Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la peau autre que le mélanome

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer de la peau autre que le mélanome

La chirurgie est le traitement principal du cancer de la peau autre que le mélanome. On a recours à la chirurgie pour possiblement guérir la personne du cancer en enlevant complètement la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain tout autour.

Le type de chirurgie pratiqué dépend surtout des facteurs suivants :

  • type de cancer de la peau autre que le mélanome
  • taille de la tumeur
  • stade du cancer et s’il est primitif ou récidivant
  • emplacement de la tumeur

Pour la plupart des personnes atteintes, la chirurgie est le seul traitement nécessaire. Les effets secondaires de la chirurgie dépendent du type d’intervention pratiqué.

Excision chirurgicale

L’excision chirurgicale est un traitement auquel on a couramment recours pour le cancer de la peau autre que le mélanome. Dans de nombreux cas, on enlève complètement la tumeur lors d’une biopsie (biopsie excisionnelle) et c’est le seul traitement nécessaire. Si on n’enlève pas complètement la tumeur lors de la biopsie, on doit faire une autre chirurgie.

On a recours à l’excision chirurgicale pour traiter la plupart des petites tumeurs à risque faible. On enlève toute la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain tout autour. La taille de la marge varie selon le type de tumeur, sa taille et son emplacement. La taille de la marge peut varier entre 3 et 15 mm. La taille qu’on recommande actuellement pour la marge d’un CBC à faible risque est de 3 à 5 mm. Pour un CSC à faible risque, la marge recommandée est de 4 mm. Pour une tumeur à risque élevé, la marge est plus large.

  • On peut faire l’excision chirurgicale d’une tumeur dans le bureau du médecin ou à l’hôpital en consultation externe.
  • On utilise un anesthésiqueanesthésiqueMédicament qui cause l’anesthésie (perte partielle ou totale de sensation ou de conscience). local pour geler la région.
  • On enlève la tumeur ainsi qu’une marge de tissu normal tout autour.
  • On envoie le tissu au laboratoire pour qu’il soit évalué au microscope.
  • On ferme la plaie à l’aide de points de suture ou d’agrafes. Une grosse tumeur pourrait engendrer une reconstruction par greffe ou lambeau de peau.
  • En général, l’excision laisse une cicatrice, qui s’estompera probablement au fil du temps.

Curetage et électrodessication

Le curetage et l’électrodessication sont couramment employés pour traiter le cancer de la peau autre que le mélanome. On enlève la tumeur en la grattant, puis on applique un courant électrique pour faire cesser le saignement. On y a recours pour traiter un petit (moins de 2 cm de diamètre) carcinome basocellulaire superficiel ou distinct ou bien un carcinome spinocellulaire in situ.

On n’a pas recours au curetage et à l’électrodessication pour traiter une tumeur qui se trouve dans une région où le risque de récidive est élevé, comme le nez, les paupières, les lèvres, les oreilles, le cuir chevelu et les tempes, parce qu’il n’y a aucun moyen de savoir si la tumeur a été complètement enlevée avec ce type de traitement.

  • On utilise un anesthésique local pour geler la région.
  • On enlève la tumeur en la grattant avec un instrument appelé curette.
  • On traite ensuite la région où se trouvait la tumeur (lit tumoral) avec un courant électrique pour détruire toute cellule cancéreuse qui pourrait rester et maîtriser le saignement.
  • On répète habituellement cette intervention de 2 à 3 fois.
  • Ce traitement engendre généralement de bons résultats esthétiques, mais quelques personnes pourraient avoir des cicatrices.

Chirurgie de Mohs

La chirurgie de Mohs est une méthode chirurgicale spécialisée dont on se sert pour traiter certains types de cancer de la peau autre que le mélanome. Le taux de guérison qu’elle engendre est le plus élevé de tous les traitements chirurgicaux.

Lors de la chirurgie de Mohs, on enlève la tumeur et le tissu qui l’entoure, couche par couche, jusqu’à ce que le tissu ne présente plus aucune trace de cellules cancéreuses quand on l’observe au microscope. Cette méthode d’ablation permet de s’assurer qu’on enlève toutes les cellules cancéreuses tout en épargnant la plus grande quantité possible de tissu sain.

On a habituellement recours à la chirurgie de Mohs pour traiter :

  • les tumeurs dont le risque de récidive est élevé
  • les tumeurs situées dans des régions où il est essentiel d’enlever le moins de tissu possible, comme les paupières, les oreilles, le nez, les lèvres, la racine des cheveux, les organes génitaux, les doigts ou les orteils
  • les cancers de la peau de grande taille, soit de plus de 2 cm de diamètre
  • les tumeurs qui récidivent
  • les tumeurs qui apparaissent dans des régions ayant déjà reçu une radiothérapie
  • les tumeurs agressives
  • les tumeurs qui se développent chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli
  • les tumeurs dont les bords sont peu définis
  • les tumeurs qui envahissent les os ou le cartilage

Curage ganglionnaire

Le curage ganglionnaire est une chirurgie lors de laquelle on enlève les ganglions lymphatiques qui se trouvent près de la tumeur. Si ces ganglions sont enflés ou si on craint que le cancer s’y soit propagé, on les enlève et on vérifie s’ils sont atteints par le cancer. Il est rare que le cancer de la peau autre que le mélanome se propage. Le carcinome spinocellulaire et le carcinome à cellules de Merkel sont plus susceptibles de se propager que les autres types de cancer de la peau autre que le mélanome.

Quand on fait une chirurgie pour enlever les ganglions lymphatiques, on endommage les voies de drainage habituelles de la lymphe, ce qui peut causer une accumulation de liquide appelée lymphœdème. C’est un effet secondaire incommodant qui peut durer longtemps. C'est pourquoi on enlève tous les ganglions lymphatiques seulement lorsqu'il s'agit d'un traitement nécessaire.

Selon l’emplacement de la tumeur, on enlève différents ganglions lymphatiques :

  • ganglions axillaires (aisselle)
  • ganglions iliaques et inguinaux (aine)
  • ganglions cervicaux (cou)

Reconstruction

La chirurgie reconstructive aide à rétablir la structure et l’apparence du corps. Dans le cas d’un cancer de la peau autre que le mélanome qui couvre une grande surface, on peut avoir recours à une greffe ou à un lambeau de peau pour réparer les dommages causés par l’excision des tumeurs de la peau. La greffe ou le lambeau de peau peut aussi servir là où il n’y a pas assez de peau pour couvrir ou fermer la plaie.

Consultez la liste de questions à poser au médecin sur la chirurgie.

Histoires

Brock Taraba Brock n'a pas eu de récidive de cancer depuis plus de dix ans, grâce au soutien de la Société canadienne du cancer.

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus