Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la peau autre que le mélanome

Vous êtes ici:

Effets secondaires possibles de la cryochirurgie pour le cancer de la peau autre que le mélanome

Peu importe le type de traitement choisi pour un cancer de la peau autre que le mélanome, il est possible que des effets secondaires se produisent. Cependant, ils n’affectent pas toutes les personnes; si c’est le cas, chacune ne les ressent pas de la même façon. Les effets secondaires de la cryochirurgie dépendent surtout de la région traitée. Ils sont souvent moins graves que les effets engendrés par d’autres traitements du cancer.

Les effets secondaires peuvent se manifester n'importe quand lors de la cryochirurgie. Certains se produisent en cours de traitement, d'autres tout de suite après ou quelques jours et même quelques semaines plus tard. La plupart disparaissent une fois la cryochirurgie terminée. Les effets tardifs peuvent apparaître des mois voire des années à la suite de la cryochirurgie. Il est possible que des effets secondaires durent longtemps ou soient permanents. Il est important de signaler tout effet secondaire à son équipe soignante.

Douleur

La douleur se manifeste souvent après une cryochirurgie en raison des dommages causés aux tissus. Si la douleur persiste ou si les médicaments antidouleur ne la soulagent pas, il faut consulter son médecin.

Retour au menu

Enflure

Il peut y avoir un peu d’enflure selon la région traitée et la quantité de dommages aux tissus.

Retour au menu

Formation d’ampoules et de croûtes

Des ampoules et des croûtes peuvent se former dans la région traitée et prendre quelques mois à guérir.

Retour au menu

Cicatrisation

Du tissu cicatriciel peut se former ou bien la peau peut pâlir (hypopigmentation) dans la région traitée.

Retour au menu

Histoires

Marie Whitehead Déceler le cancer le plus tôt possible. C’est ce qui compte avant tout. Cela pourrait vous sauver la vie.

Lisez l’histoire de Marie

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus