Mélanome

Vous êtes ici:

Chirurgie du mélanome

La plupart des personnes atteintes d’un mélanome auront une chirurgie. Le type de chirurgie que vous aurez dépend surtout de l’emplacement du cancer et de son risque de réapparition (récidive). Quand votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle prend aussi en considération d’autres facteurs comme votre âge, votre état de santé global et les effets de l’opération sur votre apparence.

On peut pratiquer une chirurgie pour différentes raisons. Vous pouvez avoir une chirurgie pour :

  • enlever complètement la tumeur;
  • réparer ou reconstruire la région où on a enlevé le cancer;
  • enlever des ganglions lymphatiques;
  • atténuer la douleur et soulager les symptômes (chirurgie palliative).

On a recours aux types suivants de chirurgie pour traiter le mélanome. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie.

Excision locale large

L’excision locale large permet d’enlever le cancer ainsi qu’un peu de tissu normal tout autour, qu’on appelle marge chirurgicale. C’est un traitement standard pour la plupart des mélanomes. Les médecins ont surtout recours à l’excision locale large pour traiter le mélanome précoce ou locorégional. Ce sera peut-être le seul traitement nécessaire du mélanome précoce. On peut aussi faire une excision locale large pour traiter le mélanome qui est réapparu dans la même région qu’où il a pris naissance (récidive locale) ou qui s’est propagé à d’autres régions cutanées voisines (tumeurs satellites).

La taille de la marge chirurgicale augmente en fonction de l’épaisseur de la tumeur. Les chirurgiens suivent les recommandations suivantes relativement à la taille de la marge chirurgicale quand ils font l’excision locale large d’un mélanome. Il arrive qu’on enlève une plus petite marge que celle qui est recommandée quand la tumeur est épaisse et qu’elle affecte la tête ou le cou.

Épaisseur de la tumeurTaille de la marge chirurgicale

in situ

0,5 cm (dans le tissu graisseux seulement)

1 mm ou moins

1 cm

plus de 1 mm mais pas plus de 2 mm

1 à 2 cm

plus de 2 mm mais pas plus de 4 mm

2 cm

supérieure à 4 mm

2 cm

Si le mélanome affecte un doigt ou un orteil, on enlève parfois le doigt ou l’orteil en partie ou en totalité (amputation) pour s’assurer qu’il ne reste plus de cancer. La nécessité de l’amputation dépend de l’emplacement du cancer sur le doigt ou l’orteil et de la profondeur de l’envahissement dans la peau et d’autres tissus.

Pour l’excision locale large, on commence par administrer un anesthésique local pour geler, ou engourdir, la région. Le médecin se sert d’un couteau chirurgical (scalpel) pour détacher le cancer de la peau. Il ferme ensuite la région avec des points de suture. On envoie le tissu au laboratoire afin de s’assurer qu’il n’y a pas de cellules cancéreuses dans la marge chirurgicale et que tout le cancer a été enlevé.

Biopsie du ganglion sentinelle (BGS)

La BGS permet de trouver et d’enlever le premier ganglion lymphatique (ou les premiers) d’un groupe de ganglions lymphatiques dans le but de savoir s’il contient des cellules cancéreuses. On la fait habituellement juste avant l’excision locale large. On y a surtout recours pour aider à établir le stade du cancer et décider si d’autres traitements seraient utiles.

On fait souvent une BGS quand le mélanome a plus de 1 mm d’épaisseur. On y a recours seulement si le médecin ne sent pas au toucher que les ganglions sont enflés et si les résultats d’une biopsie ganglionnaire ou d’examens d’imagerie révèlent que les ganglions lymphatiques ne contiennent pas de cellules cancéreuses. Les médecins peuvent aussi envisager de faire une BGS pour les tumeurs plus minces (0,75 à 1 mm d’épaisseur) qui sont ulcérées ou dont la fréquence des mitoses est supérieure à 1/mm2.

Apprenez-en davantage sur la biopsie du ganglion sentinelle (BGS).

Curage ganglionnaire complet

Le curage ganglionnaire complet est une chirurgie qui permet d’enlever plusieurs ganglions lymphatiques. On peut faire le curage ganglionnaire complet lors de l’excision locale large ou d’une autre opération. On y a habituellement recours si le médecin sent au toucher que des ganglions sont enflés et si les résultats d’une biopsie ganglionnaire ou d’examens d’imagerie révèlent que les ganglions lymphatiques contiennent des cellules cancéreuses. On peut aussi faire un curage ganglionnaire complet si la biopsie du ganglion sentinelle indique qu’il y a des cellules cancéreuses dans le ganglion ou les ganglions sentinelles.

Le mélanome se propage habituellement aux ganglions lymphatiques les plus près de son emplacement d’origine, ce qu’on appelle bassin ganglionnaire, ou lymphatique. Le type de curage ganglionnaire complet pratiqué dépend des ganglions lymphatiques qui sont atteints par le cancer et de leur nombre :

  • curage ganglionnaire cervical pour enlever les ganglions lymphatiques du cou
  • curage ganglionnaire axillaire pour enlever les ganglions lymphatiques sous le bras (aisselle)
  • curage ganglionnaire inguinal pour enlever les ganglions lymphatiques à l’aine
  • curage ganglionnaire pelvien pour enlever les ganglions lymphatiques au bassin ou en profondeur dans l’aine

Le curage ganglionnaire complet se déroule sous anesthésie générale dans une salle d’opération à l’hôpital. Le chirurgien fait une coupure (incision) pour retirer les ganglions lymphatiques. Il peut aussi enlever du tissu voisin.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire.

Chirurgie reconstructive

On fait une chirurgie reconstructive pour aider à améliorer l’apparence de la peau après la chirurgie qui a permis d’enlever la tumeur. Il arrive que le médecin doive enlever une grande surface de peau afin de s’assurer qu’il ne reste plus du tout de cancer. Vous pourriez avoir besoin d’une chirurgie reconstructive pour réparer la région et améliorer son apparence.

Greffe de peau

On fait une greffe de peau quand on prélève un bout de peau (greffon) sur une autre partie du corps, appelée zone donneuse, et qu’on l’applique sur la région où on a enlevé le cancer. Un chirurgien plasticien fait habituellement cette opération au cours de l’excision locale large.

On a recours à un anesthésique local (on gèle la région) ou à une anesthésie générale (vous serez inconscient) pour faire la greffe de peau. Le chirurgien enlève la peau de la zone donneuse, comme l’intérieur de la cuisse ou la fesse. Le greffon est appliqué sur la région où on a enlevé le cancer puis fixé à l’aide de points de suture. On couvre le greffon et la zone donneuse d’un pansement et parfois on les fixe à l’aide de points de suture ou d’agrafes. Le greffon cutané prend habituellement de 1 à 2 semaines à guérir. Votre équipe de soins vous dira comment protéger le greffon et en prendre soin pendant qu’il guérit.

Lambeau de peau

Le lambeau de peau est un bout épais de peau et de tissu qui contient son propre apport sanguin. Tout comme dans le cas de la greffe de peau, le lambeau couvre la région où on a enlevé le cancer. On peut faire un lambeau de peau  pour réparer de grandes lésions au visage.

Le chirurgien retire le lambeau de peau, qui comprend de la peau, de la graisse et parfois du tissu musculaire, dans une région située près d’où le cancer a été enlevé. Le lambeau reste souvent partiellement fixé à son emplacement d’origine et ses vaisseaux sanguins y sont encore reliés. Dans certains cas, on enlève complètement le lambeau de la zone donneuse (lambeau libre), alors on doit relier les vaisseaux sanguins du lambeau aux vaisseaux du nouvel emplacement. On place le lambeau sur la plaie et on le fixe à l’aide de points de suture.

Chirurgie des métastases

On peut faire une chirurgie pour enlever un mélanome qui s’est propagé (métastases) à une seule région, à quelques régions sur ou juste sous la peau ou bien au poumon, au foie, au cerveau ou à l’intestin grêle. Le type de chirurgie pratiqué dépend de l’organe éloigné dans lequel le cancer s’est propagé. La chirurgie des métastases est souvent appelée excision chirurgicale ou résection.

Apprenez-en davantage sur le cancer métastatique.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du mélanome, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu.

Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chirurgie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout du type de chirurgie, de son emplacement et de votre état de santé global. La chirurgie du mélanome peut causer ces effets secondaires :

  • douleur, souvent soulagée par des analgésiques
  • formation de tissu cicatriciel
  • ecchymoses
  • changements de la couleur de la peau
  • infection de la plaie
  • engourdissement
  • mauvaise cicatrisation
  • lymphœdème (après un curage ganglionnaire)

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

Histoires

Dr Robert Bristow La recherche du Dr Robert Bristow sur le cancer de la prostate pourrait servir à la personnalisation du traitement.

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus