Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’estomac

Vous êtes ici:

Effets secondaires de la chirurgie du cancer de l’estomac

Peu importe le traitement du cancer de l’estomac, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la chirurgie. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains peuvent durer longtemps ou même être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout des éléments suivants :

  • le type de chirurgie
  • votre état de santé global

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à votre chirurgie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Douleur

La douleur est souvent présente parce que la chirurgie endommage les tissus. La chirurgie du cancer de l’estomac est une opération majeure. Il est possible que la douleur prenne du temps avant de disparaître après une chirurgie. L’intensité de la douleur dépend de l’opération pratiquée, de la guérison et de la tolérance de la personne à la douleur. L’équipe de soins vous prescrira des médicaments pour soulager la douleur. Si la douleur ne disparaît pas ou si elle n’est pas soulagée par les médicaments antidouleur, signalez-le.

Apprenez-en davantage sur la douleur.

Retour au menu

Infection

Chez certaines personnes, la plaie s’infecte après une chirurgie du cancer de l’estomac. Ce n’est pas un effet secondaire courant, mais il peut se produire après n’importe quel type de chirurgie. On met parfois des tubes dans la plaie pour drainer l’excès de liquide. On peut avoir recours à des antibiotiques pour aider à prévenir l’infection ou pour la traiter. L’infection d’une plaie est un effet secondaire temporaire de la chirurgie qui peut entraîner une mauvaise cicatrisation.

Faites part au médecin ou à l’équipe soignante de tout signe d’infection comme de la rougeur, la présence de pus, un écoulement malodorant, une plus grande sensibilité ou une enflure plus importante au site de l’incision ou de la fièvre.

Retour au menu

Sensation de plénitude après avoir bu ou mangé

Après une chirurgie du cancer de l’estomac, une personne peut se sentir pleine même après avoir mangé une petite quantité de nourriture (satiété précoce). La chirurgie du cancer de l’estomac réduit la taille de cet organe et peut engendrer la formation de tissu cicatriciel dans la paroi gastrique. La chirurgie risque également d’endommager le nerf vague, qui relâche la paroi de l’estomac quand la nourriture entre dans cet organe.

Cet effet secondaire s’atténue au fur et à mesure que la partie restante de l’estomac s’étire ou que le corps s’adapte à ces changements digestifs.

Il peut être plus facile de prendre fréquemment des repas légers (aux 2 ou 3 heures) que de prendre 2 ou 3 gros repas par jour. Évitez de boire pendant les repas et de consommer de grosses portions d’aliments riches en fibres.

Avisez l’équipe soignante de tout problème concernant l’alimentation.

Retour au menu

Troubles pulmonaires

Des troubles pulmonaires peuvent survenir après la chirurgie d’un cancer de l’estomac. Ils peuvent apparaître pour diverses raisons, comme l’emplacement de l’incision, le type de chirurgie pratiqué, des troubles pulmonaires préexistants ou le tabagisme. Les 2 principaux troubles pulmonaires pouvant survenir sont l’infection pulmonaire (pneumoniepneumonieInfection d’un ou des deux poumons causée par une bactérie, un virus ou des champignons. Les signes et symptômes incluent la fièvre, des frissons, une toux accompagnée d’expectorations (mucosités), une douleur thoracique et un essouflement.) et l’affaissement d’un poumon (atélectasie).

Cesser de fumer avant la chirurgie aide à prévenir les infections pulmonaires et la formation de mucus bloquant les bronches et pouvant provoquer un affaissement du poumon. Respirer profondément et tousser fréquemment ainsi que se tourner souvent dans le lit aident à réduire le risque de troubles pulmonaires après la chirurgie. Si vous éprouvez de l’essoufflement, de la fièvre, une toux sèche ou une toux produisant des mucosités, mentionnez-le au médecin ou à un autre membre de l’équipe soignante.

 

Retour au menu

Diarrhée

La diarrhée est un effet secondaire courant de la chirurgie du cancer de l’estomac, en particulier si le nerf vague a été endommagé lors de l’opération. Il se peut qu’un besoin pressant d’aller à la selle se manifeste avec la diarrhée.

Retour au menu

Syndrome de chasse

Le syndrome de chasse survient quand les aliments passent trop rapidement de l’estomac à l’intestin grêle. C’est un effet secondaire courant de la chirurgie du cancer de l’estomac, en particulier la gastrectomie totale.

Retour au menu

Perte de poids

La perte de poids est un problème courant chez les personnes ayant subi une chirurgie pour un cancer de l’estomac. Elle peut survenir parce qu’une personne n’est plus capable de manger de gros repas, ou encore parce que la partie restante de l’estomac ou de l’intestin grêle n’arrive plus à digérer la nourriture ou absorber les matières grasses et les nutriments aussi bien qu’avant la chirurgie.

D’autres effets secondaires du traitement, comme le syndrome de chasse, la diarrhée et la perte d’appétit, font aussi en sorte qu’il est difficile de maintenir son poids après une chirurgie du cancer de l’estomac.

Retour au menu

Carence en vitamine B12

Certaines personnes qui ont subi une chirurgie pour traiter le cancer de l’estomac peuvent être atteintes d’une carence en vitamine B12, car l’estomac contribue à l’absorption de cette vitamine. Les personnes chez qui on a enlevé la plus grosse partie ou la totalité de l’estomac devront recevoir des injections de vitamine B12 afin de prévenir l’anémieanémieDiminution du nombre de globules rouges sains dans le sang. et d’autres problèmes.

Retour au menu

Saignement

Il peut y avoir un saignement, ou hémorragie, si un vaisseau sanguin n’a pas été scellé lors de la chirurgie. Le personnel infirmier vérifie souvent les bandages et les drains pour vérifier qu’il n’y a pas de saignement important tout de suite après la chirurgie. S’il y a un saignement et qu’il est assez important, le chirurgien pourrait devoir ramener la personne en salle d’opération pour savoir d’où provient le saignement et l’arrêter.

On peut s’attendre à ce qu’il y ait un petit écoulement sanguinolent après la chirurgie.

Retour au menu

Caillots sanguins

La formation d’un caillot sanguin dans une jambe est appelée thrombose veineuse profonde (TVP). La TVP peut se produire tout de suite après la chirurgie puisque la personne ne peut pas bouger beaucoup et aussi en raison d’autres facteurs. Dans les cas les plus graves, le caillot sanguin peut se détacher et voyager jusqu’aux poumons (embolie pulmonaire, ou EP). Cela engendre un essoufflement et affecte la capacité du sang à obtenir l’oxygène en provenance des poumons. La présence de caillots sanguins dans les poumons mène parfois à l’insuffisance cardiaque.

Le recours aux anticoagulants (médicaments qui éclaircissent le sang) et aux bas de contention pendant et après la chirurgie aide à prévenir la TVP et l’EP.

Signalez au médecin ou à l’équipe soignante tout essoufflement, rougeur, enflure, douleur ou crampes au mollet.

Retour au menu

Dommages aux organes voisins

Il est possible que le pancréas et la vésicule biliaire soient endommagés lors de la chirurgie du cancer de l’estomac. Dans de rares cas, cela peut entraîner une inflammation du pancréas (pancréatite) ou de la vésicule biliaire (cholécystite).

Retour au menu

Fuite ou rétrécissement anastomotique

L’anastomose est la région où l’intestin grêle a été rattaché à la partie restante de l’estomac ou de l’œsophage (si on a enlevé l’estomac).

Dans de rares cas, l’anastomose ne guérit pas bien et les liquides contenus dans le tube digestif s’écoulent dans l’abdomen (fuite anastomotique). La chirurgie est nécessaire pour réparer la fuite anastomotique.

Le rétrécissement anastomotique se produit lorsque les tissus qui entourent l’anastomose se resserrent. Cela peut faire en sorte qu’il est difficile ou douloureux d’avaler. À l’aide d’un endoscopeendoscopeInstrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille qui sert à examiner ou à traiter des organes ou des structures du corps., le chirurgien pourrait traiter ce rétrécissement en étirant les tissus ou en mettant une endoprothèse en place dans la partie rétrécie afin de la maintenir ouverte.

Retour au menu

 

Reflux gastro-œsophagien

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est un trouble caractérisé par la remontée du contenu de l’estomac (dont l’acide gastrique) dans l’œsophage (reflux), ce qui cause des brûlures d’estomac et de l’inconfort dans la partie supérieure de l’abdomen ou le thorax. Le RGO peut-être un effet secondaire de la chirurgie à l’estomac.

L’équipe soignante pourrait prescrire des antiacides pour prévenir ou atténuer le RGO.

Retour au menu

Perforation (trou) dans la paroi de l’estomac

Lorsqu’on effectue une résection muqueuse endoscopique (RME), il y a un risque de faire un trou dans la paroi de l’estomac. Cela peut se produire si on coupe trop profondément dans les tissus avec l’instrument attaché à l’endoscope. Si la perforation est grave, une chirurgie peut être nécessaire pour la réparer.

Retour au menu

Syndrome de l’anse borgne

Le syndrome de l’anse borgne se produit lorsque l’anse duodénale qui reste après une gastrectomie distale devient partiellement ou complètement bloquée. C’est la partie du duodénum où le canal biliaire est rattaché après avoir enlevé une partie de l’estomac et le premier segment du duodénum au cours de la gastrectomie distale. Le passage de la nourriture partiellement digérée dans les intestins peut être ralenti ou s’arrêter, ce qui peut entraîner de l’infection et une malnutrition. Le syndrome de l’anse borgne peut aussi provoquer de la douleur dans la la partie supérieure de l’abdomen, des nausées et des vomissements ainsi que des selles graisseuses. On peut administrer des antibiotiques pour combattre l’infection. Certaines personnes pourraient nécessiter une chirurgie pour dégager l’obstruction.

Retour au menu

Histoires

photo of Cheryl Faisons en sorte que plus personne n’entende ces mots : “Vous avez un cancer”.

Lisez l’histoire de Cheryl-lyn

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus