Cancer de la peau autre que le mélanome

Vous êtes ici:

Classification histologique du cancer de la peau autre que le mélanome

Pour établir le grade du cancer de la peau autre que le mélanome, le pathologiste examine au microscope un échantillon de tissu prélevé dans la peau. Le pathologiste peut assigner un grade de 1 à 4 au cancer de la peau autre que le mélanome. Plus le nombre est bas, plus le grade l’est aussi.

Le grade est défini par l'apparence et le comportement des cellules cancéreuses qu'on compare à ceux des cellules normales. On utilise le mot différenciation pour désigner à quel point les cellules cancéreuses sont différentes.

Les cellules cancéreuses de bas grade sont bien différenciées. Elles ont presque l’air de cellules normales. Elles ont tendance à se développer lentement et risquent moins de se propager.

Les cellules cancéreuses de haut grade sont peu différenciées ou indifférenciées. Leur apparence est moins normale, ou plus anormale. Elles ont tendance à se développer plus rapidement et sont plus susceptibles de se propager que les cellules cancéreuses de bas grade.

Connaître le grade donne à votre équipe de soins une idée de la rapidité à laquelle le cancer peut se développer et de sa probabilité de propagation. Cela l’aide à planifier votre traitement. Le grade peut aussi aider l’équipe de soins à établir votre pronostic et à prévoir comment le cancer pourrait réagir au traitement.

Dans le cas du cancer de la peau autre que le mélanome, le grade fait partie de la stadification. La stadification décrit la taille du cancer et son emplacement dans le corps. On assigne habituellement aux cancers de la peau autres que le mélanome de haut grade, un stade plus élevé.

Histoires

David Rex Lorsque j’ai reçu mon diagnostic de cancer, une foule de questions me sont venues à l’esprit.

Lisez l’histoire de David

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus