Cancer du thymus

Vous êtes ici:

Recherche sur le cancer du thymus

On en apprend toujours plus sur le cancer. Les chercheurs et les professionnels de la santé se servent de ce qu’ils ont appris lors des études de recherche pour élaborer de meilleures pratiques qui aideront à traiter le cancer du thymus.

Le texte qui suit traite de différentes recherches qui se révèlent prometteuses dans le traitement et l’étude du thymome et du carcinome thymique. Nous avons inclus de l’information qui provient de PubMed, la base de données de recherche de la National Library of Medicine (NLM). Chaque article scientifique de PubMed comporte un numéro d’identification (PMID) dont le lien mène à un bref résumé (Abstract, en anglais). Nous avons aussi indiqué des liens vers les résumés des recherches présentées aux réunions de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), lesquelles se tiennent tout au long de l’année. Vous pouvez trouver de l’information sur les essais cliniques en cours au Canada sur CanadianCancerTrials.ca et ClinicalTrials.gov. On attribue aux essais cliniques un identifiant de la NLM appelé numéro d’essai clinique national (NCT). Le numéro NCT mène vers des renseignements sur l’essai clinique.

Traitement

Les chercheurs étudient de nouvelles méthodes qui pourraient améliorer le traitement du cancer du thymus. Les progrès effectués en traitement du cancer ainsi que les nouveaux procédés permettant de soulager les effets secondaires ont engendré une hausse de la qualité de vie et un meilleur pronostic pour de nombreuses personnes atteintes de cette maladie. Voici des recherches importantes sur le traitement du cancer du thymus.

Chirurgie

Les médecins se penchent sur de nouvelles méthodes chirurgicales qui causent moins de lésions au corps (micromanipulation chirurgicale) et moins de complications.

La chirurgie thoracique vidéo-assistée (CTVA) est un type de thoracoscopie. Une petite caméra vidéo est fixée au thoracoscope pour aider à guider le chirurgien lorsqu’il prélève du tissu dans le thorax. On peut avoir recours à la CTVA pour enlever le thymus en partie ou en totalité (thymectomie). Des chercheurs ont comparé la CTVA à la thymectomie ouverte classique chez les personnes atteintes d’un cancer du thymus de stade précoce. Ils ont constaté que la CTVA ne présente pas de risques et donne de meilleurs résultats sur le plan chirurgical, notamment une perte moindre de sang et une hospitalisation plus courte. Le taux de survie est similaire avec les deux approches chirurgicales (Journal of Thoracic Disease, PMID 27114834; Journal of Thoracic Oncology, PMID 26762737; Annals of Surgical Oncology, PMID 25256127).

Chimiothérapie

On a principalement recours à la chimiothérapie pour traiter le cancer du thymus de stade 4 et le cancer du thymus récidivant. Les chercheurs tentent de trouver des façons d’améliorer l’efficacité de la chimiothérapie utilisée dans le traitement du cancer du thymus.

La chimiothérapie ou chimioradiothérapie néoadjuvante peut constituer une option pour les thymomes et les carcinomes thymiques de stade 3 ou 4 qui ne peuvent pas être enlevés par chirurgie (tumeurs non résécables). Les chercheurs ont constaté que l’administration d’une chimiothérapie ou d’une chimioradiothérapie pour ces tumeurs augmente la chance qu’on puisse les enlever complètement par chirurgie (Journal of Thoracic Oncology, PMID 23722169; The Journal of Thoracic and Cardiovascular Surgery, PMID 24139613; ClinicalTrials.gov, NCT02636556).

Certaines associations d’agents chimiothérapeutiques aident à traiter le cancer du thymus et à améliorer le taux de survie. Les chercheurs ont constaté que c’était vrai dans le cas des associations chimiothérapeutiques suivantes : cisplatine (Platinol AQ) et gemcitabine (Gemzar); carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ),paclitaxel (Taxol), capécitabine (Xeloda) et gemcitabine (Thoracic Cancer, PMID 27042218; Annals of Oncology, PMID 25403584; Future Oncology, PMID 25471029).

Le recours à des agents chimiothérapeutiques chauffés administrés directement dans le thorax se nomme chimiothérapie hyperthermique intrathoracique par perfusion. Les chercheurs se sont penchés sur l’administration de ce traitement après une chirurgie pour un cancer avancé du thymus. Certaines études montrent que cette approche a aidé à maîtriser la croissance du cancer et à améliorer la survie à long terme (OncoTargets and Therapy, PMID 23690692; European Journal of Cardio-Thoracic Surgery, PMID 22885228; ClinicalTrials.gov, NCT01163552).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur la chimiothérapie.

Radiothérapie

L’administration d’une radiothérapie après la chirurgie s’appelle radiothérapie adjuvante. Des chercheurs se penchent sur les types de radiothérapie spécialisés suivants administrés comme traitement adjuvant afin de savoir si ces traitements peuvent améliorer la survie des personnes atteintes du cancer du thymus.

La radiothérapie conformationnelle avec modulation d'intensité (RCMI) et la radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle (RC 3D) permettent aux médecins de cibler avec précision la tumeur sans endommager le tissu normal tout autour. Dans une étude à petite échelle, on s’est penché sur l’administration d’une RCMI ou d’une RC 3D après une chirurgie pour un thymome de stade 3. L’étude a permis de constater que, en comparaison à la radiothérapie classique, ces traitements améliorent la survie. De plus, il y a eu moins de cas de cancer récidivant après une RCMI ou une RC 3D (Radiation Oncology, PMID 23937886).

La protonthérapie utilise des protons de haute énergie, ou chargés. Ces particules peuvent être dirigées avec plus de précision vers la tumeur que les faisceaux de rayons X utilisés dans la radiothérapie classique. La recherche montre que la protonthérapie peut permettre de maîtriser la croissance du cancer du thymus en n’entraînant que peu d’effets secondaires. Elle cause aussi moins de dommages aux tissus voisins (comme aux poumons, au cœur et à l’œsophage) que la RCMI. On doit faire plus de recherches pour étudier la réaction à long terme de la protonthérapie et ses effets secondaires (Radiotherapy and Oncology, PMID 26895711; Clinical Lung Cancer, PMID 27372386).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur la radiothérapie.

Traitement ciblé

Des chercheurs tentent de savoir si les types suivants d’agents ciblés peuvent interrompre la croissance des cellules cancéreuses du thymus. La plupart des études de recherche en sont à une étape préliminaire, c’est pourquoi leurs résultats pourraient ne pas être disponibles. Certaines études montrent toutefois que ces médicaments peuvent être efficaces dans le traitement du cancer avancé du thymus ou du cancer du thymus qui ne réagit pas à la chimiothérapie (cancer réfractaire).

Les anticorps monoclonaux sont des substances qui reconnaissent des molécules ciblées particulières sur les cellules cancéreuses et se lient à ces molécules. En bloquant la molécule ciblée, ces médicaments peuvent interférer avec le fonctionnement de la cellule. Les chercheurs étudient les anticorps monoclonaux suivants comme traitement du cancer du thymus : bévacizumab (Avastin), cétuximab (Erbitux), pembrolizumab (Keytruda) et cixutumumab (ClinicalTrials.gov, NCT00369889, NCT01025089, NCT02607631; The Lancet Oncology, PMID 24439931).

Les inhibiteurs de protéines kinases bloquent les substances chimiques appelées kinases. Ces substances participent au processus de signalisation dans les cellules. Le blocage de ce processus interrompt la croissance et la division des cellules. L’erlotinib (Tarceva), le sunitinib (Sutent), le saracatinib et le milciclib sont des inhibiteurs de protéines kinases que les chercheurs étudient pour le cancer du thymus (The Lancet Oncology, PMID 25592632; Lung Cancer, PMID 26009269; ASCO, Abstract 7526).

Les inhibiteurs de l’histone désacétylase empêchent les cellules de croître et de se diviser en bloquant un groupe d’enzymes appelé histones désacétylases. Les chercheurs ont constaté que l’administration de l’inhibiteur d’histone désacétylase appelé belinostat associée à la chimiothérapie peut être un traitement efficace pour les tumeurs avancées ou non résécables du thymus (Clinical Cancer Research, PMID 25189481).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur le traitement ciblé.

Profilage moléculaire

Le profilage moléculaire est un type d’analyse qui s’attarde aux caractéristiques uniques des gènes dans les cellules cancéreuses ainsi qu’à tout biomarqueur qui y est relié. Les chercheurs espèrent que l’analyse du profil moléculaire aidera les médecins à établir un pronostic et à trouver les meilleurs traitements pour certains cancers. Le profilage moléculaire aidera aussi les médecins à créer des traitements ciblés pour chaque cancer en fonction de la constitution génétique spécifique à la tumeur. Lors d’un essai clinique, on a constaté que les chercheurs étaient mieux à même d’étudier et de détecter les gènes anormaux dans le cancer du thymus avec le profilage moléculaire (Journal of Clinical Oncology, PMID 25667274; ClinicalTrials.gov, NCT01306045).

Pour en apprendre davantage sur la recherche sur le cancer

Les chercheurs tentent toujours d’en savoir davantage sur le cancer du thymus. L’essai clinique est une étude de recherche lors de laquelle on évalue de nouvelles façons de prévenir, de détecter, de traiter ou de soulager le cancer du thymus. L’essai clinique permet d’obtenir des renseignements sur l’innocuité et l’efficacité de nouvelles approches afin de déterminer si elles doivent être offertes à plus grande échelle. La plupart des traitements standards du cancer du thymus ont d’abord démontré leur efficacité en essai clinique.

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur le cancer et des essais cliniques.

thoracoscopie

Intervention qui consiste à utiliser un endoscope (un instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter des organes à l’intérieur de la cage thoracique (poitrine).

Cette technique peut servir à prélever des cellules, des tissus ou de petits échantillons d’organes à l’intérieur de la cage thoracique pour les examiner au microscope.

Le type d’endoscope utilisé lors de cette intervention est appelé thoracoscope.

chimioradiothérapie

Traitement qui associe la chimiothérapie à la radiothérapie. On administre la chimiothérapie durant la même période que la radiothérapie. Certains types de chimiothérapie rendent la radiothérapie plus efficace.

enzyme

Protéine capable d’activer certaines réactions chimiques dans le corps.

Par exemple, les enzymes favorisent la digestion de la nourriture dans les intestins.

biomarqueur

Tout changement cellulaire, moléculaire, chimique ou physique qu’on peut mesurer et employer pour étudier un processus normal ou anormal qui se déroule dans le corps. Les biomarqueurs permettent de vérifier le risque d’apparition d’une maladie, la présence d’une maladie, l’évolution d’une maladie ou bien les effets d’un traitement.

L’antigène prostatique spécifique (APS) peut servir de biomarqueur pour le cancer de la prostate et le taux de sucre sanguin peut permettre de surveiller un diabète.

On l’appelle aussi marqueur biologique (un biomarqueur moléculaire peut être appelé marqueur moléculaire ou molécule signature).

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Darren Brenner L’effet du mode de vie et de l’environnement sur le cancer

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus