Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’utérus

Vous êtes ici:

Diagnostic du cancer de l’utérus

Le processus diagnostique du cancer de l’utérus débute habituellement par une visite à votre médecin de famille. Il vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera un examen physique. En se basant sur ces informations, votre médecin pourrait vous diriger vers un spécialiste ou vous prescrire des examens afin de vérifier la présence d’un cancer de l’utérus ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C’est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent causer des symptômes semblables à ceux du cancer de l’utérus. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer de l’utérus.

On a couramment recours aux épreuves qui suivent pour éliminer ou confirmer un diagnostic de cancer de l’utérus. De nombreux examens permettant de poser un diagnostic de cancer sont également employés pour en déterminer le stade, c’est-à-dire l’étendue de la progression de la maladie. Votre médecin pourrait aussi prescrire d’autres examens afin d’évaluer votre état de santé général et d’aider à planifier votre traitement.

Antécédents médicaux et examen physique

Les antécédents médicaux consistent en un bilan des symptômes, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne a éprouvés dans le passé. Au moment de vérifier vos antécédents médicaux, votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents personnels de :

  • symptômes pouvant indiquer la présence d’un cancer de l’utérus
  • utilisation de l’hormonothérapie substitutive
  • menstruations
  • grossesse
  • utilisation de tamoxifène (Nolvadex, Tamofen) pour traiter ou prévenir un cancer du sein
  • hyperplasie de l’endomètre
  • syndrome des ovaires polykystiques ou tumeurs aux ovaires
  • radiothérapie au bassin
  • embonpoint ou obésité
  • diabète
  • hypertension

Votre médecin peut aussi vous questionner sur vos antécédents familiaux de :

  • cancer de l’utérus, de l’ovaire, du sein ou du côlon
  • autres syndromes du cancer héréditaire

L’examen physique permet au médecin de rechercher tout signe de cancer de l’utérus. Lors de l’examen physique, il est possible que le médecin :

  • mesure votre poids et votre pression artérielle
  • ausculte votre poitrine
  • effectue un examen pelvien et un toucher rectal
  • palpe votre abdomen pour vérifier si votre foie est enflé, s’il y a des masses ou s’il y a une accumulation de liquide (appelée ascite)
  • palpe les ganglions lymphatiques de l’aine et ceux qui sont situés au-dessus de la clavicule pour savoir s’ils sont enflés

Apprenez-en davantage sur l’examen physique et sur l’examen pelvien.

Retour au menu

Formule sanguine complète (FSC)

La formule sanguine complète (FSC) permet d’évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. On y a recours pour vérifier la présence d’une anémie causée par un saignement vaginal. La FSC permet également aux médecins d’obtenir des valeurs de référence auxquelles ils pourront comparer les résultats des prochaines analyses sanguines effectuées pendant et après le traitement.

Apprenez-en davantage sur la formule sanguine complète (FSC).

Retour au menu

Échographie transvaginale

Lors d’une échographie, on a recours à des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images des structures du corps. Dans le cas de l’échographie transvaginale, les ondes sonores sont produites par une petite sonde échographique qui est insérée doucement dans l’ouverture du vagin.

On peut employer l’échographie transvaginale pour :

  • déterminer l’épaisseur de l’endomètre
  • vérifier s’il y a des masses dans l’utérus
  • vérifier si le cancer a envahi la couche musculaire de la paroi de l’utérus (appelée myomètre)
  • vérifier si le cancer s’est propagé à d’autres régions du bassin

Apprenez-en davantage sur l’échographie.

Retour au menu

Biopsie

Lors d’une biopsie, le médecin prélève des tissus ou des cellules du corps afin qu’ils soient analysés par un laboratoire de pathologiepathologie1. Étude des maladies, y compris leurs causes, leur évolution et leurs effets sur le corps. 2. Symptômes, processus ou états pathologiques d’une maladie.. Le rapport issu du laboratoire confirme la présence ou l’absence de cellules cancéreuses dans l’échantillon.

La biopsie de l’endomètre est une intervention lors de laquelle on prélève de petits fragments du revêtement interne de l’utérus (appelé endomètre). Elle est généralement pratiquée dans le bureau du médecin. Il arrive qu’on effectue une hystéroscopie (un type d’endoscopie) au même moment.

La dilatation et le curetage (DC) est une intervention lors de laquelle on élargit, ou dilate, le col de l’utérus (la partie inférieure et étroite de l’utérus) afin de pouvoir y insérer une curette (un instrument en forme de cuillère à bords tranchants) jusqu’à l’utérus dans le but d’enlever des cellules, du tissu ou des masses de l’endomètre. On peut y avoir recours si l’échantillon prélevé lors d’une biopsie de l’endomètre était trop petit pour poser un diagnostic, si les résultats n’étaient pas concluants ou si on a décelé une hyperplasie de l’endomètre. Cette intervention est pratiquée dans une salle d’opération.

Apprenez-en davantage sur la biopsie.

Retour au menu

Endoscopie

L’endoscopie permet au médecin d’observer l’intérieur d’une cavité du corps à l’aide d’un tube rigide ou flexible au bout duquel sont fixées une lumière et une lentille. Cet instrument est appelé endoscope.

On fait souvent une hystéroscopiehystéroscopieIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter l’ utérus (matrice) et les trompes de Fallope. lorsqu’il y a un saignement vaginal anormal. Celle-ci aide les médecins à détecter et à diagnostiquer les changements anormaux dans l’utérus. Il arrive qu’on fasse une biopsie pendant une hystéroscopie. Les échantillons de tissu prélevés sont ensuite examinés pour déterminer si les changements sont non cancéreux (bénins), précancéreux ou cancéreux (malins).

On fait parfois une cystoscopie lorsque la personne a de la difficulté à uriner ou qu’elle remarque du sang dans son urine. Les médecins y ont recours pour savoir si le cancer s’est propagé à la vessie ou à l’urètre.

On fait parfois une rectoscopierectoscopieIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d'une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter le rectum. lorsque les habitudes de défécation changent. Les médecins y ont recours pour savoir si le cancer s’est propagé au rectum.

Apprenez-en davantage sur l’endoscopie et sur la cystoscopiecystoscopieIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter la vessie et l’ urètre..

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Lors des analyses biochimiques sanguines, on mesure le taux de certaines substances chimiques dans le sang. Elles permettent d’évaluer le fonctionnement de certains organes et de détecter des anomalies. Pour établir le stade du cancer de l’utérus, on peut effectuer les analyses biochimiques sanguines suivantes.

On peut mesurer les taux d’azote uréique du sang et de créatinine pour vérifier la fonction rénale. Des taux plus élevés que la normale pourraient signifier que le cancer s’est propagé aux uretères ou aux reins.

On peut mesurer les taux d’alanine aminotransférase (ALT), d’aspartate transaminase (AST) et de phosphatase alcaline pour vérifier la fonction hépatique. Des taux plus élevés que la normale pourraient signifier que le cancer s’est propagé au foie.

Apprenez-en davantage sur les analyses biochimiques sanguines.

Retour au menu

Dosage des marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont des substances que l’on trouve dans le sang, les tissus et liquides prélevés du corps. Un taux anormal d’un marqueur tumoral peut signifier qu’une femme est atteinte d’un cancer de l’utérus.

On effectue habituellement un dosage des marqueurs tumoraux pour évaluer la réaction au traitement du cancer. Il peut aussi servir à diagnostiquer le cancer de l’utérus.

On peut mesurer l’antigène tumoral 125 (CA 125). Un taux plus élevé que la normale pourrait indiquer la présence d’un cancer de l’utérus avancé ou métastatique.

Apprenez-en davantage sur le dosage des marqueurs tumoraux et l’antigène tumoral 125 (CA 125).

Retour au menu

Lavement baryté

Le lavement baryté est un examen d’imagerie qui emploie un produit de contraste (sulfate de baryum) et des rayons X pour produire des images du côlon. On peut y avoir recours pour savoir si le cancer s’est propagé au rectum. On pourrait faire un lavement baryté si une femme éprouve des symptômes semblant indiquer que le cancer pourrait s’être propagé au rectum.

Apprenez-en davantage sur le lavement baryté.

Retour au menu

Radiographie pulmonaire

Lors d’une radiographie, on emploie de faibles doses de radiation pour produire des images des structures du corps sur film. On y a recours pour savoir si le cancer de l’utérus s’est propagé aux poumons.

Apprenez-en davantage sur la radiographie.

Retour au menu

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d’une tomodensitométrie(TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers pour produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées.

On a recours à la TDM pour déterminer si le cancer s’est propagé à d’autres organes ou s’il est réapparu après le traitement.

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Retour au menu

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Lors d’une imagerie par résonance magnétique (IRM), on a recours à de puissantes forces magnétiques et à des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images à 3 dimensions.

On a recours à l’IRM pour connaître l’étendue de l’envahissement du cancer dans la couche musculaire de la paroi de l’utérus (appelée myomètre). Elle peut aussi aider les médecins à déterminer si le cancer s’est propagé à d’autres organes ou s’il est réapparu après le traitement.

Apprenez-en davantage sur l’IRM.

Retour au menu

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.

Histoires

Dr Lisa Barbera Des valeurs de référence canadiennes pour la qualité des soins du cancer en fin de vie

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus