le plus souvent recours pour traiter le cancer de l’utérus.

Progestatifs

Les progestatifs constituent le principal type d’hormonothérapie employé pour traiter le cancer de l’utérus. Ce sont des médicaments qui agissent comme la progestérone, une hormone, et qui ralentissent la croissance des cellules du cancer de l’utérus.

On peut avoir recours aux progestatifs suivants pour traiter le carcinome de l’endomètre et le sarcome de l’utérus :

  • médroxyprogestérone (Provera)
  • mégestrol (Megace, Apo-megestrol, Nu-megestrol, Lin-megestrol)

Tamoxifène

Le tamoxifène (Nolvadex, Tamofen est un médicament anti-œstrogénique qui empêche l’œstrogène présent dans le corps d’une femme de stimuler la croissance des cellules cancéreuses. On peut l’employer pour traiter le carcinome de l’endomètre avancé ou récidivant.

Agonistes (ou analogues) de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-RH)

Les agonistes, ou analogues, de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LH-HR) arrêtent la production d’œstrogène par les ovaires, ce qui peut ralentir la croissance du cancer. Ils représentent une option de traitement chez les femmes préménopausées dont les ovaires sont toujours fonctionnels.

On peut avoir recours aux agonistes de la LH-RH suivants pour traiter le carcinome de l’endomètre et le sarcome de l’utérus :

  • goséréline (Zoladex)
  • leuprolide (Lupron, Lupron Depot, Eligard)

Inhibiteurs de l’aromatase

Après la ménopause, le principal apport œstrogénique du corps vient des glandes surrénales et des tissus adipeux, plutôt que des ovaires. L’aromatase est une enzyme qui aide les glandes surrénales et les tissus adipeux à produire l’œstrogène. Les inhibiteurs de l’aromatase empêchent cette production d’œstrogène, ce qui diminue le taux d’œstrogène dans le corps.

On peut avoir recours aux inhibiteurs de l’aromatase suivants pour traiter le carcinome de l’endomètre et le sarcome de l’utérus :

  • létrozole (Femara)
  • exémestane (Aromasin)
  • anastrozole (Arimidex)

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de l’utérus, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines personnes en ont beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après l’hormonothérapie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années plus tard (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains effets secondaires peuvent durer longtemps ou être permanents.

Les effets secondaires de l’hormonothérapie dépendent surtout du type de médicament ou d’association employé et de la dose. Certains des effets secondaires courants de l’hormonothérapie du cancer de l’utérus comprennent :

Si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres problèmes qui pourraient selon vous être causés par l’hormonothérapie, mentionnez-le aux membres de votre équipe de soins. Plus vite vous les informez de ces problèmes, plus rapidement ils pourront vous proposer des moyens de les prendre en charge.

Renseignements sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent assez régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur l’hormonothérapie

Apprenez-en davantage sur l’hormonothérapie et sur les effets secondaires de l’hormonothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions, posez des questions sur l’hormonothérapie à votre équipe de soins.

Histoires

Dr Ming-Sound Tsao Nous comprenons mieux les rouages du cancer du poumon, et cela fait toute une différence.

Lisez l’histoire de Dr Ming-Sound Tsao

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus