Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la
thyroïde

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer de la thyroïde

La plupart des personnes atteintes d’un cancer de la thyroïde subiront une chirurgie. Le type de chirurgie pratiqué dépend principalement du type et du stade du cancer. Dans le cas d’un cancer différencié de la thyroïde, il dépend aussi de la catégorie de risque. Lorsque votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle tient aussi compte d’autres facteurs, comme votre âge et votre état de santé global.

On effectue une chirurgie pour différentes raisons. Vous pourriez subir une chirurgie pour :

  • enlever complètement la tumeur
  • enlever des ganglions lymphatiques
  • enlever la plus grande partie possible de la tumeur (réduction tumorale)
  • soulager la douleur ou d’autres symptômes (chirurgie palliative)

On a recours aux types de chirurgie suivants pour traiter le cancer de la thyroïde. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Lobectomie

Une lobectomie est une intervention chirurgicale au cours de laquelle on enlève un côté de la thyroïde, appelé lobe. La lobectomie est aussi appelée thyroïdectomie partielle ou hémithyroïdectomie.

Lors d’une lobectomie, le chirurgien pratique une incision (coupure) dans le devant du cou. À travers cette ouverture, il enlève le lobe de la thyroïde renfermant la tumeur ainsi que la partie de la thyroïde qui relie les deux lobes entre eux (appelée isthme).

On peut effectuer une lobectomie pour traiter un cancer différencié de la thyroïde dont le risque est faible. C’est habituellement le seul traitement nécessaire lorsque la tumeur mesure 1 cm ou moins et qu’elle se trouve à un seul endroit dans la thyroïde (cancer unifocal). On peut aussi pratiquer une lobectomie lorsque la tumeur mesure de 1 à 4 cm et qu’elle est confinée à la thyroïde.

Il arrive que les cellules prélevées dans une bosse lors d’une biopsie à l’aiguille fine ressemblent beaucoup aux cellules thyroïdiennes normales (on dit qu’elles sont bien différenciées). Les médecins ne sont alors pas en mesure de déterminer si la bosse est un nodule thyroïdien bénin ou une tumeur cancéreuse. Dans ce cas, la lobectomie peut les aider à poser un diagnostic.

Thyroïdectomie totale

Une thyroïdectomie totale est une intervention chirurgicale au cours de laquelle enlève toute la thyroïde. C’est le type de chirurgie le plus couramment pratiqué pour traiter le cancer de la thyroïde.

Lors d’une thyroïdectomie totale, le chirurgien pratique une incision (coupure) dans le devant du cou, puis il enlève la thyroïde à travers cette ouverture. Parfois, le chirurgien n’arrive pas à enlever complètement la thyroïde. Si la majeure partie de la thyroïde est retirée, on dit qu’il s’agit d’une thyroïdectomie subtotale ou quasi totale.

On peut effectuer une thyroïdectomie totale pour traiter un cancer différencié de la thyroïde de n’importe quelle catégorie de risque, en particulier si le médecin envisage d’avoir recours au traitement à l’iode radioactif (131I). La thyroïdectomie totale constitue aussi le premier traitement de la plupart des carcinomes peu différenciés et des carcinomes médullaires. Dans de rares cas, elle sert aussi à traiter le carcinome anaplasique.

Curage ganglionnaire cervical

Le curage ganglionnaire cervical est une intervention chirurgicale qui consiste à enlever plusieurs ganglions lymphatiques dans le cou. Le chirurgien peut aussi retirer d’autres tissus entourant la thyroïde. Le curage ganglionnaire cervical est souvent effectué en même temps qu’une thyroïdectomie.

On pratique habituellement un curage ganglionnaire cervical lorsque :

  • le médecin croit qu’il y a présence de cancer dans les ganglions lymphatiques du cou en raison des résultats d’une échographie
  • une biopsie révèle que le cancer différencié de la thyroïde s’est propagé aux ganglions lymphatiques
  • le cancer différencié de la thyroïde est classé comme étant de risque intermédiaire ou de risque élevé
  • le cancer primitif est un carcinome peu différencié et les ganglions lymphatiques sont enflés
  • le cancer primitif est un carcinome médullaire
  • le cancer primitif est un carcinome anaplasique qui peut être enlevé au moyen d’une chirurgie (on dit qu’il est résécable)

Le type de curage ganglionnaire cervical effectué dépend de la taille de la tumeur et des ganglions du cou que les médecins croient atteints. Le type le plus courant dans le cas du cancer de la thyroïde est le curage ganglionnaire cervical central, qui consiste à enlever les ganglions lymphatiques du devant du cou, près de la thyroïde. Les médecins peuvent également faire un curage ganglionnaire cervical fonctionnel ou un curage ganglionnaire cervical radical modifié s’ils doivent enlever davantage de ganglions lymphatiques dans les côtés du cou.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire cervical.

Chirurgie du cancer de la thyroïde avancé

On peut avoir recours aux types de chirurgie suivants pour enlever la plus grande partie possible du cancer et pour soulager les symptômes du cancer de la thyroïde avancé.

Lors d’une résection monobloc, on enlève d’un morceau (en bloc) la tumeur ainsi que les tissus, structures et ganglions lymphatiques voisins du cou. On peut employer cette technique lorsqu’un carcinome anaplasique s’est propagé à l’extérieur de la thyroïde, dans les tissus et les structures du cou.

On peut avoir recours à la chirurgie pour enlever des métastases lorsque le cancer de la thyroïde s’est propagé (métastases) à des organes éloignés comme les poumons, le cerveau ou le foie. Apprenez-en davantage sur le cancer métastatique.

La chirurgie palliative peut servir si une tumeur volumineuse cause des symptômes ou obstrue une voie respiratoire ou l’œsophage. Le chirurgien enlève l’entièreté ou la plus grande partie possible du cancer (réduction tumorale).

Une trachéostomie est une intervention chirurgicale consistant à pratiquer, dans le cou, une ouverture (appelée stomie) menant à la trachée pour que l’air se rende aux poumons. Cette chirurgie est nécessaire lorsque la respiration est difficile parce qu’une tumeur exerce une pression sur la trachée ou l’obstrue. Apprenez-en davantage sur la vie avec une trachéostomie.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de la thyroïde, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines personnes en ont beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chirurgie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains peuvent durer longtemps ou même être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout du type d’intervention pratiqué et de votre état de santé global. La thyroïdectomie, la lobectomie et le curage ganglionnaire cervical peuvent provoquer les effets secondaires suivants :

  • enrouement ou autres changements de la voix
  • engourdissement et picotements (souvent dans le visage) et spasmes musculaires causés par un faible taux de calcium dans le sang (hypocalcémie) et des dommages aux glandes parathyroïdesglandes parathyroïdesL’une des 4 petites glandes fixées à la glande thyroïde dans le cou qui fabrique et libère l’ hormone parathyroïdienne (parathormone), qui aide à réguler les taux de calcium, de magnésium et de phosphore dans le sang.
  • infection de la plaie
  • faiblesse du cou et des épaules, après un curage ganglionnaire cervical
  • difficulté à avaler
  • difficulté à respirer

Avisez les membres de votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie. Plus vite vous les informez de ces problèmes, plus rapidement ils pourront vous proposer des moyens de les prendre en charge.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et sur les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

Histoires

Dr Guy Sauvageau Progrès au chapitre de certaines leucémies

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus