Logo Société canadienne du cancer

Mélanome

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le mélanome

Il est possible que les personnes atteintes d'un mélanome se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont des facteurs pronostiques ou prédictifs du mélanome.

Stade

Les personnes dont le mélanome est précoce ont un bon pronostic. Le pronostic s’assombrit plus le stade augmente.

Profondeur de l’envahissement ou épaisseur

Plus la tumeur est épaisse, moins le pronostic est bon. Un mélanome mince (moins de 1 mm d’épaisseur) engendre un moins grand risque de propagation aux ganglions lymphatiques voisins ou à des emplacements éloignés. Un mélanome épais (plus de 4 mm d’épaisseur) engendre un plus grand risque de récidive.

Ulcération

L’ulcération d’un mélanome primitif est un facteur pronostique important. On dit que le mélanome est ulcéré quand la couche de peau qui le recouvre n’est pas bien visible. Si le siège primitif saigne ou est ulcéré, le pronostic est plus sombre. L’ulcération accroît le risque de métastases et le risque de réapparition du mélanome après le traitement.

Atteinte des ganglions lymphatiques

Si le cancer s’est propagé à des ganglions lymphatiques, le pronostic est plus sombre. Plus le nombre de ganglions atteints est élevé, moins le pronostic est favorable. Les personnes dont un seul ganglion lymphatique régional est atteint par le cancer ont un meilleur pronostic que les personnes dont au moins 2 ganglions régionaux sont atteints.

Si on peut tâter les ganglions lymphatiques atteints (palpables), le pronostic est plus sombre que si on observe que des signes microscopiques d’une atteinte ganglionnaire.

Emplacement

Un mélanome qui se développe aux extrémités, soit les bras et les jambes, engendre un meilleur pronostic qu’un mélanome qui apparaît sur le tronc, la tête ou le cou.

Sexe

Le pronostic est plus sombre chez l’homme que chez la femme. C’est peut-être parce que l’homme est plus souvent atteint d’un mélanome au tronc, à la tête ou au cou alors que chez la femme, le mélanome est plus courant aux extrémités.

Âge

Les personnes qui reçoivent un diagnostic à un jeune âge risquent souvent davantage d’avoir des métastases.

Modèle de croissance

Un mélanome qui ne suit pas la phase radiale de croissance mais seulement la phase verticale, comme le mélanome nodulaire, engendre un pronostic plus sombre puisqu’il est habituellement diagnostiqué à un stade plus avancé.

Fréquence des mitoses

La fréquence des mitoses est la rapidité à laquelle les cellules cancéreuses croissent et se divisent. Dans le cas du mélanome classé T1, une fréquence des mitoses élevée signifie généralement une hausse du risque de métastases.

Métastases

Dans le cas du mélanome de stade IV, le pronostic s’assombrit en fonction du nombre de foyers métastatiques et de la présence de métastases dans des organes. Un taux élevé de lacticodéshydrogénase sérique (LDH)lacticodéshydrogénase sérique (LDH)Enzyme qui joue un rôle dans la production d’énergie dans les cellules. élevé et un indice fonctionnelindice fonctionnelMesure de la capacité d’une personne à effectuer des tâches courantes ainsi que ses activités quotidiennes. faible sont aussi liés à une issue moins favorable chez les personnes atteintes d’un mélanome de stade IV.

Histoires

Dr Troy Harkness À la recherche de nouveaux moyens de traiter les cancers pharmacorésistants

Plus de details

Une célébration pour les survivants du cancer au Relais pour la vie

Illustration du Relais pour la vie

La Société canadienne du cancer fournit une occasion en or de célébrer le courage des survivants du cancer dans la bataille contre la maladie. Lors des centaines d’événements du Relais pour la vie qui ont lieu d’un bout à l’autre du pays, des milliers de gens se réunissent pour effectuer le Tour des survivants.

Apprenez-en plus