Cancer du testicule

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer du testicule

La plupart des hommes atteints du cancer du testicule subiront une chirurgie. Le type de chirurgie que vous aurez dépend surtout du stade du cancer et de sa réaction au traitement. Quand votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle prend aussi en considération d’autres facteurs comme le dosage des marqueurs tumoraux et votre désir de faire des enfants (rendre une femme enceinte).

On peut pratiquer une chirurgie pour différentes raisons. Vous pouvez avoir une chirurgie pour :

  • diagnostiquer le cancer du testicule et aider à en établir le stade;
  • enlever complètement la tumeur;
  • enlever les tumeurs qui se sont propagées à d’autres parties du corps, comme les poumons;
  • enlever le cancer qui reste après une orchidectomie inguinale radicale (orchidectomie) et une chimiothérapie (maladie résiduelle).

On a le plus souvent recours aux types suivants de chirurgie pour traiter le cancer du testicule. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Orchidectomie inguinale radicale

L’orchidectomie inguinale radicale, aussi appelée orchidectomie, est le premier traitement du cancer du testicule, peu importe le stade, et on fait habituellement cette chirurgie dans le cadre du processus diagnostique. Dans de rares cas, on peut administrer une chimiothérapie avant l’orchidectomie inguinale radicale.

Pendant que vous êtes sous anesthésie générale, c’est-à-dire que vous êtes inconscient, ou sous anesthésie rachidienne (péridurale), le chirurgien vous fait une petite incision à l’aine. Il enlève le testicule et le cordon spermatique du scrotum par cette ouverture. Il n’enlève pas le testicule par le scrotum (orchidectomie transscrotale) puisque cela risque de propager des cellules cancéreuses dans les vaisseaux lymphatiques. Il est possible qu’il enlève les deux testicules (orchidectomie bilatérale) si les médecins pensent qu’ils sont tous les deux atteints par le cancer. La chirurgie dure environ 30 minutes et normalement vous retournerez chez vous le jour même.

On peut mettre une prothèse testiculaire (testicule artificiel) dans le scrotum après une orchidectomie. Il est possible de le faire lors de la chirurgie pratiquée pour enlever le testicule ou au cours d’une autre opération qui se déroulera plus tard. Cette intervention aide à améliorer l’apparence du scrotum une fois que le testicule a été enlevé. La prothèse testiculaire a le même poids, la même forme et la même texture que le testicule normal. On y a recours pour des raisons esthétiques seulement et il ne fonctionne pas comme un testicule normal. Certains hommes peuvent vouloir une prothèse, alors que d’autres non. Discutez avec votre équipe de soins de la mise en place d’une prothèse testiculaire et du meilleur moment pour le faire.

Curage ganglionnaire rétropéritonéal

On peut faire un curage ganglionnaire rétropéritonéal en présence d’un non-séminome de stade 1 ou 2 ou de tout autre type de cancer du testicule qui ne réagit pas à la chimiothérapie.

Pendant que vous êtes sous anesthésie générale, le chirurgien fait une grande incision au centre de votre abdomen. Il enlève les ganglions lymphatiques situés dans la partie arrière de l’abdomen appelée rétropéritoine. Si le chirurgien enlève les ganglions lymphatiques du même côté du corps que la tumeur, on parle de curage homolatéral. S’il enlève les ganglions lymphatiques des deux côtés du corps, on parle de curage bilatéral. La chirurgie dure plusieurs heures.

On peut faire le curage ganglionnaire rétropéritonéal en même temps que l’orchidectomie ou plus tard.

Chirurgie postchimiothérapie et chirurgie de rattrapage

Il arrive que le cancer du testicule ne réagisse pas totalement à la chimiothérapie administrée après l’orchidectomie. Le cancer qui reste après ces traitements principaux est appelé maladie résiduelle. La chirurgie pratiquée pour enlever une maladie résiduelle est appelée chirurgie postchimiothérapie. On considère que la chirurgie postchimiothérapie est un traitement standard des lésions résiduelles du non-séminome.

Si un dosage sanguin des marqueurs tumoraux élevé semble indiquer qu’il y a un cancer résiduel actif, l’opération pour enlever les lésions résiduelles est appelée chirurgie de rattrapage.

La chirurgie de rattrapage peut comprendre un curage ganglionnaire rétropéritonéal bilatéral si on n’y a pas déjà eu recours.

Chirurgie des métastases (si le cancer s’est propagé)

On peut faire une chirurgie pour enlever un cancer du testicule qui s’est propagé (métastasé) aux poumons, au médiastin, au cerveau, au foie ou au cou.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer du testicule, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certains hommes en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu. Avant la chirurgie, votre chirurgien discutera avec vous des effets secondaires dans les moindres détails.

Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chirurgie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout du type de chirurgie et de votre état de santé global.

La chirurgie du cancer du testicule peut causer ces effets secondaires :

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

médiastin

Région de la cavité thoracique située entre les poumons, le sternum et la colonne vertébrale qui contient le coeur, les gros vaisseaux sanguins, le thymus, la trachée, l’oesophage et les ganglions lymphatiques.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Je suis reconnaissante de la chance que nous avons eue, et je veux que toutes les familles aient la même. C’est pour cette raison que la Société canadienne du cancer figure dans mon testament.

Plus de details

Financer des projets de recherche de calibre international

Icône – papier

Le cancer touche tous les Canadiens, mais ensemble, nous pouvons réduire le fardeau en investissant dans la recherche et la prévention. Découvrez l’impact de la recherche que nous finançons.

Apprenez-en plus