Logo Société canadienne du cancer

Cancer du testicule

Vous êtes ici:

Diagnostic du cancer du testicule

Le processus diagnostique du cancer du testicule débute habituellement par une visite à votre médecin de famille. Il vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera un examen physique. En se basant sur ces informations, il est possible que votre médecin vous dirige vers un spécialiste ou vous prescrive des examens afin de vérifier la présence d’un cancer du testicule ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C’est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent causer des symptômes semblables à ceux du cancer du testicule. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer du testicule.

On a couramment recours aux tests qui suivent pour éliminer ou diagnostiquer le cancer du testicule. Bien des tests permettant de poser le diagnostic de cancer sont également employés pour en déterminer le stade, c’est-à-dire jusqu'où la maladie a progressé. Votre médecin pourrait aussi vous faire passer d'autres examens afin de vérifier votre état général de santé et d’aider à planifier votre traitement.

 

Antécédents médicaux et examen physique

Vos antécédents médicaux consistent en un bilan de vos symptômes, de vos facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux que vous auriez pu éprouver dans le passé. En notant vos antécédents médicaux, votre médecin vous posera des questions sur les sujets suivants :

  • symptômes laissant croire à un cancer du testicule;
  • testicule non descendu dans le scrotum, ou cryptorchidie;
  • cancer du testicule;
  • état précancéreux appelé néoplasie germinale intratubulaire (NGIT) de type non classé;
  • syndrome de Klinefelter.

Votre médecin peut aussi vous poser des questions sur vos antécédents familiaux de :

  • cancer du testicule;
  • facteurs de risque du cancer du testicule;
  • autres cancers.

L'examen physique permet à votre médecin de rechercher tout signe de cancer du testicule. Lors de l'examen physique, votre médecin peut :

  • vérifier si votre scrotum ne présente pas de masses, d’enflure ou de sensibilité;
  • palper votre abdomen et vos aines pour savoir si vos ganglions lymphatiques sont enflés;
  • écouter vos poumons;
  • palper votre abdomen pour savoir si des organes sont enflés.

Apprenez-en davantage sur l’examen physique.

Retour au menu

Échographie

Lors d'une échographie, on a recours à des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images des structures du corps. On l'utilise pour confirmer la présence d'une tumeur au testicule et vérifier sa taille, sa forme, son emplacement et sa densité.

L’échographie peut permettre à votre médecin de différencier une tumeur non cancéreuse (bénigne) d’une tumeur qui est plus susceptible d’être cancéreuse (maligne).

Apprenez-en davantage sur l’échographie.

Retour au menu

Formule sanguine complète

La formule sanguine complète (FSC) permet d'évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. On y a recours pour évaluer votre état général de santé.

Apprenez-en davantage sur la formule sanguine complète (FSC).

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Lors d'une analyse biochimique sanguine, on mesure le taux de substances chimiques dans le sang. Elle permet d'évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes et aussi de détecter des anomalies. On a recours aux analyses biochimiques sanguines dont celles qui suivent pour diagnostiquer le cancer du testicule.

Les tests de la fonction hépatique, ou profil hépatique, peuvent servir à trouver la cause d’une douleur ou d’un malaise abdominal. Un taux élevé de certaines substances dans le sang pourrait signifier que le cancer du testicule s’est propagé au foie.

Les tests de la fonction rénale permettent de vérifier jusqu’à quel point les reins sont efficaces. On les fait souvent avant et après la chirurgie visant à enlever un testicule ou les deux, soit une orchidectomie.

Les médecins demandent souvent des analyses biochimiques sanguines en préparation à des traitements du cancer du testicule. Ces taux aident à établir une base à laquelle on comparera les prochains résultats. C’est une valeur de référence.

Apprenez-en davantage sur les analyses biochimiques sanguines.

Retour au menu

Tests de dosage des marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont des substances observées dans le sang qui peuvent signifier la présence du cancer du testicule. On a généralement recours aux tests de dosage des marqueurs tumoraux pour vérifier votre réaction au traitement du cancer. Ils peuvent aussi permettre de diagnostiquer le cancer du testicule.

On peut mesurer les marqueurs tumoraux suivants dans le cas du cancer du testicule.

Le taux d’alpha-fœtoprotéine (AFP) est souvent plus élevé en présence d'un type de cancer du testicule appelé non-séminome, ou tumeur germinale non séminomateuse. Le taux d’AFP n’est jamais élevé en présence d'un séminome, qui est un autre type de cancer du testicule.

Le taux de gonadotrophine chorionique humaine (HCG) peut être plus élevé chez les hommes atteints d’un séminome ou d’un non-séminome. Il peut aussi être élevé en présence d’une maladie du foie.

Le taux de lacticodéshydrogénase (LDH) peut être plus élevé chez les hommes atteints d’un séminome ou d’un non-séminome. Un taux élevé de LDH peut indiquer que la tumeur est grosse, que le cancer est très présent dans le corps ou qu’il se développe rapidement. Un taux élevé de LDH peut aussi signifier qu’un homme est atteint d’un cancer avancé du testicule. Certaines affections non cancéreuses peuvent aussi faire augmenter le taux de LDH.

Apprenez-en davantage sur les tests de dosage des marqueurs tumoraux.

Retour au menu

Ablation du testicule

Selon les résultats de l’échographie et des tests de dosage des marqueurs tumoraux, le médecin sait habituellement si une masse dans un testicule est cancéreuse ou non. Si le médecin croit que la masse est un cancer, il pratiquera une orchidectomie inguinale radicale. Cette chirurgie permet d’enlever tout le testicule ainsi que le cordon spermatique. On enlève le testicule afin d’établir un diagnostic définitif de cancer, et cette opération est le premier traitement du cancer du testicule.

Tout le tissu enlevé lors de la chirurgie est expédié au laboratoire. Un pathologiste l’examinera au microscope afin de confirmer la présence du cancer et d’établir de quel type de cancer il s’agit.

Les médecins ont rarement recours à une aiguille pour enlever du tissu du testicule afin de savoir si une masse est cancéreuse puisque cela risque de propager le cancer au scrotum et aux ganglions lymphatiques.

Retour au menu

Curage ganglionnaire

Le curage ganglionnaire rétropéritonéal est une chirurgie qui permet d’enlever les ganglions lymphatiques situé à l’arrière de l’abdomen, soit le rétropéritoine. Les ganglions entourent les gros vaisseaux sanguins appelés aorte et veine cave inférieure.

On peut faire un curage ganglionnaire rétropéritonéal pour savoir si le cancer s’est propagé à ces ganglions. C’est aussi une option de traitement de certains cancers du testicule.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire.

Retour au menu

Radiographie pulmonaire

Lors d'une radiographie, on emploie des radiations de faible dose pour produire des images des structures du corps sur film. On y a recours pour vérifier la présence du cancer dans les poumons et les ganglions lymphatiques du thorax.

Apprenez-en davantage sur la radiographie.

Retour au menu

Tomodensitométrie

Lors d'une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers afin de produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées.

On a recours à la TDM pour savoir si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques de l’abdomen ou du thorax. Elle peut aussi permettre de vérifier si le cancer du testicule s’est propagé au cerveau.

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Retour au menu

Scintigraphie osseuse

Lors d'une scintigraphie osseuse, on emploie des matières radioactives qui se fixent sur les os (produits radiopharmaceutiques) et un ordinateur pour créer une image des os. On y a recours pour vérifier si le cancer s’est propagé aux os.

Apprenez-en davantage sur la scintigraphie osseuse.

Retour au menu

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.

Histoires

Sophie Lebel Ma famille est fière du travail que j’accomplis pour amener des changements positifs dans la vie des gens.

Lisez l’histoire de Dre Lebel

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus