Logo Société canadienne du cancer

Mélanome

Vous êtes ici:

Traitement du mélanome de stade III

En présence d'un mélanome de stade III, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Les types de traitements administrés se basent sur les besoins uniques de la personne atteinte de cancer.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal du mélanome de stade III. Les types de chirurgie pratiqués sont les suivants :

  • biopsie du ganglion sentinelle (BGS)
    • Il est préférable de faire la BGS au même moment que l’excision large.
    • Si les résultats de la BGS sont positifs, il est possible qu’on enlève tous les ganglions lymphatiques de la région.
  • excision large
    • On fait une excision large pour enlever la tumeur ainsi qu’une marge de tissu sain. La taille de la marge dépend de l’épaisseur de la tumeur et de son emplacement.
    • On peut avoir recours à la chirurgie pour enlever des métastases en transit ou des métastases dans la peau ou les ganglions lymphatiques.
    • S’il n’est pas possible d’enlever le cancer par chirurgie (maladie non résécable), on pourrait envisager de faire une perfusion ou une injection dans un membre isolé.
  • reconstruction de la peau
    • Il pourrait être nécessaire de reconstruire la peau selon la quantité de tissu enlevé.
  • curage ganglionnaire
    • On enlève les ganglions lymphatiques enflés lors d’un curage ganglionnaire.

Thérapie biologique

On peut proposer une thérapie biologique après la chirurgie (traitement adjuvant) d’un mélanome de stade III qu’on a complètement enlevé lors de l’opération afin de réduire le risque de récidive. Le médicament biologique le plus souvent administré à forte dose est l’interféron alpha-2b (Intron A). On l’administre par perfusion, soit lentement et de façon prolongée dans une veine (intraveineuse, ou IVintraveineuse, ou IVDans une veine (vaisseau sanguin qui fait circuler le sang des tissus et des organes du corps vers le cœur).) et par injection sous-cutanée (SC)sous-cutanée (SC)Juste sous la peau..

On peut aussi avoir recours à la thérapie biologique pour traiter un mélanome qu’on ne peut pas enlever par chirurgie (non résécable). Les médicaments biologiques les plus souvent administrés sont les suivants :

  • ipilimumab (Yervoy)
    • L’ipilimumab est un anticorps monoclonal qui sert à traiter le mélanome de stade avancé. On l’administre par perfusion.
  • interleukine 2 (Aldesleukin, Proleukin)
    • On peut administrer ce médicament localement pour traiter des métastases en transit dans un bras ou une jambe.
    • On l’injecte dans chacune des lésions. Cette méthode engendre moins d’effets secondaires que la chimiothérapie régionale et elle n’a pas besoin de se dérouler dans un centre spécialisé.
  • bacille de Calmette-Guérin (BCG) intralésionnel
    • On peut administrer ce médicament pour traiter des métastases locales ou régionales puisqu’il est moins toxique que les traitements systémiques.
    • On l’injecte directement dans la lésion.

Radiothérapie

Après avoir subi une chirurgie pour enlever des ganglions lymphatiques, les personnes dont le risque de récidive ganglionnaire est élevé pourraient recevoir une radiothérapie adjuvante à forte dose dans la région où on a enlevé les ganglions lymphatiques. Ces personnes présentent :

  • des signes microscopiques d’extension du cancer hors des ganglions lymphatiques
  • des signes microscopiques de maladie résiduelle dans les ganglions lymphatiques
  • une atteinte ganglionnaire étendue, la résection complète n’étant pas probable
  • une atteinte ganglionnaire volumineuse (ganglions lymphatiques enflés) de diamètre supérieur à 3 cm qu’on a complètement enlevée
  • au moins 3 ganglions lymphatiques positifs

Chimiothérapie régionale

On peut administrer une chimiothérapie régionale pour traiter les personnes ayant des métastases dans des ganglions lymphatiques locaux, des métastases en transit ou de multiples récidives au bras ou à la jambe qu’on ne peut pas enlever complètement par chirurgie. L’agent chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent lors d’une chimiothérapie régionale est le melphalan (Alkeran, L-PAM).

La chimiothérapie régionale peut être :

  • une perfusion d’un membre isolé
  • une injection dans un membre isolé

Traitement ciblé

On peut proposer un traitement ciblé aux personnes atteintes d’un mélanome métastatique non résécable. Ces médicaments sont pris par la bouche. Les agents chimiothérapeutiques ciblés qu’on administre pour traiter le mélanome avancé ou métastatique sont les suivants :

  • vémurafénib (Zelboraf)
  • dabrafénib (Tafinlar)
  • tramétinib (Mekinist)
  • pembrolizumab (Keytruda)

Essais cliniques

On peut offrir aux personnes atteintes d'un mélanome la possibilité de participer à des essais cliniques. Pour obtenir plus de renseignements, consultez la section « Essais cliniques ».

Histoires

Dr Claude Perreault Mobiliser le système immunitaire pour combattre le cancer

Plus de details

Accès aux services offerts dans votre communauté

Illustration de maisons côte à côte

Le répertoire de services à la communauté de la Société canadienne du cancer aide les personnes atteintes de cancer et leurs familles à trouver les services et programmes disponibles dans leur communauté.

Apprenez-en plus