Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la peau autre que le mélanome

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le cancer de la peau autre que le mélanome

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. Dans le cas du cancer de la peau autre que le mélanome, la radiothérapie peut être administrée :

  • pour traiter une grosse tumeur ou une tumeur qui se trouve dans une région qui rend la chirurgie difficile
  • après la chirurgie pour détruire les cellules cancéreuses qui restent et réduire le risque de réapparition du cancer (radiothérapie adjuvanteadjuvanteTraitement administré en plus du traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) pour aider à réduire le risque de réapparition (récidive) de la maladie (comme le cancer).)
  • pour traiter les personnes qui pourraient ne pas être en mesure de subir une chirurgie, comme les aînés ou les gens qui ne sont pas suffisamment en bonne santé
  • pour traiter une tumeur qui récidive après un premier traitement chirurgical
  • pour traiter un cancer qui s’est propagé aux ganglions lymphatiques
  • pour soulager la douleur ou maîtriser les symptômes d’un cancer de la peau autre que le mélanome de stade avancé (radiothérapie palliative)

La dose de radiations émise lors du traitement ainsi que la façon de l'administrer et les horaires suivis varient d’une personne à l’autre.

Radiothérapie externe

On traite habituellement le cancer de la peau autre que le mélanome par radiothérapie externe. Un appareil émet des radiations vers la tumeur et certains tissus qui l'entourent.

La radiothérapie est le traitement privilégié pour les tumeurs à l'oreille, à la paupière, à la lèvre et au nez car, contrairement à la chirurgie, on n’enlève pas de tissu sain et il n'est donc pas nécessaire de pratiquer une chirurgie reconstructive. On peut administrer une radiothérapie si la tumeur est de grande taille ou si elle couvre une grande surface. On peut aussi y avoir recours pour traiter un cancer qui s'est propagé aux ganglions lymphatiques voisins.

Une radiothérapie administrée en doses fractionnées permet généralement d'obtenir de meilleurs résultats esthétiques et de limiter les effets secondaires.

On a souvent recours à la radiothérapie comme traitement principal pour les personnes plus âgées (généralement de plus de 50 ans) qui ne peuvent pas tolérer la chirurgie, mais ce n'est pas le traitement de choix pour les personnes plus jeunes (de moins de 40 ans) en raison des risques à long terme qui y sont associés.

La radiothérapie n'est pas utilisée chez les personnes atteintes de certains troubles génétiques, comme la xeroderma pigmentosum, l’épidermodysplasie verruciforme ou la nævomatose basocellulaire : la présence de ces troubles génétiques engendre un risque plus élevé de cancer de la peau et la radiothérapie ferait augmenter davantage le risque d’apparition de tumeurs dans la région traitée. Si possible, on évite aussi la radiothérapie sous le genou, en particulier chez les aînés, puisqu’une mauvaise circulation sanguine peut nuire à la guérison.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur la radiothérapie.

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus