Logo Société canadienne du cancer

Cancer de la peau autre que le mélanome

Vous êtes ici:

Diagnostic du cancer de la peau autre que le mélanome

Le processus diagnostique du cancer de la peau autre que le mélanome débute habituellement par une visite à votre médecin de famille. Il vous questionnera sur les signes ou symptômes qui sont présents et vous fera un examen de la peau. En se basant sur ces informations, il est possible que votre médecin vous dirige vers un spécialiste, comme un dermatologue ou un chirurgien.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C’est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent causer des signes et symptômes semblables à ceux du cancer de la peau autre que le mélanome. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer de la peau autre que le mélanome.

Il arrive souvent qu’on prenne en note les antécédents de santé et qu’on fasse un examen de la peau et une biopsie cutanée pour éliminer ou diagnostiquer un cancer de la peau autre que le mélanome.

Antécédents de santé et examen de la peau

Vos antécédents de santé consistent en un bilan de vos symptômes, de vos facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux que vous auriez pu éprouver dans le passé. En notant vos antécédents de santé, votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents :

  • exposition au soleil et bronzage artificiel
  • signes ou symptômes qui laissent croire à un cancer de la peau autre que le mélanome
  • kératose sénile, qui est un état précancéreux de la peau
  • affections héréditaires, comme la xeroderma pigmentosum et la nævomatose basocellulaire

Votre médecin peut aussi vous demander s’il y a des antécédents de cancer de la peau, tant le mélanome que le cancer de la peau autre que le mélanome, dans votre famille.

L'examen de la peau permet à votre médecin de rechercher tout signe de cancer de la peau ou une surface de peau anormale. Lors de l'examen, votre médecin observera toute la surface de votre peau, en particulier les régions qui sont exposées au soleil.

Apprenez-en davantage sur l’examen de la peau.

Biopsie cutanée

Lors d’une biopsie cutanée, le médecin prélève du tissu ou des cellules de la peau afin qu’ils soient analysés en laboratoire. Le rapport du pathologiste (médecin spécialisé dans les causes et la nature des maladies) confirme ou non la présence de cellules cancéreuses dans l’échantillon. Le type de biopsie pratiqué dépend souvent de l’apparence de la masse ou de la région anormale et de son emplacement.

La biopsie par rasage permet de raser la masse ou la région anormale à l’aide d’une lame de rasoir flexible ou d’un couteau chirurgical (scalpel). On y a habituellement recours pour les masses surélevées. On peut aussi faire une biopsie par rasage pour une région anormale qui est plate et qui n’affecte que la surface externe, ou superficielle, de la peau.

La biopsie à l’emporte-pièce permet d’enlever une région de peau en forme de cercle à l’aide d’un instrument tranchant appelé emporte-pièce ou tréphine. On y a habituellement recours quand la masse ou la région anormale se trouve sous la peau ou semble avoir envahi la peau en profondeur.

La biopsie excisionnelle, un type de biopsie chirurgicale, permet d’enlever toute la masse ou la région anormale à l’aide d’un scalpel. On y a habituellement recours quand le médecin pense que toute la masse ou la région doit être examinée pour poser le diagnostic.

Apprenez-en davantage sur la biopsie par rasage, la biopsie à l’emporte-pièce et la biopsie excisionnelle (biopsie chirurgicale).

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.

Histoires

La Dre Trang Hoang, chercheuse La Dre Trang Hoang cible les cellules leucémiques résistantes chez les enfants.

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus