Cancer de l’estomac

Vous êtes ici:

Tumeurs cancéreuses de l’estomac

Une tumeur cancéreuse de l’estomac peut se répandre aux tissus avoisinants (les envahir) et les détruire. Elle peut aussi se propager (métastases) à d’autres parties du corps. Les tumeurs cancéreuses sont également appelées tumeurs malignes.

Le cancer de l’estomac prend habituellement naissance dans le revêtement interne de la paroi gastrique (appelé muqueuse). En se développant, il envahit la paroi en profondeur avant de la traverser. Lorsque la tumeur affecte seulement la couche muqueuse ou sous-muqueuse (la couche de la paroi gastrique située sous la muqueuse), on parle alors de cancer précoce de l’estomac.

La tumeur cancéreuse de l’estomac la plus courante est l’adénocarcinome.

Adénocarcinome

L’adénocarcinome prend naissance dans les cellules glandulaires qui tapissent la surface interne de certains organes, dont l’estomac. L’adénocarcinome représente jusqu’à 95 % de tous les cancers de l’estomac.

L’adénocarcinome intestinal comprend 3 formes différentes : l’adénome tubulaire, papillaire et mucineux. L’adénocarcinome intestinal est habituellement bien différencié (les cellules ont l’apparence et le comportement de cellules normales). Les cellules sont disposées en tubes comme le reste de la muqueuse intestinale. L’adénocarcinome intestinal touche davantage les hommes et les personnes âgées.

L’adénocarcinome diffus comprend le carcinome mucineux, le carcinome infiltrant et le carcinome à cellules en bague. L’adénocarcinome diffus est indifférencié ou peu différencié (les cellules n’ont ni l’apparence ni le comportement de cellules normales). Les cellules cancéreuses sont dispersées dans le revêtement de l’estomac. L’adénocarcinome diffus est plus courant chez les personnes jeunes. L’adénocarcinome diffus de type infiltrant peut ne pas former de masse (bosse ou ulcère). Dans ce cas, il peut mener à une affection appelée linite plastique, où la paroi stomacale devient dure et ressemble à du cuir.

Il existe d’autres types d’adénocarcinome, qui sont plus rares :

  • adénocarcinome mixte (composé d’adénocarcinome intestinal et d’adénocarcinome diffus)
  • adénocarcinome hépatoïde
  • carcinome de type lymphoépithélial

Tumeurs rares de l’estomac

Les tumeurs cancéreuses de l’estomac suivantes sont rares.

 

Les tumeurs stromales gastro-intestinales (TSGI) prennent naissance dans les cellules interstitielles de Cajal (CIC), des cellules spécialisées du tube digestif qui présentent à la fois des caractéristiques des cellules musculaires lisses et des cellules nerveuses. Les TSGI de l’estomac peuvent être cancéreuses ou non-cancéreuses (bénignes). On traite généralement une TSGI cancéreuse par la chirurgie ou par des médicaments ciblés comme l’imatinib (Gleevec) ou le sunitinib (Sutent).

 

Le carcinome adénosquameux comporte des caractéristiques de l’adénocarcinome et du carcinome épidermoïde. Habituellement, le pronostic du carcinome adénosquameux est moins favorable que celui de l’adénocarcinome.

Les lymphomes gastriques sont généralement des lymphomes non hodgkiniens. Le type le plus courant de lymphome gastrique est le lymphome du tissu lymphoïde associé aux muqueuses (MALT). La plupart des cas de lymphome du MALT de l’estomac sont causés par une infection à H. pylori (Helicobacter pylori). Le traitement du lymphome du MALT de l’estomac associé à H. pylori consiste en la prise d’antibiotiques et d’inhibiteurs de la pompe à protons. Apprenez-en davantage sur le traitement du lymphome du MALT de l’estomac.

Les tumeurs neuroendocrines gastro-intestinales peuvent se développer lentement comme elles peuvent être agressives. Elles sont parfois appelées tumeurs carcinoïdes. On traite habituellement ces tumeurs par la chirurgie ou par la thérapie biologique, comme le traitement au moyen de congénères de la somatostatine (des substances chimiques qui imitent la somatostatine, une hormone qui empêche la libération d’autres hormones).

Histoires

Dr Lillian Sung Améliorer les soins de soutien pour les enfants atteints de cancer

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus