Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’intestin grêle

Vous êtes ici:

Suivi après un traitement du cancer de l’intestin grêle

Le cancer de l’intestin grêle se comporte différemment chez chaque personne : c’est pourquoi un programme de suivi standard ne convient pas à tous les cas. Toute personne atteinte devrait discuter avec son médecin d’un plan de suivi qui répond à sa propre situation. Les spécialistes du cancer (oncologues) et le médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité.

Une fois le traitement terminé, il faudrait signaler au médecin l'apparition de nouveaux symptômes ou la présence de symptômes qui persistent sans attendre au prochain rendez-vous fixé. Ce sont entre autres ceux-ci :

  • douleur abdominale
  • changements du transit intestinal
  • perte de poids
  • jaunissejaunisseAffection caractérisée par un jaunissement de la peau et du blanc des yeux et une urine jaune foncé.

Le risque de réapparition du cancer de l’intestin grêle est plus élevé au cours des 2 années qui suivent la chirurgie, donc on doit faire un suivi étroit de la personne pendant cette période.

Planification du suivi

Le suivi après un traitement du cancer de l’intestin grêle varie puisqu’on l’adapte à la situation de la personne. Le cancer de l’intestin grêle récidive souvent. Après la chirurgie visant à enlever le cancer, les visites de suivi peuvent être prévues aux 3 mois ou moins : cela dépend souvent du traitement administré et de la situation de la personne.

Interventions

Lors d'une visite de suivi, le médecin pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et la capacité d'adaptation de la personne. Il peut également faire un examen physique complet dont palper l’abdomen à la recherche de masses, d’un ballonnement ou d’une enflure et vérifier la présence d’une jaunisse.

Des examens pourraient être prescrits dans le cadre du suivi ou si le médecin soupçonne la réapparition du cancer (récidive) :

  • analyses sanguines
    • Le médecin peut recommander une formule sanguine complète (FSC) sur une base régulière pour vérifier s’il n’y a pas d’anémieanémieDiminution du nombre de globules rouges sains dans le sang., qui pourrait laisser croire qu’une tumeur saigne.
    • On pourrait faire des tests de la fonction hépatique si des symptômes laissent présager que le cancer de l’intestin grêle s’est propagé au foie ou bloque les canaux biliaires.
  • marqueurs tumoraux
    • Le médecin peut prescrire des analyses permettant de détecter des marqueurs tumoraux, comme l’antigène carcino-embryonnaire (ACE), si la personne éprouve des symptômes qui laissent croire que le cancer est réapparu.
  • endoscopie
    • On peut faire une intervention endoscopique si le médecin croit que le cancer est réapparu ou qu’un cancer secondaire s’est développé.
  • tomodensitométrie (TDM)
    • On peut faire une TDM de l’abdomen si les symptômes laissent croire que le cancer de l’intestin grêle est réapparu.

Si on observe une récidive lors du suivi, la personne atteinte sera évaluée par l’équipe d’oncologie afin de déterminer les meilleures options de traitement.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur les soins de soutien après un traitement.

Histoires

photo of Dan Je me sens honoré d’avoir fait partie de la vie de ces gens... honoré d’avoir été là pour eux, de les avoir écoutés et de leur avoir donné espoir.

Lisez l’histoire de Dan

Un coup de pouce pour les familles

Illustration d’une foule

La Société canadienne du cancer aide à défrayer les familles qui ont à assumer des coûts liés au traitement d’un enfant atteint de cancer.

Apprenez-en plus