Mélanome

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le mélanome

Si vous êtes atteint d’un mélanome, il est possible que vous vous posiez des questions sur votre pronostic. Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux, le type et le stade du cancer, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne (comme le sexe) que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble. Ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l’établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs du mélanome.

Épaisseur de la tumeur

L’épaisseur de la tumeur primitive est un important facteur pronostique. Ce facteur aide à prévoir le risque que le cancer se propage. Plus la tumeur est épaisse, moins le pronostic est bon. Un mélanome qui mesure moins de 1 mm d’épaisseur engendre un faible risque de propagation vers d’autres parties du corps. Un mélanome qui a une épaisseur de plus de 4 mm présente un risque plus élevé de propagation vers d’autres parties du corps et de réapparition (récidive) après le traitement.

Ulcération

L’ulcération est la présence de peau éraflée avec lésion ouverte. Lorsque la tumeur primitive est ulcérée, elle engendre un pronostic moins favorable qu’une tumeur sans ulcération. La présence d’ulcération augmente le risque que le cancer se propage vers d’autres parties du corps et qu’il réapparaisse après le traitement.

Fréquence des mitoses

La fréquence des mitoses est la rapidité à laquelle les cellules cancéreuses se divisent et se développent. C’est le nombre de cellules qui se divisent (mitose) dans une certaine quantité de tissu cancéreux. Une fréquence des mitoses élevée est liée à un pronostic sombre.

Emplacement du cancer sur la peau

Un mélanome qui se développe aux bras ou aux jambes (extrémités) présente un meilleur pronostic qu’un mélanome qui apparaît sur la partie centrale du corps (tronc), la tête ou le cou. Un mélanome qui se manifeste sur la paume des mains ou la plante des pieds présente aussi un pronostic plus sombre en comparaison à d’autres emplacements.

Sexe

Les femmes atteintes d’un mélanome ont tendance à présenter un meilleur pronostic que les hommes atteints de cette maladie. Cela pourrait être dû au fait que les femmes sont plus souvent atteintes d’un mélanome aux extrémités, tandis que les hommes sont plus souvent atteints d’un mélanome au tronc, à la tête ou au cou.

Âge

Les personnes de moins de 35 ans risquent davantage d'être atteintes d’un mélanome qui se propage aux ganglions lymphatiques voisins. Mais dans l’ensemble, les personnes qui sont plus âgées présentent un pronostic plus sombre.

Modèle de croissance

Le mélanome nodulaire présente un pronostic sombre parce qu’il se développe en descendant en profondeur dans la peau (modèle de croissance vertical) et qu’il a tendance à être plus épais au moment du diagnostic.

Ganglions lymphatiques atteints de cancer

Si le cancer s’est propagé à des ganglions lymphatiques voisins, le pronostic est plus sombre. Plus le nombre de ganglions lymphatiques contenant des cellules cancéreuses est élevé, moins le pronostic est favorable. Les personnes chez qui au moins 4 ganglions lymphatiques voisins sont atteints de cancer présentent un pronostic plus sombre que les personnes chez qui 1 à 3 ganglions lymphatiques sont atteints.

Si on peut sentir au toucher des ganglions lymphatiques enflés (palpables) ou si on les observe lors d’un examen d’imagerie, le pronostic est plus sombre que s’il y a seulement une petite quantité de cellules cancéreuses (micrométastases) dans les ganglions lymphatiques.

Métastases à distance

Le mélanome qui s’est propagé à d’autres parties du corps (métastases à distance), comme au poumon, au foie ou au cerveau, engendre un pronostic sombre. Ce pronostic est plus sombre que dans le cas d’un cancer qui s’est propagé vers d’autres régions de la peau éloignées de l’emplacement où il a pris naissance, vers du tissu situé sous la peau (tissu sous-cutané) ou vers des ganglions lymphatiques à distance.

Dans le cas d’un mélanome métastatique, un taux sanguin élevé de lacticodéshydrogénase (LDH) engendre un pronostic plus sombre que lorsque le taux de LDH est normal.

Histoires

Dre Camilla Zimmermann La Dre Camilla Zimmermann met en lumière la nécessité de modifier la perception négative des soins palliatifs.

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus