Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’intestin grêle

Vous êtes ici:

Diagnostiquer le cancer de l’intestin grêle

Le diagnostic est le processus permettant d'identifier la cause d’un problème de santé. Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant, mais il est important que le médecin élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer. On a habituellement recours aux épreuves visant à diagnostiquer le cancer de l’intestin grêle quand :

  • les symptômes du cancer de l’intestin grêle sont présents
  • le médecin soupçonne la présence d’un cancer de l’intestin grêle après avoir parlé avec la personne de sa santé et avoir effectué un examen physique

Bien des tests permettant de poser le diagnostic initial de cancer sont également employés pour en déterminer le stade (jusqu'où la maladie a progressé). Votre médecin pourrait aussi prescrire d'autres examens afin de vérifier votre état général et d'aider à planifier votre traitement. Les tests suivants peuvent être demandés.

 

Antécédents médicaux et examen physique

Les antécédents médicaux consistent en un bilan des symptômes actuels, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne aurait pu éprouver dans le passé. Les antécédents médicaux de la famille de la personne atteinte peuvent également aider le médecin à établir le diagnostic de cancer de l’intestin grêle.

Pour connaître les antécédents médicaux, le médecin pose des questions sur les sujets suivants :

  • antécédents personnels de :
    • changements de la digestion ou du transit intestinal
    • maladie de Crohn
    • maladie cœliaque
    • sida
  • antécédents familiaux de :
    • polypose adénomateuse familiale (PAF)
    • syndrome de Lynch (aussi appelé cancer colorectal héréditaire sans polypose ou HNPCC)
    • syndrome de Peutz-Jeghers
  • signes et symptômes qui laissent croire à la présence d’un cancer de l’intestin grêle

L'examen physique permet au médecin de rechercher tout signe de cancer de l'intestin grêle. Lors de l'examen physique, il est possible que le médecin :

  • palpe l’abdomen pour savoir si :
    • des masses sont présentes
    • il est ballonné ou enflé
  • observe la peau et les yeux pour savoir s’ils sont jaunes (jaunissejaunisseAffection caractérisée par un jaunissement de la peau et du blanc des yeux et une urine jaune foncé.)

Retour au menu

Radiographie de l’abdomen

Lors d'une radiographie, on emploie des radiations de faible dose pour produire des images des structures du corps sur film. On peut faire une simple radiographie abdominale, la classique, pour savoir si l’intestin grêle est bloqué (obstruction), mais elle ne permet généralement pas de diagnostiquer une tumeur à l’intestin grêle.

Retour au menu

Transit œso-gastro-duodénal et transit de l’intestin grêle

Le transit œso-gastro-duodénal est aussi appelé gorgée barytée ou repas baryté. La personne avale une substance épaisse et crayeuse appelée baryum, qui couvre l’intérieur de l’œsophage, de l’estomac et de l’intestin grêle. On prend des radiographies de ces organes pendant ce temps. La prise de clichés radiographiques alors que le baryum se déplace dans l’intestin grêle est appelée transit de l’intestin grêle.

En faisant un transit œso-gastro-duodénal et un transit de l’intestin grêle, on peut parvenir à détecter un saignement, un blocage (obstruction), une tumeur ou d’autres troubles de l’intestin grêle. Cependant, cela ne permet pas toujours de détecter une tumeur. Le transit œso-gastro-duodénal associé au transit de l’intestin grêle ne révèlent pas non plus la profondeur de la tumeur ni si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques voisins.

Retour au menu

Entéroclyse

Lors d’une entéroclyse, on insère un tube dans le nez ou la bouche qu’on fait descendre jusqu’à l’estomac puis à l’intestin grêle. On administre ensuite du baryum par le tube pour qu’il se rende jusqu’à l’intestin grêle. Puis on prend des radiographies au fur et à mesure qu'il progresse dans l'intestin grêle. Une tumeur à l’intestin grêle est plus susceptible d’être révélée par entéroclyse que par transit œso-gastro-duodénal.

Retour au menu

Endoscopie digestive haute

Lors de l’endoscopie digestive haute, aussi appelée œsophagogastroduodénoscopie ou OGD, on utilise un tube flexible muni d'une lumière et d'une lentille à une extrémité (endoscope) pour examiner le tube digestif supérieur. Cette intervention permet au médecin d’observer la bouche jusqu’à la partie supérieure de l’intestin grêle. On y a recours pour diagnostiquer la cause d’un saignement dans l’intestin grêle ou pour rechercher une tumeur.

Lors d’une entéroscopie, ou entéroscopie poussée, le médecin met un endoscope dans la bouche de la personne et le fait descendre dans la gorge jusqu’à l’œsophage, puis l’estomac et ensuite le duodénum. Il pousse l’endoscope le plus loin possible dans le duodénum.

On peut insérer de petits outils dans l’endoscope pour enlever des fragments de tissu (biopsie) de régions anormales dans le duodénum ou le jéjunum. Ces prélèvements sont expédiés au laboratoire où on vérifiera s’ils contiennent des cellules cancéreuses.

Retour au menu

Endoscopie par capsule

L’endoscopie par capsule est une intervention récente qui permet aux médecins de voir tout l’intestin grêle. On y a recours pour déterminer si une tumeur de l’intestin grêle est la cause de la douleur ou du saignement abdominal.

Au lieu d’utiliser un endoscope, on fait avaler à la personne une capsule de la taille d’une pilule contenant une source lumineuse et une caméra minuscule qui prend des clichés au fur et à mesure qu’elle descend dans le tube digestif, ce qui dure habituellement environ 8 heures ou plus. La caméra envoie les images à un petit dispositif d’enregistrement que la personne porte autour de sa taille. Les images enregistrées peuvent ensuite être transférées vers un ordinateur pour que le médecin puisse les observer. La capsule est éliminée lorsque la personne va à la selle.

Bien que l’endoscopie par capsule soit moins effractive que l’endoscopie digestive haute, il y a 2 inconvénients majeurs :

  • on ne peut pas faire de biopsie
  • on ne peut pas y avoir recours si l’intestin grêle est obstrué

Retour au menu

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d'une TDM, on emploie des appareils radiographiques particuliers afin de produire des images en 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées. On a recours à la TDM de l’abdomen pour :

  • découvrir ce qui pourrait causer la douleur abdominale ou l’enflure de l’abdomen (distension abdominale), comme une tumeur à l’intestin grêle
  • vérifier si le cancer de l’intestin grêle s’est propagé aux ganglions lymphatiques ou aux tissus voisins, comme le mésentère ou le péritoine
  • vérifier si le cancer de l’intestin grêle s’est propagé à d’autres organes, comme le foie

Retour au menu

Biopsie

Une biopsie consiste à prélever du tissu ou des cellules du corps afin de les analyser en laboratoire. Le rapport de pathologie issu du laboratoire confirmera la présence de cellules cancéreuses dans le prélèvement. Dans le cas du cancer de l’intestin grêle, la biopsie :

  • est habituellement faite lors d’une intervention par endoscopie (entéroscopie)
  • est parfois faite lors d’une laparotomie

Retour au menu

Formule sanguine complète

La formule sanguine complète (FSC) permet d'évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. On y a recours pour vérifier la présence d'une anémieanémieDiminution du nombre de globules rouges sains dans le sang. causée par un saignement dans l’intestin grêle qui dure depuis longtemps (chronique).

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Lors d'une analyse biochimique sanguine, on mesure le taux de substances chimiques dans le sang. Elle permet d'évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes et aussi de détecter des anomalies. On y a surtout recours pour établir le stade d’un cancer de l’intestin grêle.

  • Une hausse des taux d’alanine aminotransférase (ALT) et d’aspartate transaminase (AST) peut indiquer que le cancer de l’intestin grêle s’est propagé au foie.
  • Une hausse du taux de phosphatase alcaline peut indiquer que le cancer de l’intestin grêle s’est propagé au foie ou aux os.
  • Une hausse du taux de bilirubine, une substance chimique dans la bile, peut révéler un trouble du foie ou un blocage de l’écoulement de la bile à cause d’une tumeur à l’intestin grêle.

Retour au menu

Dosage des marqueurs tumoraux

Un marqueur tumoral est une substance – habituellement une protéine – observée dans le sang qui pourrait indiquer la présence du cancer de l’intestin grêle. Le dosage du marqueur tumoral permet de vérifier la réaction d'une personne au traitement du cancer, mais il peut aussi permettre de diagnostiquer un cancer de l’intestin grêle.

Le marqueur tumoral qu’on peut mesurer dans le cas du cancer de l’intestin grêle est l’antigène carcino-embryonnaire (ACE), dont le dosage peut être élevé en présence d’un adénocarcinome de l’intestin grêle.

Retour au menu

Laparotomie ou laparoscopie

Si la personne présente une obstruction, une masse à l’abdomen ou une ascite (accumulation de liquide dans l’abdomen) et que les médecins ne parviennent pas à poser un diagnostic à l’aide d’autres examens, ils font parfois une laparotomielaparotomieIncision chirurgicale qui sert à ouvrir l’ abdomen.. Le médecin fait une coupure (incision) dans l’abdomen de la personne pour en observer l’intérieur à la recherche de signes de cancer ou de maladie. Il fait des prélèvements de tissu (biopsie). La laparotomie peut aussi aider à établir le stade d’un cancer de l’intestin grêle.

La laparoscopie est une intervention chirurgicale moins effractive. Le chirurgien fait de petites incisions dans la paroi de l’abdomen et y insère un laparoscopelaparoscopeIntervention qui consiste à utiliser un endoscope (instrument mince semblable à un tube muni d’une source lumineuse et d’une lentille) pour examiner ou traiter les organes situés à l’intérieur de l’ abdomen et du bassin.. Les médecins peuvent examiner l’intestin et les organes internes et faire des prélèvements (biopsie) lors de la laparoscopie.

Retour au menu

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur les épreuves diagnostiques.

Histoires

Eleanor Rudd Nos efforts n’ont rien de comparable à ce que les femmes vivent lorsqu’on leur dit : “vous avez le cancer”.

Plus de détails

Faire face au fardeau financier du cancer

Illustration de pièces de monnaie

La Société canadienne du cancer fournit de précieux renseignements sur les programmes gouvernementaux en matière de revenu, l’aide financière et les autres ressources à la disposition des familles qui essaient de boucler leur budget en cette période difficile.

Apprenez-en plus